La Plume d'Aliocha

21/12/2009

La nouvelle star médiatique

Filed under: Coup de griffe — laplumedaliocha @ 10:48

C’est curieux le journalisme, parfois.

Je lisais hier Marianne papier quand je suis tombée sur un petit article étonnant. C’était une interview de André Manoukian, vous savez, le « talentueux » membre du jury de la Nouvelle Star sur M6, à qui l’on demandait ce qu’il pensait du clip des « jeunes pops ». Et que croyez-vous qu’il répondit ? Qu’aucun ministre ne gagnerait à la Nouvelle Star, qu’ils étaient tous « grotesques », « ridicules », « affligeants ». Quel scoop, dites-moi ! Je me suis demandée durant une bonne partie de la journée quel pouvait être l’intérêt d’un tel papier, tant il est évident en effet que nos ministres ne sont pas les rois de la piste de danse. Est-ce ce qu’on leur demande d’ailleurs…Je pensais que non, mais si c’est le cas, autant confier au jury de la Nouvelle star le soin de nous sélectionner le prochain gouvernement, tant qu’on y est. Il me semble quelque peu incohérent de critiquer la pipolisation de la politique d’un côté et de solliciter de l’autre un pipole pour analyser un clip politique à l’aune des valeurs du show bizz.  Un peu plus loin, je tombe sur un autre papier m’expliquant que la bien-pensance du moment s’emploie à encenser les auteurs réprouvés, car le vrai génie est forcément réprouvé. Et voilà qu’on en remet une couche sur Céline, Drieu, Nietzsche et Sade. Qu’une bande de bobos branchés n’apprécie, ou plutôt ne fasse semblant d’apprécier ces auteurs, qu’en raison de leur réputation sulfureuse, c’est-à-dire précisément de ce qui doit être critiqué chez eux, c’est possible et c’est en effet terriblement crétin. De là à rouvrir éternellement leur procès avec la tentation de les inscrire au grand index de la bien-pensance germano-pratine éclairée de gauche, il y a un pas que j’aurais préféré ne pas voir franchi dans mon journal préféré. La Pleïade publie la correspondance de Céline ? Où est le scandale ? Veut-on revenir au temps des autodafés ?

L’autre grand sujet médiatique du moment, ce sont les dérapages de Rachida. Il en aura fallu du temps, dites-moi, pour que les médias s’aperçoivent des faiblesses politiques de l’ex-garde des sceaux. Et pourtant, il suffisait de l’entendre au ministère ou lors d’interventions publiques pour s’en apercevoir. Si, si, vraiment. Moi ça m’a pris deux mois. A l’inverse, la cote de popularité de Christine Lagarde remonte. Elle eut pourtant fut un temps la réputation d’être la plus maladroite du gouvernement. Là encore, il suffisait de l’observer un peu, de l’écouter attentivement,  pour saisir qu’elle avait la stature d’une femme d’Etat.  Ces deux anecdotes sont emblématiques d’un certain journalisme à la française, qui préfère répéter ce que disent Pierre, Paul et Jacques sur Albert (comprendre les relations haut placées dans l’univers politique) plutôt que de se faire une opinion personnelle par la simple observation des faits. La méthode présente trois avantages, elle exonère de toute responsabilité personnelle, évite de se poser trop de questions et permet de rester en cour en relayant l’opinion des puissants du moment. Quelle pantalonnade !  Ce travers est lourdement aggravé par le web qui ajoute à cet engouement très courtisan pour les petites confidences entre amis une violente appétence pour les petites phrases. D’ailleurs, ce qui dessert Rachida Dati en ce moment sur Internet, ce n’est ni son bilan politique, ni les ouvrages récemment parus qui ont dévoilé toute l’ambiguité de la dame, non, ce sont ses dérapages verbaux. Un peu court, je trouve.

Et puis il y a Pie XII. Je ne connais pas particulièrement le sujet, mais à voir la polémique enfler, j’ai quand même lu ici et là quelques articles. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que le sujet fait débat, y compris au sein même de la communauté juive. Difficile dans ces conditions de dresser en toute bonne conscience et sur le champ un échafaud pour  Benoit XVI. C’est pourtant ce qu’il va se produire. Parce qu’au fond, la vérité, on s’en moque, ce qui compte réellement c’est de pouvoir s’indigner, trouver des boucs-émissaires. La généralisation de la com’ a engendré le goût pour les message courts, faciles, manichéens, on veut savoir immédiatement qui sont les bons et les mauvais. Dans ces conditions, Pie XII fait un parfait mauvais, Benoit XVI également. Tout comme en son temps Christine Lagarde fit partie des réprouvés de la politique et Rachida Dati des meilleurs espoirs.

Au grand concours de la Nouvelle Star médiatique, les vainqueurs sont toujours en sursis et les vaincus n’ont que peu de chances de se refaire. Il faut dire que les opinions comptent pour tout et les faits pour presque rien.

Pour encenser Jean-Paul II : tapez 1

Pour lyncher Pie XII : tapez 2

Pour destituer Benoît XVI : tapez 3

Publicités

8 commentaires »

  1. toute personne, médiatiquement exposée, sera un jour adulée, le lendemain executée sur la place de Grêve. et je pense que ça n’est pas un phénomène nouveau. les bobos ne sont pas un phénomène nouveau, les retourneurs de veste non plus.

    en ce qui concerne le vatican (plus généralement) on ne peut pas dire que les faits, les archives, leur donne raison, meme si, quand on parle du silence de pie XII, celui ci n’était pas le seul à ne rien dire. Roosevelt et Churchill n’ont pas trop evoqué la shoah.

    quand aux Peoples qui donnent leur avis sur la chose politique, ils sont libres d’avoir des opinions, ils sont libres de parler ou ne rien dire. mais de toutes façons, leurs paroles comme leurs silences (à la Pie XII) leur seront reprochés.
    surtout si ce sont des conneries.

    quand au clip de l’UMP….

    Commentaire par leinad — 21/12/2009 @ 11:52

  2. Pourquoi le clip des verts n’a t’il pas fait de vagues?

    Commentaire par Monik — 21/12/2009 @ 14:14

  3. Le mélange entre faits et com’ n’est pas nouveau non plus.
    Pour la nouvelle « affaire », celle de Pie XII et Benedictus XVI, force est de constater qu’au niveau com’-que l’Eglise a pourtant utilisée- le Pape semble manquer un peu de tact. Déjà voué aux gémonies médiatiques pour ses propos sur le préservatif, le cas Williamson, Ratisbonne, certes avec simplifications sans nuance, cette nouvelle décision avait de quoi faire réagir… ?
    Ceci dit par un impie, manifestement, puisque pour de nombreux catholiques le propre de la parole papale est son indéfectibilité. Toute polémique est vanitas.

    Commentaire par tOad — 21/12/2009 @ 14:40

  4. Bonjour,

    « Il me semble quelque peu incohérent de critiquer la pipolisation de la politique d’un côté et de solliciter de l’autre un pipole pour analyser un clip politique à l’aune des valeurs du show bizz. »

    Il est bien évident que l’on ne demanderait pas l’avis d’artiste sur une prestation d’enfants à la kermesse de l’école. Il est aussi évident que l’on ne demande pas aux hommes politiques de savoir chanter. Mais de la même façon, on ne demande pas aux sportifs de connaitre la géopolitique pakistanaise ou le principe de l’osmose inverse, et on ne devrait pas se priver, il me semble, de leur faire remarquer leurs lacunes sur le sujet s’ils s’avisait d’émettre publiquement une opinion. Alors même si ce n’est pas du grand journalisme, même si ce n’est ni subtile ni efficace, il est heureux que justement quelqu’un rappelle, même de cette façon détournée, aux politiques que leur métier n’est pas de chanter.

    André Manoukian est le seul qui soit dans son rôle. C’est un produit de la société du spectacle, qui parle d’un clip, il est en cela tout à fait cohérent. Alors qui blâmer ? Le politique qui transgresse les genres à sa convenance en prenant bien garde de retourner derrière sa ligne quand la tournure lui déplait ou le journaliste qui va chercher en deuxième semaine un artiste pour son avis sur des politiques quand les politiques ont déjà jugé lors de la première ? Pour cette fois, je voterai 1.

    Quand à la décision du pape, elle me semble bien plus politique que religieuse…

    Le religieux se mêle de politique, le politique de divertissement et les divertisseurs sont des icones …

    La vraie transgression va finir par être de rester à sa place.

    Aliocha : nous ne sommes pas toujours d’accord vous et moi, mais en l’espèce, j’adore votre conclusion 😉

    Commentaire par Karam — 21/12/2009 @ 15:33

  5. Mais où sont les coupables? Car coupables il doit y avoir devant une telle gangrène de l’information.
    Les lecteurs ou utilisateurs qui par paresse intellectuelle absorbent plus facilement le pré-mâché, le pré-digéré, le petit pot purée carotte de l’info à deux hypothèses seulement, la bonne et la mauvaise, qui ne pose pas de difficulté pour la digestion ? Tapez 1
    Les journalistes, qui par volonté de faire des articles lus au moins jusqu’à la 5 ème ligne écrivent dans l’air du temps cautionné par « dit par un membre influent du pipleland, politland, artistland » ? Tapez 2
    Les blogueurs influents dans leurs sphères, qui ressassent à n’en plus finir sur des sujets qui doivent « buzzer » sur la vague d’une indignation ou d’un scandale ? Tapez 3.

    Ne tapez rien. On est encore que sur des généralités et on prend le général pour la règle absolue. Heureusement il existe bien des amateurs d’informations qui vont lire le maximum sur Pie VII pour se faire leur opinion. Il existe des journalistes qui écrivent des articles complets et documentés et des blogueurs qui surfent sur la vague d’à coté, plus petite mais plus originale.
    Les motifs d’indignation se trouvent autant dans les faits que dans la manière de les relater ou de les faire parler. Il est d’abord de notre responsabilité de sélectionner nos sources.

    Internet nous donne la perfide illusion de pouvoir nous indigner de tout et de pouvoir intervenir directement dans le débat. Cruelle chimère génératrice de frustrations.

    Aliocha : ….de frustrations voire de névrose collective.

    Commentaire par Albireo — 21/12/2009 @ 15:58

  6. Tout à fait d’accord avec vous.

    Notamment sur ce conformisme de l’anticonformisme, sur cette incorrection du politiquement correct, pardon, sur cette correction du politiquement incorrect… dans lesquels Marianne a une fâcheuse tendance ces temps-ci à s’embourber.

    Et aussi sur cette façon, automatique, d’accuser Pie XII et donc Benoît XVI qui a le malheur de prendre sa défense. Accuser automatiquement c’est renoncer à la réflexion.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 21/12/2009 @ 17:23

  7. Quand à votre conclusion sur les papes, si ça peut vous rassurer, je mets les 3 dans le même sac, en particulier depuis la béatification des victimes fascistes (et uniquement celles-ci) de la guerre civile espagnole. C’est JP2 qui avait lancé l’affaire… j’imagine pour plaire à l’opus (Balaguer est espagnol).

    Commentaire par javi — 22/12/2009 @ 12:26

  8. « Merci » … ce petit mot suffit-il à votre « ego » chère Aliocha ?? Continuez à nous charmer..

    Commentaire par scaramouche oo1 — 28/12/2009 @ 11:34


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :