La Plume d'Aliocha

13/03/2010

Adieu Monsieur Ferrat

Filed under: Réflexions libres — laplumedaliocha @ 20:56

Pleurer à l’occasion de la disparition d’une célébrité n’est pas dans mes habitudes.

Et pourtant en entendant l’annonce de la mort de Jean Ferrat, j’ai eu la gorge nouée.

Ses chansons ont accompagné mes révoltes d’adolescente, elles sont devenues par la suite une partie de moi-même. Je ne prends jamais un train sans fredonner en regardant par la vitre « Ma France », il n’est pas un matin ensoleillé sans que je songe à « Que c’est beau la vie », pas une seule injustice sociale qui ne me fasse monter aux lèvres « Pauvres petits c… » ou bien encore « En groupe, en ligue, en procession ».

« Nuit et brouillard » que j’ai du écouter plusieurs milliers de fois me bouleverse encore aujourd’hui, tout comme « Maria ».

Et que dire de ses chansons d’amour, si ce n’est qu’elles ont toujours échappé aux épouvantables lieux communs qui sont généralement la loi du genre.

C’était un révolté, un artiste profondément humaniste et un poète aussi sincère que pudique.

C’était surtout un homme vrai.

Publicités

16 commentaires »

  1. Il me semble que les médias passent plutôt _la Montagne_ (plutôt consensuelle) que ses chansons engagées…

    Commentaire par DM — 13/03/2010 @ 21:16

  2. @Aliocha

    Tout pareil.
    Pour ma part, Ferrat chante Aragon c’est juste indépassable… spécialement « les poètes ».

    C’est moi qui me fait vieux et qui y suis plus sensible ou bien y’a trop de gens qui meurent en ce moment ?

    😦

    Commentaire par khazan — 13/03/2010 @ 22:52

  3. Paraît que les jeunes préfèrent Lady gaga, tokio hôtel !

    Commentaire par veronique abal — 13/03/2010 @ 23:43

  4. Mais, Aliocha, vous êtes de gauche ?

    Commentaire par Gilbert — 14/03/2010 @ 04:11

  5. L’Amour de ma vie est mort mardi, et je n’ai depuis dans la tête que la chanson 3 aimer à perdre la raison ».Curieuse coïncidence.

    Commentaire par monik — 14/03/2010 @ 08:42

  6. Ferrat c’est ma jeunesse et je me moque d’être vieille quand ce monde là disparaît.. Ferrat c’est de la même veine que Gérard Philipe Barbara ou Brassens Ferrat ce n’est pas un engagement politique une idéologie Ferrat c’est le talent et il est universel!
    La « gorge nouée » Aliocha?. Plus encore, c’est un monde qui s’en va et ne reviendra plus c’est une France disparue c’est une révolte permanente un refus contre ce qui est laid et qui n’est pas humain cela n’a ni politique ni patrie. Requiem.

    Commentaire par scaramouche oo1 — 14/03/2010 @ 10:09

  7. Je ne suis pas spécialement féru de Ferrat, mais quand Dulcinée m’a fait découvrir « Maria » je me suis dit que quand même, c’est un grand bonhomme.

    Commentaire par Gwynplaine — 14/03/2010 @ 14:05

  8. Ben lady gaga c’est bien, mais ça ne nous empeche pas d’apprécier Ferrat. RIP.

    Commentaire par Adrien — 15/03/2010 @ 08:41

  9. L’annonce de son décès m’a pareillement ému. Après Piaf, Brel, Brassens, Ferré, Barbara… un autre grand de la chanson française s’est éteint.
    Si la quantité d’hommages qui lui sont fait m’a dans un premier temps surpris, car je ne l’imaginais pas à ce point populaire, elle m’apparaît méritée, et rassurante. L’humanisme n’a pas de parti.
    « Si je mourais là-bas » me trotte dans la tête… un poème d’Apollinaire mis en musique par l’artiste, une de ces chansons d’amour atypiques dont vous parliez, Aliocha.
    Adieu Monsieur Ferrat.

    Commentaire par Amine Venezia — 15/03/2010 @ 10:39

  10. @ scaramouche,

    pareil – on doit avoir le même age – quand un poète disparait c’est toujours une grande perte pour l’humanité : ils sont si rares

    Commentaire par marsan — 15/03/2010 @ 11:33

  11. Je ne connaissais pas « Maria ». Très belle chanson et terriblement juste. Les 2 fils de Maria sont comme Caïn et Abel, Etéocle et Polynice, Romulus et Remus… Quand donc les hommes finiront-ils de s’entretuer ? Nous savons toute l’absurdité qu’il y a à tuer son frère, et pourtant nous continuons, nous n’avons aucune excuse.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 15/03/2010 @ 13:53

  12. RIP

    Commentaire par misty — 15/03/2010 @ 14:16

  13. Cette chanson, Maria, me fait penser au soldat de Marsala, une chanson pacifiste de Maurice Nadaud. Il ne s’agit pas là de deux frères, mais de deux soldats dans des camps opposés. Le thème est ressemblant : l’un vise mal, l’autre tire bien. Et toujours la même question : pourquoi ?

    Une version au son pas très bon. Sinon essayez sur Deezer, par Serge Utgé-Royo (un chanteur anarchiste).

    Commentaire par Gilbert — 15/03/2010 @ 23:57

  14. Oups, rectif, il s’agit de Gustave Nadaud.

    Commentaire par Gilbert — 15/03/2010 @ 23:58

  15. C’était une époque où je n’étais encore qu’un jeune con ; très jeune et très con…
    A l’école, il y avait un moment une fois de temps en temps réservé à la chanson,
    il y eut un jour où la cassette dans le poste diffusa « nuit et brouillard »,
    j’étais un jeune con ; je ne voyais ce moment que comme une nouvelle récréation
    mais pourtant ce jour est resté et reste encore dans un petit coin de ma tête…
    ce n’est que bien plus tard que j’ai compris l’importance de ce moment…

    Je venais d’être victime du syndrome du chanteur enseigné dans les écoles et disparu de la scène médiatique…

    J’ai un peu vieilli
    J’entendais parfois des extraits de « la montagne », de « que serais-je sans toi », « la femme est l’avenir de l’homme » ou encore de « c’est beau la vie »…
    J’écoutais cela comme un lointain morceau de notre patrimoine culturel sans vraiment toujours être sûr de qui se cachait derrière…

    J’ai encore un peu vieilli
    J’écoutais les chansons que certains me proposaient gentiment d’acheter…
    Sans doute né dans la mauvaise époque, je préférais me plonger dans un passé que je ne connais pas vraiment…
    Je préférais découvrir par moi-même, un peu aidé par « l’héritage culturel familial »…

    Je ne sais pas grand chose de lui…
    à peine ce que l’on a bien voulu me dire…
    pour des gens comme moi, il en était parfois réduit à l’état de chanteur du parti communiste…
    mon voyage dans son monde m’appris rapidement que c’était loin d’être le cas…

    J’étais un jeune con né sans doute un peu trop tard
    J’ai un peu vieilli et c’est malheureusement au moment où il s’en va en rejoindre tant d’autres que je commence à peine à vraiment le découvrir un peu plus…

    http://vuparmwa.over-blog.com/article-salut-l-artiste-je-n-etais-malheureusement-qu-un-jeune-con-46794452.html

    Commentaire par vuparmwa — 16/03/2010 @ 11:05

  16. Bel hommage…

    Ferrat reste, pour moi, le chanteur qui m’a rendu la poésie accessible, des textes touchants et profonds, que mes parents écoutaient, des positions politqiues que je partage…

    salut l’artiste

    Matéo 34

    Commentaire par Matéo 34 — 19/03/2010 @ 14:22


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :