La Plume d'Aliocha

23/12/2009

Penser par onomatopées, est-ce encore penser ?

Filed under: Réflexions libres — laplumedaliocha @ 10:51

La mésaventure que rapporte Le Chafouin dans son billet d’hier est intéressante. Il raconte en effet sa prise de bec sur Twitter avec Eric Mettout, rédacteur en chef de l’Express.fr à propos de Pie XII. Il faut dire que lui et quelques autres ont tenté de défendre la décision de Benoît XVI à coup de messages de 140 signes.

Fichtre !

Si je comprends aisément la tentation d’intervenir dans cette affaire et de faire valoir des arguments pour éclairer le débat, en revanche, je ne suis guère surprise que la méthode utilisée ait mené à l’échec. Difficile en effet de développer un raisonnement et surtout de l’illustrer en 140 caractères. A fortiori sur un sujet qui fait appel à des éléments historiques et politiques pour le moins complexes et dont surtout l’extrême gravité nécessite une prudence toute particulière. Dans l’un de ses billets Philarête évoquait un jour le format de Twitter, en se demandant s’il n’allait pas entraîner « une tendance inquiétante au degré zéro de l’articulation des idées ». Que voulez-vous dire en effet sur Pie XII en 140 signes si ce n’est « ton Pape n’a rien fait pour les juifs » pour s’entendre répondre « c’est plus compliqué que cela »? Ecrire, parler, c’est penser. A s’entendre parler ou à se lire on affine son idée de départ, on la nourrit, on l’approfondit. En la confrontant à l’argumentation de son interlocuteur, on démultiplie encore les vertus de l’exercice. Mais si pour faire cela on ne dispose que de 140 signes, alors la pensée nécessairement s’atrophie et la discussion avec elle, les positions se radicalisent en se simplifiant sur le mode facile et surtout fort manichéen du : « pour ou contre », « vrai ou faux », « bon ou mauvais », etc.

Le développement des SMS a, dit-on, sérieusement mis à mal la connaissance de l’orthographe des adolescents. Celui de Twitter pourrait bien aboutir comme le prédisait Philarête au degré zéro de la réflexion. Au demeurant, cet incident met une fois de plus en lumière la pertinence des mises en garde de Dominique Wolton sur la confusion regrettable entre progrès technique et progrès de communication. Indiscutablement, Twitter est un progrès technique. Permet-il de mieux se connaître et de se comprendre, c’est une autre histoire…

Tenez d’ailleurs, je déjeunais hier avec des amis qui me sont très chers lorsque surgit dans la conversation le redoutable sujet Pie XII. La querelle qui s’en suivit entre d’une part un diplômé de théologie et, de l’autre, une grande figure de la presse très « gauche germano-pratine » faillit s’achever en pugilat lorsque la seconde dit au premier « on ne peut pas plus discuter avec un défenseur de Pie XII qu’avec un révisionniste ». La violence et la profonde injustice de l’attaque n’exprimaient au fond que la douleur infinie attachée au sujet. Il s’en fallut de peu néanmoins pour que ce déjeûner de Noël ne tourne au désastre absolu. Mais il se trouve que, comme le soulignât le théologien, « ce qui nous rassemblait autour de cette table était plus fort que nos différences ». L’amitié prit donc le pas sur la querelle et les choses en restèrent là. J’en déduis qu’on n’aborde pas sans risque de tels sujets, fut-ce entre amis, face à face, autour d’une bonne bouteille de vin. L’échec fut donc aussi cuisant que celui de la discussion via Twitter. En ce sens, argumenter sans limite de taille ni de durée ne nous fut d’aucun secours, soyons honnête, même si la discussion fut infiniment plus riche que celle de Twitter. Mais le fait que cette querelle se soit déroulée dans le monde réel nous a évité le pire : réduire l’autre à ses arguments et en venir à le détester.

Note : dans le billet sur les blogs de journalistes, je m’aperçois que j’ai oublié de citer Le Chafouin, lequel est aussi journaliste. Je rectifie donc cette omission en songeant que, décidément, si j’oublie l’un des  plus influents de nos blogueurs journalistes, il est urgent que je prenne quelques jours de congés !

A lire à propos de Twitter ce billet intéressant d’un journaliste-blogueur que j’ai aussi oublié de citer hier (décidément !!!) Jean-Christophe Féraud, dont le blog s’appelle Ecran Radar. Il commente une étude sur les utilisateurs de Twitter.

Propulsé par WordPress.com.