La Plume d'Aliocha

12/05/2010

Rencontre avec un homme remarquable

Filed under: Coup de chapeau ! — laplumedaliocha @ 16:03

Connaissez-vous Thierry Lévy ?

Mais si, le célèbre pénaliste, ça y est, vous y êtes ? Il est vrai que, contrairement à nombre de ses confrères, on le voit assez peu commenter ses procès sur les marches des Palais de justice.

Il était hier soir sur le plateau de « Faites entrer l’accusé » sur France 2, à l’occasion d’une émission consacrée à l’affaire Valérie Subra, du nom de cette jeune fille qui jouait le rôle d’appât pour permettre à ses complices de détrousser des hommes riches. Ils assassineront deux personnes.  

La prison, cette barbarie inutile

Le débat qui suivit portait sur cette question : la prison change-t-elle les hommes ? En entendant les deux premiers témoignages d’anciens détenus sur les rencontres qu’ils avaient faites en détention et la manière dont celles-ci les avait poussé à évoluer, je devinais que Thierry Levy devait bouillir intérieurement. Pour cet ancien président de l’Observatoire international des prisons (OIP),  les barreaux sont une horreur, une barbarie inutile. Alors prétendre devant lui que la prison peut apporter quelque chose à ceux qui la subissent, c’est un peu comme tenter d’exposer les vertus médicinales du tabac à un pneumologue…. Je vous avoue que je m’attendais de sa part à un discours plus offensif. La vérite, c’est que cet avocat est loin d’être un client rêvé pour la télévision. Secret, intransigeant, révolté ou plus exactement possédé par une révolte qu’on devine inextinguible, il s’exprime avec parcimonie pour ne dire que l’essentiel.  Les mouvements de manche, les déclarations fracassantes, les effets de style, il s’en moque. Mieux, je le soupçonne de haïr la séduction et son cortège de mensonges et de faux-semblant. Ce n’est pas un hasard si l’une des choses qu’il reproche à la prison, c’est précisément de pousser les détenus à cultiver l’hypocrisie, à faire semblant d’adhérer au système pour obtenir un traitement de faveur. Car celui qui tient ses distances sera brisé. Non la prison n’a pas pour objet la réinsertion, sa seule obsession c’est d’empêcher les évasions, expliquait-il hier, avant de pointer le vrai problème : on veut que la prison fasse mal. Or, son objet n’est pas de faire souffrir, mais « simplement » de priver de liberté. Une vaste hypocrisie sociale, en somme. Sans doute la plus insupportable. Certains sortent changés de la prison, et alors  ? C’est qu’ils ont puisé au fond d’eux-mêmes la force de surmonter l’épreuve, c’est cela qui les a changé, la prison n’y est pour rien. Christophe Hondelatte évoque « les criminels » ? Thierry Lévy corrige : tout ce que l’on sait, c’est qu’ils ont été condamnés, rien n’autorise à les qualifier de criminels. Il faut dire que l’avocat déteste beaucoup de choses et en particulier les étiquettes.

Au-delà des évidences

Si je vous parle de lui aujourd’hui, c’est que j’ai eu la chance de l’interviewer, il y a quelques semaines.  Notre conversation devait porter sur lui, mais je l’ai laissé dériver, parce que je me doutais bien au fond que s’il m’avait reçue, c’était pour mener son grand combat contre l’incarcération, bien plus que dans le but de me parler de ses états d’âme. Au début de notre entretien, je pensais encore que la prison était un mal nécessaire qu’il fallait juste s’employer à rendre le plus supportable possible. A la fin, je ne savais plus très bien. Difficile de résister à l’intensité du regard de cet homme incandescent, difficile de s’en tenir à des certitudes confortables quand on a en face de soi quelqu’un dont on devine qu’il va vous amener à effleurer une vérité essentielle, pour peu que vous preniez le risque de le laisser faire. Car il est comme ça, Thierry Levy, il vous jauge et puis tout à coup, il vous tire le tapis sous les pieds, avec la volonté évidente de vous faire tomber. Je suis tombée, et je lui en suis reconnaissante car je n’aime rien tant que découvrir un sujet de réflexion au-delà d’une apparente évidence.

En visitant l’exposition Crime et châtiment à Orsay dimanche matin, sur son conseil, je me suis arrêtée devant la guillotine, j’ai regardé cette horreur, longtemps, très longtemps et j’ai songé que peut-être, dans un siècle, ou deux, une femme se tiendrait exactement à la même place que moi et contemplerait avec la même horreur les photos de nos prisons actuelles. Allez savoir…

Voyez-vous, avoir le privilège de rencontrer des hommes de cette trempe, c’est la plus grande joie que puisse offrir le métier de journaliste. On peut au choix être d’accord ou pas avec lui, le prendre pour un visionnaire ou simplement un utopiste. Peu importe. L’essentiel, c’est de savoir qu’il y a des professionnels qui aiment leur métier « jusqu’à la furie » pour reprendre ses propres termes et qui ont le courage de mener des combats apparemment perdus d’avance. Seulement voilà, ce plaisir ne serait rien s’il n’était partagé, si au milieu du brouhaha de l’actualité, on ne pouvait pas dire : stop, regardez un peu là, cet homme au discours aride, si peu attractif sur un plateau de télévision, oui, celui-là, écoutez-le attentivement, il a des choses à dire. Le fait qu’il se refuse aux compromissions du jeu médiatique, voyez-vous, me le rend encore un peu plus sympathique, d’où ce billet. Mais allez donc lire le portrait qu’a fait de lui Pascale Robert-Diard, il est magnifique. Pour ceux que le thème de la prison intéresse et que la position de Thierry Lévy intrigue, les références de ses ouvrages sont ici.

Bonne lecture !

Publicités

17 commentaires »

  1. Vous avez eu de la chance de rencontrer Thierry Lévy plutôt que Christophe Hondelatte, qui, lui, a l’air d’être une belle crapule. En plus il a le bras long, comme il ose s’en vanter dans Le Parisien (du 11/5/10) :
    Extrait :
    – « Vous avez récemment porté plainte à la suite d’une altercation à l’entrée d’un bar de nuit. Vous en êtes où ? »

    – « Je vais être convoqué pour une confrontation avec mon agresseur. Il a aussi porté plainte en prétendant que c’est moi qui l’avais frappé. La police a beaucoup enquêté, entendu des tas de témoins. S’il y en un que je ne vais pas louper, c’est le policier qui, hors service, m’a brandi sa carte sous le nez. Lui, si je peux avoir sa tête… Et je crois avoir, deux ou trois relations pour l’avoir. »

    Aliocha : je me garderais bien de donner un avis sur un dossier de cette nature sans disposer de tous les éléments. Maintenant, je me demande ce que tout le monde a contre Hondelatte en ce moment, notamment chez @si. Personnellement, je ne le connais pas, mais je trouve son émission remarquable sure le fond comme sur la forme. Elle est beaucoup copiée mais jamais égalée. On se plaint assez de la médiocrité de la télévision, alors quand il y a des émissions à la fois intelligentes et échappant au côté un peu aride des programmes d’Arte, autant le souligner, non ?

    Commentaire par Gilbert — 12/05/2010 @ 20:49

  2. Comme vous Aliocha j’aime beaucoup les émissions de Christophe Hondelatte et je ne comprend pas trop le Hondelatte-bashing actuel…

    J’ai enregistré l’émission et le débat, je vous en reparle dès que je les aurai regardé. 😉

    Aliocha : quand je pense que ce billet vous était tout particulièrement destiné et que vous avez mis deux jours à réagir. Ah, les hommes ! 😉

    Commentaire par Mussipont — 14/05/2010 @ 10:04

  3. Je crois que ce qui défrise, c’est que Hondelatte a tendance à faire dans le crapoteux et en plus c’est un sanguin :
    http://www.20minutes.fr/article/391608/A-la-Une-Alexandre-Lacroix-C-est-une-tentative-d-intimidation-musclee.php

    Commentaire par Gilbert — 14/05/2010 @ 13:49

  4. J’aime bien Christophe Hondelatte.
    L’homme de télévision.
    L’homme tout court, je ne le connais pas et, si j’ose dire, je m’en fous un peu. Mais l’homme de télévision, je l’aime bien. Parce qu’il réussit, selon moi, un vrai tour de force : présenter des criminels comme des êtres humains sans pour autant minimiser leurs actes et leurs conséquences. C’est suffisamment rare pour être remarqué.

    Commentaire par lambertine — 14/05/2010 @ 13:53

  5. @ aliocha : je ne voulais surtout pas plomber le sujet en écrivant d’emblée un commentaire de 2 kilomètres de long 😉

    Mais vous m’avez donner envie de lire les livres de Me Lévy, ce n’est déjà pas mal, non? Je vais d’abord trouver « Nos têtes sont plus dures que les murs des prisons »…

    Commentaire par Mussipont — 14/05/2010 @ 15:34

  6. @ Aliocha et Mussipont :
    Thierry Lévy (qui a certes un patronyme « juif », mais dont, à ma connaissance, seul le père est « juif ») est aussi l’auteur de « Levy oblige », ouvrage qui a suscité l’article de Pascal Robert-Diard dans Le Monde du 9/02/2008, indiqué par Aliocha, et où il s’interroge sur ce qu’est être « Juif », mais aussi sur le sionisme.
    Et sur ces sujets, il me semble (mais je n’ai pas eu la chance de le rencontrer) pétri de contradictions. Ainsi, dans un « Chat » avec L’Express.fr, il refuse d’abord de définir ce qu’est être juif, puis plus loin, il le lie explicitement à la religion …
    Voir ici : http://www.lexpress.fr/actualite/societe/chat-avecthierry-levy-qu-est-ce-qu-etre-juif-aujourd-hui_473525.html

    Aliocha : votre commentaire est le 10 000 ème depuis l’ouverture de ce blog, ça se fête !!!!

    Commentaire par Yves D — 14/05/2010 @ 16:33

  7. Et j’aurais donc, si je ne m’abuse, posté les 2ème et 9 999ème commentaires! 😉

    Commentaire par Mussipont — 14/05/2010 @ 23:05

  8. @ Mussipont: compliments!

    @ Aliocha: c’est bien beau, le « ça se fête !!!! » mais où et comment?

    Par un p’tit rendez-vous Facebook?

    (Faut un endroit assez vaste pour que jalmad puisse garer sans souci son camion-citerne rempli de vin de noix).

    Commentaire par Goloubchik — 15/05/2010 @ 09:27

  9. Aliocha : il est de blogueurs, comme Mô par exemple, qui récompensent le 10 000 ème commentaire par l’envoi d’un magnum de champ’ à l’heureux contributeur… 😉

    Aliocha : vous n’y pensez pas, malheureux ! Moi, inciter mes aimables lecteurs à des débauches alcoolisées ? Jamais ! Un litre d’eau pétillante et puis c’est tout.

    Commentaire par Mussipont — 15/05/2010 @ 12:38

  10. Merci pour ce papier qui m’a fait connaître Thierry Lévy et sa pensée.
    Nous sommes fous de penser que la prison est une solution à l’insécurité.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 15/05/2010 @ 21:25

  11. @ Mussipont

    Mouais, je n’en n’ai pas encore vu la couleur, du champ’ de Mô.

    Ceci étant écrit, je cours m’informer sur Thierry Lévy.

    Commentaire par Prof Timbré — 16/05/2010 @ 19:47

  12. Mussipont,

    Selon son auteur, ce post est à votre honneur.

    Mais avez vous remarqué que dès qu’elle s’adresse à vous, elle le fait sur le ton de la multitude?

    Ah, les femmes…

    Commentaire par tschok — 17/05/2010 @ 12:11

  13. Je recommande chaudement la lecture de « Pourquoi faudrait-il punir ? », sur l’abolition du système pénal, de Catherine Baker, un ouvrage qui lui aussi ébranle les certitudes.

    Commentaire par ZapPow — 17/05/2010 @ 17:48

  14. @ Aliocha : de l’eau? Berk! Je n’en bois jamais, ça me rappelle le boulot!

    Et à propos de la remarque de tschok en 12, me considérez vous représentatif de la multitude des mâles? Est ce un compliment? Ou bien un camouflet? Expliquez vous que diable!

    Aliocha : ni l’un ni l’autre, un simple constat factuel, vous connaissez le goût des journalistes pour les fait z’objectifs 😉

    Commentaire par Mussipont — 19/05/2010 @ 21:33

  15. Vous esquivez la question Aliocha, on croirait entendre le porte-parole d’un ministre éludant une question génante (genre j’ai deux apparts à Paris dont un pour ma fille… 😉 )

    Commentaire par Mussipont — 20/05/2010 @ 09:15

  16. je suis de meknes

    Commentaire par amina boubkeur abdeljalil — 03/09/2010 @ 00:39

  17. chui d meknes

    Commentaire par amina boubkeur abdeljalil — 03/09/2010 @ 00:39


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :