La Plume d'Aliocha

21/12/2009

La nouvelle star médiatique

Filed under: Coup de griffe — laplumedaliocha @ 10:48

C’est curieux le journalisme, parfois.

Je lisais hier Marianne papier quand je suis tombée sur un petit article étonnant. C’était une interview de André Manoukian, vous savez, le « talentueux » membre du jury de la Nouvelle Star sur M6, à qui l’on demandait ce qu’il pensait du clip des « jeunes pops ». Et que croyez-vous qu’il répondit ? Qu’aucun ministre ne gagnerait à la Nouvelle Star, qu’ils étaient tous « grotesques », « ridicules », « affligeants ». Quel scoop, dites-moi ! Je me suis demandée durant une bonne partie de la journée quel pouvait être l’intérêt d’un tel papier, tant il est évident en effet que nos ministres ne sont pas les rois de la piste de danse. Est-ce ce qu’on leur demande d’ailleurs…Je pensais que non, mais si c’est le cas, autant confier au jury de la Nouvelle star le soin de nous sélectionner le prochain gouvernement, tant qu’on y est. Il me semble quelque peu incohérent de critiquer la pipolisation de la politique d’un côté et de solliciter de l’autre un pipole pour analyser un clip politique à l’aune des valeurs du show bizz.  Un peu plus loin, je tombe sur un autre papier m’expliquant que la bien-pensance du moment s’emploie à encenser les auteurs réprouvés, car le vrai génie est forcément réprouvé. Et voilà qu’on en remet une couche sur Céline, Drieu, Nietzsche et Sade. Qu’une bande de bobos branchés n’apprécie, ou plutôt ne fasse semblant d’apprécier ces auteurs, qu’en raison de leur réputation sulfureuse, c’est-à-dire précisément de ce qui doit être critiqué chez eux, c’est possible et c’est en effet terriblement crétin. De là à rouvrir éternellement leur procès avec la tentation de les inscrire au grand index de la bien-pensance germano-pratine éclairée de gauche, il y a un pas que j’aurais préféré ne pas voir franchi dans mon journal préféré. La Pleïade publie la correspondance de Céline ? Où est le scandale ? Veut-on revenir au temps des autodafés ?

L’autre grand sujet médiatique du moment, ce sont les dérapages de Rachida. Il en aura fallu du temps, dites-moi, pour que les médias s’aperçoivent des faiblesses politiques de l’ex-garde des sceaux. Et pourtant, il suffisait de l’entendre au ministère ou lors d’interventions publiques pour s’en apercevoir. Si, si, vraiment. Moi ça m’a pris deux mois. A l’inverse, la cote de popularité de Christine Lagarde remonte. Elle eut pourtant fut un temps la réputation d’être la plus maladroite du gouvernement. Là encore, il suffisait de l’observer un peu, de l’écouter attentivement,  pour saisir qu’elle avait la stature d’une femme d’Etat.  Ces deux anecdotes sont emblématiques d’un certain journalisme à la française, qui préfère répéter ce que disent Pierre, Paul et Jacques sur Albert (comprendre les relations haut placées dans l’univers politique) plutôt que de se faire une opinion personnelle par la simple observation des faits. La méthode présente trois avantages, elle exonère de toute responsabilité personnelle, évite de se poser trop de questions et permet de rester en cour en relayant l’opinion des puissants du moment. Quelle pantalonnade !  Ce travers est lourdement aggravé par le web qui ajoute à cet engouement très courtisan pour les petites confidences entre amis une violente appétence pour les petites phrases. D’ailleurs, ce qui dessert Rachida Dati en ce moment sur Internet, ce n’est ni son bilan politique, ni les ouvrages récemment parus qui ont dévoilé toute l’ambiguité de la dame, non, ce sont ses dérapages verbaux. Un peu court, je trouve.

Et puis il y a Pie XII. Je ne connais pas particulièrement le sujet, mais à voir la polémique enfler, j’ai quand même lu ici et là quelques articles. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que le sujet fait débat, y compris au sein même de la communauté juive. Difficile dans ces conditions de dresser en toute bonne conscience et sur le champ un échafaud pour  Benoit XVI. C’est pourtant ce qu’il va se produire. Parce qu’au fond, la vérité, on s’en moque, ce qui compte réellement c’est de pouvoir s’indigner, trouver des boucs-émissaires. La généralisation de la com’ a engendré le goût pour les message courts, faciles, manichéens, on veut savoir immédiatement qui sont les bons et les mauvais. Dans ces conditions, Pie XII fait un parfait mauvais, Benoit XVI également. Tout comme en son temps Christine Lagarde fit partie des réprouvés de la politique et Rachida Dati des meilleurs espoirs.

Au grand concours de la Nouvelle Star médiatique, les vainqueurs sont toujours en sursis et les vaincus n’ont que peu de chances de se refaire. Il faut dire que les opinions comptent pour tout et les faits pour presque rien.

Pour encenser Jean-Paul II : tapez 1

Pour lyncher Pie XII : tapez 2

Pour destituer Benoît XVI : tapez 3

Propulsé par WordPress.com.