La Plume d'Aliocha

18/10/2009

Moi le gentil Dauphin, je n’y suis pour rien…

Filed under: Coup de griffe — laplumedaliocha @ 11:00

Ah ! Qu’elle est belle l’interview de Jean Sarkozy dans Le Point de cette semaine. Si, si, je vous assure. Allez voir, c’est ici et ça vaut le Pulitzer.

Question du Point  : »Népotisme, héritier, dauphin…Que n’entend-on pas à votre sujet depuis l’annonce de votre candidature à la présidence de l’Epad… (n’est-ce pas que c’est tendrement complice comme question, du velours pour le prince héritier…)

Réponse de Jean Sarkozy   : « Quand on parle de dauphin, je comprends mieux pourquoi : j’ai vu qu’il y avait un grand nombre de requins autour de moi »

Olééééé !   Jean Sarkozy en « gentil dauphin » tout droit sorti de la chanson de Lenormand, nageant entouré de méchants requins dans les eaux troubles de la politique, je n’y aurais pas pensé…. Observez la maestria avec laquelle il corrige l’idée négative attachée au mot dauphin par une allusion au sympathique animal qui fait rêver. Nous voici plongés dans le Grand bleu, tout de suite, la politique devient plus agréable. Et notre gentil Dauphin d’embrayer immédiatement sur le théorie du complot, façon Caliméro, en rappelant qu’on l’attaque tout le temps et sur tout, son âge, son nom, son activité et même la religion de sa femme.  « Mon ambition est de les convaincre de la pertinence de ma vision pour La Défense » ajoute-t-il et plus loin « laissons parler les actes et qu’on juge après ». Quand il sera « nommé-élu » et donc indéboulonnable, ah que non !

Là-dessus vous comme moi aurions eu l’idée totalement géniale de rebondir en lui demandant quelle était cette fameuse vision de la Défense. Eh bien pas le Point, figurez-vous.

Question suivante : « Etes-vous surpris par l’ampleur de la polémique, qui va au-delà de la gauche et qui dépasse les frontières ? » (et que je te sers la soupe).

Du coup notre gentil dauphin avoue qu’il n’est pas surpris, même s’il trouve ça disproportionné. Disproportionné à quoi et pourquoi, on n’en saura rien. Ainsi fonctionne la langue de bois, par affirmations creuses auxquelles on est sommé d’adhérer. Et le voilà mettant sur le tapis son « élection »et son mariage. Ben oui, il est peut-être jeune le dauphin, mais il est marié, c’est donc un homme. Evoquant les « procès » qu’il a subis, il conclut, grandiose : « j’ai compris que, lorsqu’on s’appelle Sarkozy, les choses sont parfois plus difficiles ». Eh oui, chers lecteurs, en pleine crise économique, il vaut mieux  être fils de personne que fils de Sarkozy. Au moins on ne vous mettra pas des batons dans les roues en soupçonnant un quelconque népotisme si, votre bac +7 en poche, vous postulez pour un premier job au smic. L’air de rien, c’est un sacré avantage. Si, si.

Le Point se souvient alors que les français sont « déconcertés » (admirez l’euphémisme) par l’ascension de Jean et le fait remarquer….

Ce à quoi le gentil dauphin répond : « Tout le monde sait que beaucoup de réactions sur Internet, sous couvert d’anonymat, ne sont jamais inspirées des meilleurs sentiments ». Si quelqu’un parmi vous comprend cette phrase, je vous remercie de m’éclairer, personnellement, je sèche. Vient ensuite la théorie du complot politique à son endroit et, faut ce qui faut, un nouveau rappel de son élection « dès le premier tour, à 52% ». Avant cette splendide conclusion en forme de provocation qui montre au moins que Jean a une très fine connaissance de la politique de son père : « Ecrivons un texte de loi m’interdisant de me présenter à une élection parce que j’ai 23 ans et que je m’appelle Sarkozy ». No comment.

Le Point insiste en citant un internaute qui relève à juste titre que le dauphin n’en serait pas là s’il n’était le fils de son père.

Réponse : l’internaute souffre de désinformation, avant de nous reprendre le refrain du « j’ai été élu ». On avait compris, c’est jamais que la quatrième fois en moins d’une page d’interview qu’il le dit. Quant à la désinformation, on n’en saura pas plus. Puisqu’on vous dit que c’est de la désinformation, vous n’allez pas en plus avoir l’outrecuidance de demander en quoi.

Le Point  demande alors au fiston s’il avait informé papa de sa décision.

Oui, répond l’intéressé, son père et aussi tous les gens qui l’aiment. C’est y pas mignon ? Il y a au moins une chose que cette épaisse langue de bois, lourdement encouragée par le journaliste, laisse apparaître, c’est l’extrême jeunesse de l’intéressé. Les dauphins, la lutte entre les gentils et les méchants, les gens qui l’aiment…

Je vous passe les questions suivantes, pour en venir à l’essentiel :

Le Point : « La présidence de l’Epad suppose une solide connaissance des dossiers et une certaine expérience… »

Réponse du Dauphin en substance : 44 élus du conseil général qui ont entre 30 et 80 ans et qui le voient travailler depuis 2 ans vont être appelés à juger de son travail.

Croyez-vous que Le Point en profite pour lui demander ce qu’il a fait de positif durant ces deux ans ? Du tout, encore une occasion de ratée de quitter le terrain facile du complot pour entrer dans les sujets de fond.

Question suivante : « Où en êtes-vous donc dans vos études ? » (Il n’y a que le journaliste du Point qui l’ignore…)

Là notre gentil dauphin botte en touche en évoquant la difficulté de concilier engagements politiques et cursus universitaire. Je songe personnellement à tous ceux qui, comme moi ont concilié boulot alimentaire et études en se tapant des journées de 15 ou 18h sans redoubler. L’un d’entre eux pourrait-il se dévouer pour expliquer comment on fait à l’héritier ? Moi j’ai pas le courage…

Le Point insiste, « En quelle année êtes-vous ? »Le gentil Dauphin répond qu’il a validé 3 matières de sa deuxième année et donne ses notes, au passage : 11 en histoire des idées politiques (l’examen devait porter sur la France d’avant Sarko parce que franchement, cette matière là, en droit, on la passe en principe les doigts dans le nez), 14 en finances publiques et 19 en droit immobilier et en droit civil. Curieux il avait parlé de 3 matières et j’en vois 4. Je suppose qu’il fallait caser l’immobilier, à cause de La Défense…

Je vous passe les 3 dernières questions sur les leçons tirées de cette affaire, et les ambitions futures, les réponses relèvent d’une telle langue de bois qu’elles ne sont même plus drôles.

Vous l’aurez compris, les idées force à retenir de cette interview c’est que Jean est un gentil Dauphin cerné par les requins, injustement attaqué en raison de sa naissance par des ennemis qui pratiquent la désinformation en oubliant sciemment de dire qu’il a été élu et qu’il le sera à la tête de l’Epad. Que ça n’ai pas traversé l’esprit du journaliste de demander au prince hériter ce qu’il avait fait de concret depuis deux ans qui le rende apte à piloter l’Epad et, surtout, ce qu’il entendait faire s’il était « élu » à la tête de l’organisme me laisse rêveuse. Et en même temps, ça ne me surprend pas. A trop nommer les gens sur leur image et non plus sur leurs compétences, Nicolas Sarkozy nous a mené là, à discuter de forme et à oublier le fond. Chapeau l’artiste !

Ah, un dernier mot quand même. Je n’ai pas pu m’empêcher de songer, en lisant ce morceau de bravoure journalistique, à Bernard Tapie. C’est la même langue de bois, soigneux mélange d’énergie, de séduction et de faux « parlé vrai » sur fond d’ambition aussi décomplexée que démesurée. Il ira loin, ce petit.

Allons, rien que pour le plaisir, on se la fredonne la chanson du gentil dauphin ? J’ai juste modifié un tout petit peu les paroles :

« Toi mon petit copain
Du mouvement populaire
Tu n’oses plus dire que tu m’aimes bien
À cause de ces requins
Que des internautes vilains
Ont réveillé pour faire peur à mon père
Moi le gentil dauphin
Je n’y suis pour rien
Je ne suis pas méchant, tu le sais bien
Si tu me fais la gueule
Je vais rester tout seul
Et foutre en l’air ma splendide carrière
Moi le gentil dauphin
Je n’y comprends rien
Pourquoi tout ce fracas, ce cinéma
Pour une raison bidon
Une désinformation
Allez sois chouette, offre moi ton soutien »


Publicités

50 commentaires »

  1. Depuis quand on fait du droit immobilier en première ou en deuxième année ?

    Ca sent le pipautage à plein nez : il faut être aussi fort en droit privé (obligations, sûretés, droit de la construction, …) et en droit public (contentieux administratif, droit de l’urbanisme, …), sans oublier le droit de l’environnement, également pluridisciplinaire.

    Bref, soit des matières que le prince Jean n’a pas encore vues, car au programme des années suivantes, soit des matières auxquelles ils n’a pas compris grand chose (sinon, il ne serait pas en deuxième année). Et prétendre passer en troisième année sans valider les morceaux de bravoure que sont les obligations et le droit administratif général, ça fait sourire !

    Bon dimanche quand même !

    Aliocha : Etant sortie d’Assas en 1992, je me disais que peut-être, depuis mon jeune temps, les programmes avaient changé. Je vois que je ne suis pas la seule à tilter… 😉

    Commentaire par pollicarpe — 18/10/2009 @ 12:27

  2. Le moins qu’on puisse dire c’est que la grasse mat’ du dimanche vous met en forme et en appétit pour croquer du Jeannot Lapin Dauphin. Apparemment, il ne vous reste plus le moindre os de trader à ronger : il est donc temps pour Monsieur Aliocha de vous emmener en week-end shopping alimentaire à la City (aller-retour en Eurostar à un prix raisonnable pour profiter d’un cheptel abondant, bien entretenu et de qualité où vous pourrez même trouver des variétés labellisées d’origine française, élevées au grain et au grand air des meilleures écoles de la République) 😉

    Le Point ne fut quand même pas très gentil avec le petiot de publier une telle photo de lui : il ne manque qu’une bulle « Areuuuuh… Burp »

    Bien. L’âge et les diplômes ne sont pas des critères forcément déterminants pour évaluer la compétence d’un individu. Ils sont évidemment à prendre en compte car ils constituent des points de références et des indicateurs utiles mais ils ne disent pas tout. Je connais quelques multi-diplômés dont la productivité ne dépasse pas celle d’une moule sous Lexomil, sauf quand le vent les met en mouvement mais malheureusement leur inertie rend vaine toute tentative de les convertir en éoliennes… 😉

    Les paramètres âge, diplôme et expérience ne permettent pas non plus de soupçonner le moindre fait de népotisme.

    Ce n’est pas le cas des manoeuvres effectuées pour faire place à Jean Sarkozy : abandon par Hervé Marseille de la présidence du groupe UMP au Conseil Général des Hauts-de-Seine au profit de Jeannot pour faire élire celui-ci, démission du même Hervé Marseille de son poste d’administrateur de l’EPAD au profit du président du Conseil Général des Hauts-de-Seine, un certain Jeannot…

    Parfaitement légal et respectueux des procédures que tout cela, me dira-t-on… Mais bien plus que douteux.

    Effectivement, non seulement Le Point lui sert la soupe mais le journal évite aussi soigneusement le sujet des conditions de son accession à ces différents postes. Pitoyable scène de mauvais journalisme, avachi devant ses maîtres, prompt à laper leurs paroles. Fort heureusement, à en croire la volée de bois vert qu’a récolté Etienne Mougeotte de son propre lectorat du Figaro, personne n’est dupe.

    Quant à tous ceux qui cherchent un emploi ou veulent en changer, il ne leur reste plus qu’à clamer « Papa, c’est moi ton fils/ta fille! Je t’aime, papa! T’as pas du taff pour moi? » à chaque apparition du monarque, lequel ne saurait rester indifférent à tant d’amour filial et désintéressé. Cela le changera…

    Commentaire par Ferdydurke — 18/10/2009 @ 12:38

  3. Je vous trouve tous très très méchants avec le gentil Jean. Le fait est qu’il a des obligations politiques, et que comme il est un élu consciencieux, il ne peut pas et réussir ses examens et transformer son canton en paradis sur terre. C’est pourtant très simple à comprendre: il est contre le cumul des mandats, et s’applique à démontrer qu’on ne peut faire deux choses à la fois lorsqu’on est élu, contrairement à ces vilains vieillards qui le critiquent injustement sous le fallacieux prétexte qu’il n’arrive pas à valider sa deuxième année, dont chacun sait qu’elle est très dure, surtout le droit administratif, à cause de ces gauchistes du Conseil d’Etat qui n’ont de cesse d’embêter papa avec des principes idiots tirés de jurisprudences incompréhensibles. Il a eu un sujet sur l’application de la théorie des apparences en droit interne l’an dernier, il n’a

    Commentaire par Braillard — 18/10/2009 @ 13:58

  4. (Euh, pardon à la maîtresse des lieux, mais je suis un poil sous-doué et j’ai cliqué sur « entrée » sans le vouloir, de sorte que mon commentaire précédent est pour ainsi dire incomplet, je recommence donc)

    Je vous trouve tous très très méchants avec le gentil Jean. Le fait est qu’il a des obligations politiques, et que comme il est un élu consciencieux, il ne peut pas et réussir ses examens et transformer son canton en paradis sur terre. C’est pourtant très simple à comprendre: il est contre le cumul des mandats, et s’applique à démontrer qu’on ne peut faire deux choses à la fois lorsqu’on est élu, contrairement à ces vilains vieillards qui le critiquent injustement sous le fallacieux prétexte qu’il n’arrive pas à valider sa deuxième année, dont chacun sait qu’elle est très dure, surtout le droit administratif, à cause de ces gauchistes du Conseil d’Etat qui n’ont de cesse d’embêter papa avec des principes idiots tirés de jurisprudences incompréhensibles. Il a eu un sujet sur l’application de la théorie des apparences en droit interne l’an dernier, et ça ça le dépasse un peu, l’apparence de justice, c’est pour les gueux, ce qu’il n’est pas (je vous épargne le couplet sur ses cheveux, mais j’avais envie hein).

    Et d’ailleurs à l’appui de sa bonne foi, voici la plaquette de L2 droit à Assas, où on voit bien que s’il n’y a pas de droit immobilier, c’est uniquement parce qu’il est assez fort, lui Je

    Commentaire par Braillard — 18/10/2009 @ 14:02

  5. bonjour à tous c’est un coup de gueule que je pousse aujourd’hui

    Je n’ai plus de mot pour fustiger ce qui se passe en ce moment si celui de « grand guignol »

    Nous sommes en plein délire « ubuesque », « carnavalesque ».

    je pense que nous avons une classe dirigeante qui se sait au dessus des lois oui je dis bien qui se sait au dessus des lois.

    Nous avons une opposition qui est l’ombre d’elle même et qui a magouillé lorsqu’elle était au pouvoir et qui magouille encore dans les régions qu’elle tient.
    Nous avons une presse, désolée Aliocha, qui est un fantôme , transparente, sans saveur, inodore, couleur du pouvoir ou de l’auto-censure

    Bref nous avons ceux qui tiennent les leviers du pouvoir et la nation tous les autres vous, moi…..

    que nous reste t-il à faire et bien nous lamenter sur nos blogs voilà notre pauvre pouvoir !!!!!

    Commentaire par artemis — 18/10/2009 @ 14:02

  6. Bon tant pis, c’était écrit, je ne sais pas écrire sur un ordinateur portable, j’ai voulu me moquer de Jean-Jean et j’ai été puni, je ne finirai donc pas mon commentaire, de peur de flooder un peu plus, je vous mets quand même le lien vers le programme de L2 droit à Assas. Ah, et c’est peut-être possible de passer en troisième année sans le DA, enfin c’est possible dans ma fac, mais vu qu’il y a un système de double moyenne dans toutes les grandes facs, Assas ne doit pas faire exception.

    http://www.u-paris2.fr/3120L-2009/0/fiche___formation/&RH=FORMATION

    Commentaire par Braillard — 18/10/2009 @ 14:05

  7. Pour en finir je reviendrai sur le ministre de la cul…ture
    Lisez le Canard enchainé de cette semaine et vous comprendrez pourquoi l’affaire F.Mitterrand dérange à droite comme à gauche !

    Commentaire par artemis — 18/10/2009 @ 14:06

  8. a braillard

    je ne décolère pas aujourd’hui !!!!

    Commentaire par artemis — 18/10/2009 @ 14:07

  9. @ artemis

    Ah mais c’est très petit de tirer sur les ambulances, je vais aller le dire à Jean-Jean, il ordonnera à Frédéric Lefebvre de vous traiter de gauchiste sur TF1.

    Cela étant au temps pour moi et toutes mes excuses je me suis couvert de ridicule, c’est pas mon jour.

    Commentaire par Braillard — 18/10/2009 @ 14:16

  10. Les qualités intrinsèques d’un jeune homme de 23 ans peuvent valablement être tirées de « l’intelligence émotionnelle » : self-control, persévérance, motivation, respect d’autrui,aisance sociale, maturité, sens des responsabilités,force de conviction etc…

    Sauf que, la personnalité et les pré-dispositions psychologiques sont une chose.

    L’expérience du monde des affaires (ici,à l’EPAD, se sont des négociations qui se chiffrent par milliards)est une autre histoire.

    Or, quel est l’expérience d’un jeune homme de 23 ans (pas depuis longtemps), le bac en poche (mais rien d’autre à l’avenant), juste 2 ans de fac de droit et pas plus d’expérience au conseil général des Hauts-de-Seine, qui occuperait volontiers le très grand fauteuil de très grand patron, à la tête d’un établissement tout plein d’argent ?

    Tiens ? Je me demande si avec mes 25 ans de banque et ma maîtrise en droit des affaires de Paris II si je ne devrais pas postuler en 2012 pour être à la tête du FMI !

    Commentaire par Le Chevalier Bayard — 18/10/2009 @ 14:17

  11. « Ah, un dernier mot quand même. Je n’ai pas pu m’empêcher de songer, en lisant ce morceau de bravoure journalistique, à Bernard Tapie. C’est la même langue de bois, soigneux mélange d’énergie, de séduction et de faux “parlé vrai” sur fond d’ambition aussi décomplexée que démesurée. Il ira loin, ce petit. »

    Il y a une petite différence quand même, c’est que Tapie n’est pas un « fils de » (du moins il me semble).
    Là, être le fils de Nicolas, ça peut laider pour les coups de pouce, mais ça gênera devant les électeurs (j’espère).
    Si Tapis avait été de même origine que les élites de l’époque, il n’aurait sans doute pas été condamné, et aujourd’hui, il serait peut-être à l’Élysée (sans forcément être mieux que Sarko, mais bon).

    Commentaire par ancilevien — 18/10/2009 @ 15:52

  12. Il y a de nombreuses années j’ai lu un bouquin de management où il était question de dauphins , de requins et de carpes : les carpes se tiennent à distance sinon les requins les avalent , les dauphins comme chacun sait n’avalant pas de carpes….! De temps à autre les requins essayent de s’en prendre aux dauphins qui beaucoup plus intelligents ont toujours le dessus par leurs coups éventuels assénés aux requins toujours au même endroit jusqu’à les mettre en fuite . D’après cette théorie , le dauphin ne devrait avoir aucune difficulté à se débarrasser des requins pendant que les carpes qui sont largement majoritaires mais très peureuses se tiennent à l’écart , si pas sous la protection du dauphin. Comme la plupart des commentateurs sont des carpes , applaudissons le dauphin , il y va de notre intérêt . ( Sur internet on ajoute parfoid lol … quand on est audacieux!)

    Commentaire par BrunoK — 18/10/2009 @ 16:23

  13. Tout le monde sait que beaucoup de réactions sur Internet, sous couvert d’anonymat, ne sont jamais inspirées des meilleurs sentiments”. Si quelqu’un parmi vous comprend cette phrase, je vous remercie de m’éclairer, personnellement, je sèche.

    Euh… je ne crois pas être particulièrement fûtée, mais, moi, je ne sèche pas du tout. Rendez vous sur n’importe quel site de presse en ligne, voyez les réactions des internautes, et vous serez effarée par ce déferlement de haine et de mépris, quel que soit le sujet. Je trouve d’ailleurs que le phénomène s’aggrave avec le temps.
    Personnellement, je n’aime pas Jean Sarkozy (je ne le connais pas plus que ça, mais il ne m’est pas sympathique) et je considère – de loin – que sa place n’est pas à la tête d’une importante place financière. Il n’empêche que je lis peu de critiques intelligentes, et beaucoup de commentaires bêtement jaloux ( « mon papa à moi y peut pas me placer là. Bouh… Jean est un sale pourri, un imbécile et un incapable »).
    N’empêche : c’est un sacré cadeau empoisonné, l’EPAD, à 23 ans…

    Commentaire par lambertine — 18/10/2009 @ 16:28

  14. Pour info à Braillard : vu que la dernière lettre de votre post tronqué est un « a », terminant un mot complet, je crois être en mesure de vous expliquer ce qui vous est arrivé.
    Lorsque vous tapâtes ce « a », votre doigt ripa et pressa la touche de tabulation, qui déplaça le focus de votre navigateur vers le bouton « Soumettre le commentaire », que vous activâtes par la barre d’espace dont la pression découlait logiquement de ce qui précédait.

    Commentaire par Schmorgluck — 18/10/2009 @ 17:58

  15. […] This post was Twitted by LaureLef […]

    Ping par Twitted by LaureLef — 18/10/2009 @ 18:05

  16. Bonsoir,

    Votre exemple se pose là comme illustration de la médiocrité de la presse: quoi de plus exemplaire que cet « interview » de Jean Sarkozy. C’est bien dommage car il y avait là matière, comme vous le soulignez si bien, à poser quelques vraies bonnes questions. Encore un « scoop » qui fait pshuittt. Ce n’est pas ça qui va me faire acheter à nouveau cet hebdomadaire qui fut brillant par le passé.
    Je ne parle même pas des dégâts causés dans le tissu démocratique. Max Gallo rappelait ce matin dans « l’esprit public » sur France Culture le caractère parfaitement légal de cette triste mascarade. Comment, après cela, l’autorité publique ou ce qu’il en reste, quelle qu’elle soit, peut-elle exiger d’être respectée? Je doute fort que dans les démocraties anglo-saxonnes, une telle pantalonnade ait pu avoir lieu. Décidemment, notre pays s’enfonce quotidiennement.

    Commentaire par H. — 18/10/2009 @ 18:38

  17. Houuu que j’ai bien ri avec votre billet! Merci 😀

    Bon sinon, je ne sors pas d’Assas mais j’ai également sourcillé en lisant 19 en droit immobilier et droit civil ( je ris rien qu’en l’écrivant!)

    Pour ma part, j’ai entendu à la radio certaines réponses que vous citez ici et c’est vrai que je suis restée sur ma faim au moment d’en savoir plus sur sa vision de la Défense, par contre, je salue l’adresse avec laquelle le gentil kikoulol dauphin manie la langue de bois pour son âge même si tout le monde s’en rend compte 😀

    Commentaire par Elaïs — 18/10/2009 @ 18:41

  18. Il est fort intéressant de constater qu’à chaque fois, c’est le même refrain: on parle d’une sorte de complot venant d’Internet (sans doute « quatre gusses dans un garage »?), de désinformation, etc.

    Quant aux élections, il convient sans doute de rappeler qu’en URSS, de nombreuses instances étaient élues. Que ces élections aient un caractère démocratique est une autre question: on doute fortement que si les électeurs avaient voté autrement que selon les ordres du Chef ou de la Direction du Parti, ils en auraient pâti.

    Commentaire par DM — 18/10/2009 @ 20:02

  19. Vous êtes bien injuste, Aliocha : une telle maîtrise de la langue de bois (que vous saluez, à votre manière) atteste bien de la maturité politique du jeune homme.

    Plaisanterie mise à part, l’autre solution serait de croire en la sincérité de Jean Sarkozy dans ce qu’il déclare : nous avons alors quelqu’un qui est persuadé que la figure de son père n’est pour rien dans sa fulgurante carrière, et qu’il ne la doit qu’à son propre mérite.
    Qui aura la bonté de lui ouvrir les yeux, à ce pauvre garçon ?

    Commentaire par Novice — 18/10/2009 @ 20:13

  20. Dernièrement, je prends sur le fait quelqu’un en train de commettre une petite arnaque – dont j’aurai pu être victime m’étant intéressé à l’affaire. Je lui dis. Il me répond « C’est pas mes doigts c’est pas de la confiture et puis t’es qui ? » Je réitère. Il me rétorque alors « T’es vraiment innocent toi, tu sors d’où ? Bien sûr que c’est une arnaque, tout le monde le fait mais ça reste quand même une affaire, t’en croques ? » Et de m’assurer de ses sentiments les plus cordiaux… Une poignée de sable, je suppose.
    Sarko (« Je l’aime ! Oh, j’en aime une autre », c’est pas Arlequin, c’est pas la vie privée, c’est un peu d’audace mais surtout un énorme culot et c’est là le sujet et l’un des premiers épisode de la saga NS), son fils, Besson, FRANCOIS Mitterrand, « dans les yeux » de Chirac : le culot de ceux qui « en veulent » – manifestement plus que beaucoup d’autre… Un appétit qui me laisse pantois – je n’ai pas le même, de temps en temps je le déplore même si cela doit être épuisant.
    Alors, Jean S. dans le Point ?
    « Plus c’est gros, plus ça passe ». Pourquoi ? Pas parce que c’est (effectivement) gros. Pas parce que certains me servent la soupe. Pas parce que les journalistes sont mauvais ou à la botte. Parce que je VEUX que cela passe et que personne ne m’empêchera de JOUIR et de faire ce que j’ai décidé de faire (« et d’ailleurs, j’ai pas de meubles et mon cabinet de conseil est en sommeil » répondit Rachida D. à l’écho). Et Jean S. il est dans la logique du « bouffer ou être bouffé ». L’un ou l’autre. Quel destin… Quant au notre, je me plais à croire qu’être dans l’opposition c’est s’opposer. Comment s’oppose-t-on à des gens ayant un tel appétit et un tel culot ? En disant Stop ou en… stoppant ? Ils connaissent la réponse, eux. Et ils l’appliquent. Ils avancent et s’en foutent royalement.

    Commentaire par Zenonlp — 18/10/2009 @ 21:19

  21. JS n’est attaquable ni en droit, ni sur son bilan à l’EPAD, et pour cause, l’intéressé n’est même pas encore élu à un poste où il ne sera pas rémunéré.

    Aux termes de l’article 225-1 du Code pénal, on ne peut notamment discriminer une personne physique à raison de son origine, de sa situation de famille, de son patronyme, de ses caractéristiques génétiques, de son âge ou de ses opinions politiques.

    Sur les compétences, on rappelera que René Monory, le « garagiste de Loudun » a été Président du Sénat après avoir occupé plusieurs postes ministériels. Il avait pour tout bagage scolaire un brevet élémentaire. Pierre Bérégovoy, c’était un CAP de dessinateur industriel. Et l’opinion ne peut en permanence stigmatiser l’énarchie ou les barbons cumulards, sans se féliciter de voir débarquer un gonze ne présentant pas ce profil.

    En cette période placée sous l’égide de St Poncif-sur-le-Web, il convient donc d’asséner: « Cette chasse à l’homme, qui rappelle les heures les plus sombres de notre Histoire, est à vomir et je ne hurlerai pas avec les loups. Comme Voltaire l’Apocryphe, je me battrai pour que JS puisse s’exprimer dans Le Point ».

    Ah oui, j’oubliais de paraphraser Mauro-Giafferi et sa déclamation sur l’opinion publique. Mais il est vrai que JS n’a pas encore été condamné par la justice pour se faire réelire dans la foulée.

    Les peuples ont les dirigeants qu’ils méritent.

    Commentaire par Goloubchik — 19/10/2009 @ 00:00

  22. Rha la la, il est extraordinaire ce prince Jean…. Mais tout de même, en voyant le niveau des questions de l’interview, je comprends un peu le désamour des Français pour la presse. Même si je pense que vous, journalistes, avez toute les cartes en main pour changer les choses!

    Commentaire par Caro — 19/10/2009 @ 10:00

  23. Je viens mettre mon grain de sel, mais franchement, quand on voit que Douillet est élu député

    Comment voulez vous que dans un Etat où on élit des ignards en poltique, mais champions olympiques, on ne s’autorise pas un dépotisme ambulant qui soit dit en passant passera quoiqu’il en soit.

    La plupart des francais ne comprennent pas ce qui se passe en politique et l’éléction de Douillet le prouve………

    Je ne défend absolument pas la position dominante de notre cher président, mais comment voulez vous vous priver de dépotisme quand le parti adverse se fait une gue-guerre lamentable sans contrepoid ?

    Le pire dans tout ca, c’est que les français auront probablement oublié l’histoire de JEAN lors des élections régionales de mars prochain, et malheureusement on ne pourra pas compter sur la presse pour rappeler cet épisode qui choque aujourd’hui et qui passera aux oubliettes dans quelques semaines.

    Commentaire par misty — 19/10/2009 @ 10:43

  24. @ Goloubchik

    Je plussoie.

    Si JS est élu à la présidence de l’EPAD, comme nous le souhaitons tous, nous ne pourrons que nous réjouir – je le dis haut et fort – de voir ce jeune homme à la tête de l’un de nos plus grands établissements publics, établissements à la tête desquels, faut-il vraiment encore le rappeler, les étudiants de deuxième année de droit sont notoirement sous-représentés.

    NS n’a jamais caché son pragmatisme sur les questions de discrimination.

    En voilà une nouvelle preuve.

    Quelqu’un dispose t-il de chiffres précis sur la représentation des étudiants de deuxième année de droit au sein des sociétés anonymes à directoire ? Quelqu’un se fait-il une idée précise du décalage IMMENSE et SCANDALEUX qui existe – SANS QUE PERSONNE NE SEMBLE RIEN TROUVER A Y REDIRE – entre le taux d’étudiants en seconde année de droit dans la société en général, et leur représentation au sein du conseil exécutif du MEDEF ? Hein ? Ou des instances nationales des grands (et moins grands) partis ? A la tête des sociétés du CAC 40 ? Des grands groupes de presse ? Des industries de l’aérospatiale et de l’armement ?

    Hein ?

    Tout le monde semble lâchement se satisfaire de cette situation – jusqu’à la HALDE dont je note, avec amertume, qu’elle semble parfaitement INCONSCIENTE du problème (et est-ce de l’inconscience, ou de la complicité, je pose la question !).

    Où sont les étudiants en deuxième année de droit, aujourd’hui ? A quels postes ? Quelles responsabilités ? Mis à part dans les facultés de droit – et plus précisément en deuxième année – ou COMME PAR HASARD, ils représentent pas loin de 100% des effectifs, où sont-ils aujourd’hui, ces délaissés, ces abandonnés, ces laissés pour compte !?

    Les parias de la société, voilà ! Voilà la réalité vécue des étudiants en deuxième année de droit – notamment à Assas !

    Alors, Jean (message personnel), surtout, ne perd pas courage.

    J’ai eu l’occasion de cours à des étudiants de deuxième année de droit, et je suis bien placée pour savoir que la plupart aurait été parfaitement capable de présider le conseil d’administration de l’EPAD.

    Moi-même, en mon temps, lorsque j’étais en deuxième année de droit, j’ai souhaité postuler pour un poste de garde des sceaux, et ON M’A RI AU NEZ ! Mais enfin, c’était une autre époque, d’autres mœurs (et puis, mon papa n’était pas président de la république). Je me réjouis donc pour toi de voir que notre société évolue, lentement, mais sûrement – qu’elle n’en est plus à reléguer ses forces vives de la deuxième année de licence dans les amphis, comme les femmes à leurs fourneaux.

    Envoie les donc tous balader, et préside donc ton conseil d’administration avec tout l’orgueil dont tu seras capable.

    Quand on a eu 19 sur 20 en droit civil, on n’a pas à rougir face à des personnes qui ont fait toute leur carrière dans les big five, ou les départements immobiliers des plus grands groupes bancaires.

    N’oublie pas que tu portes sur tes épaules tous les espoirs des étudiants en deuxième année de droit.

    Ne les trahis pas.

    Commentaire par Fantômette — 19/10/2009 @ 11:03

  25. « Le net est la plus grand saloperie qu’aient jamais inventée les hommes » dit Jasques Séguéla chez Laurent Ruquier.
    Cela mérite-t-til commentaire de la part de l’hôtesse de ce blog ?
    Tout ce qui est exagéré est insignifiant et, une fois de plus avec Séguéla, cette formule étant grotesquement exagérée, elle est insignifiante.
    Une réflexion cependant.
    Une foule qui se réunit pour lyncher un pauvre malheureux qu’elle estime coupable, ce n’est pas le net qui a inventé ça.
    Il est vrai que le net semble donner une nouvelle jeunesse à un phénomène vieux comme le monde. Mais il faut savoir raison garder. Un lynchage médiatique, ou ouaibique, aussi condamnable puisse-t-il être, n’est pas un lynchage véritable, il est appelé lynchage par métaphore. Il peut être très cruel, il peut faire souffrir, incontestablement, et même beaucoup souffrir, il peut aussi être le début d’un lynchage réel, mais s’il reste un lynchage à distance, par média ou ouaibe interposé, il n’a tout de même rien à voir avec le supplice subi par un véritable lynché (lire par exemple « Mangez-le si vous voulez » de Jean Teulé).
    Nos « lynchés » du jour, de Frédéric Mitterrand à Jean Sarkozy, ne se portent pas si mal que ça. Quant à Julien Dray, le « lynché » que défendait Séguéla lorsque’il prononça cette phrase mémorable, il ne se porte pas si mal que cela non plus : il a publié un livre, la télé lui ouvre ses plateaux, il a tout loisir de s’y défendre et il a de nombreux défenseurs, même si certains sont bien maladroits…
    Le net est comme tous les outils inventés par l’homme, de la hache à l’atome : il a de bons et de mauvais côtés.
    Il convient, avec le net comme avec tout autre outil, de ne pas faire le mal en voulant faire le bien. Eternelle difficulté.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 19/10/2009 @ 11:12

  26. A propose de Dauphin, une petite plongée (forcément) dans notre tendre enfance (JS est trop jeune pour s’en souvenir!) :

    Commentaire par Mussipont — 19/10/2009 @ 11:12

  27. @ Goloubchik

    Je suis d’accord avec vous… jusqu’à votre dernière phrase : « Les peuples ont les dirigeants qu’ils méritent. »

    Aaargh! Quel poncif (puisque vous en parlez). Z’avez pas honte??? 😉

    Moi qui croyais que les dirigeants élus / nommés par des élus / recrutés par des élus ou des représentants nommés étaient des êtres conscients, dotés de volonté et autonomes, donc libres et responsables… en d’autres termes, si une élection (donc le fait du peuple) a eu lieu à un moment (fut-il lointain), les peuples ne peuvent être tenus pour responsables des actes de leurs dirigeants et de leurs conséquences.

    Comme vous présentez tous les symptômes signes distinctifs du juriste, vous n’oseriez quand même pas imputer la responsabilité d’un fait générateur à une autre personne que celle qui l’a commis, non? Tsss… N’essayez pas d’arguer que la délégation de pouvoir n’exclut pas le délégant de sa responsabilité. Le peuple ne peut être considéré comme un délégataire de pouvoir, puisqu’il ne dispose pas lui-même du la exerc. les délégataires disposent de l’autorité et de la compétence nécessaires

    Ceci étant, je me demande parfois s’il ne faut pas voir dans la fulgurante ascension professionnelle de Jeannot l’application du principe de Dilbert : Les gens les moins compétents sont systématiquement affectés aux postes où ils risquent de causer le moins de dégât.

    Objectif : le satelliser (ceci est une perche tendue – en tout bien tout honneur – à Aliocha pour qu’elle nous replace une célèbre réplique d’Audiard).

    PS : Toutes mes félicitations pour avoir réussi à poster un commentaire à 00h00. Je ne suis pas chien et cela méritait d’être salué.

    Commentaire par Ferdydurke — 19/10/2009 @ 11:32

  28. Oups. Clic involontaire et maladroit… Sorry.

    Le peuple ne peut être considéré comme un délégataire de pouvoir, puisqu’il ne dispose pas lui-même du la exerc. les délégataires disposent de l’autorité et de la compétence nécessaires

    Version correcte : Le peuple ne peut être considéré comme un délégataire de pouvoir, puisqu’il ne dispose pas lui-même de la compétence et de l’autorité nécessaires à l’exercice dudit pouvoir.

    Commentaire par Ferdydurke — 19/10/2009 @ 11:37

  29. De toute façon si Jean le Dauphin échoue à l’EPAD, sa reconversion ne posera aucun problème.

    Une fois entraîné, il pourra dire qu’il a touché le fond et est remonté à la surface. ^_^

    Commentaire par Ferdydurke — 19/10/2009 @ 11:52

  30. Fantômette,

    Ah! Il n’est rien de dire que vous arrachez des larmes de joie à mon vieux cœur sec et dur! Je sens naître dans ma voix le chuchotement indigné et chevrotant d’un Malraux accueillant au pied du Panthéon les cendres d’un autre Jean, qui fut à peine moins grand que celui-là.

    Toi, Jean. Aaaahaaaaaaaah!

    Que je me retrouve dans cette exaltation de la jeunesse, dont vous faite si bien l’éloge! Cette jeunesse heureuse et insouciante, mais entreprenante et injustement rabaissée à des missions subalternes, avant l’obtention du diplôme, pauvre preuve du mérite que nous attendons du temps passé en cours par nos jeunes à écouter des vieux cons dans des facs déshérités!

    Jean, toi, Jean, tiens bon! Tu es notre élément avant coureur (de jupons, comme ton père?). Tu est notre éclaireur! Notre prodrome (rien à voir avec l’Afghanistan, je vous rassure). Tu tiens la flemme olympique du progrès du genre humain tout entier dans tes mains, mains innocentes qui, naguère lâchèrent le guidon du scooter qui te valut tant d’ennuis (non, la flamme olympique! J’ai dit flemme? Non!).

    Jean, toi, Jean! Aaaahaaaah(bis)!

    On dit que rien ne pousse à l’ombre des grands arbres et tu as déjà pris racines, racines que tu as lancées à l’assaut des plus hauts sommets! Quel exemple pour nous tous!

    Nous entrerons dans la carrière quand nos aînés n’y seront plus, dit la Marseillaise.

    Pourquoi s’emmerder à y trouver les restes de leur vertu, ou je ne sais quoi de poussiéreux et salissant? Les trucs qui tachent le costumes, ça fait chier! Merde! C’est un Boss nom de dieu!

    Mais pourquoi attendre? Pourquoi laisser la valeur à l’antichambre de l’histoire, la grande, la vraie?

    Alors que le grand Paris n’attends que toi pour se construire!

    Ne tarde plus, Jean! Vole de tes propres ailes! Ton destin t’attend sur le toit du monde où, juché sur les épaules d’un géant (en talonnette) tu pourras caresser notre rêve de présider à une destinée plus grandiose encore!

    Celle de la France qui se lève tôt! Et qui travaille plus pour… euh… travailler plus!

    Va, Jean, vole!

    Commentaire par tschok — 19/10/2009 @ 14:21

  31. @ Fantômette:

    Merci de la nouvelle envolée que vous impulsez à mes propos.

    Je soutiens pleinement votre initiative visant à déclarer les étudiants de deuxième année de droit nouvelle grande cause nationale.

    D’autant que je ne peux plus voir les bébés-phoques en peinture, ces prédateurs goinfres et stupides qui sont à l’origine de la disparition progressive de l’oméga3 de nos assiettes, bien plus que les bateaux de pêche japonais (ça devrait bientôt se savoir, M. Bigard, Mlle Cotillard et M. Kassovitz sont sur le coup).

    Et nous noterons qu’à l’inverse des blanchons, les vautours, hyènes et bousiers sont le triste objet d’un odieux délit de sale gueule – au demeurant purement fonctionnelle – alors que leur utilité écologique est infiniment plus évidente.

    Votre argumentaire me semble toutefois pêcher par excès et perdre ainsi une partie de crédibilité vis-à-vis d’une opinion publique qui sera manifestement un peu difficile à convaincre.

    En effet, ceux qui vous connaissent un peu ont quelque motif de penser que si, simple étudiante de deuxième année de droit, vous aviez été nommée Garde des Sceaux, vous auriez accumulé moins de prix Busiris que Rachida. Mais les mauvaises langues du web auraient alors invoqué les relations d’affaires, et j’imagine, d’amitié, que vous entretenez avec le président du jury.

    Sur le plan com’, je déconseille donc que vous évoquiez votre espérance déçue de devenir tôt matines ministre de la justice.

    @ Ferdydurke

    J’envisageais de me faire très prochainement élire président de l’association « Lutte contre l’usage des poncifs sur le web », fonction ouvrant notamment droit, aux termes des statuts, à un voyage d’étude à Pattaya intégralement financé.

    Votre cruelle mais hélas fort juste observation m’a cassé la baraque. Je vous déteste.

    Votre principe de Dilbert sonne à mes oreilles comme la proposition inversée du principe de Peter. Une étude comparative scientifique sérieuse a-t-elle conclu à la validité de l’un ou de l’autre ? (Inutile de mettre un lien si la démo s’opère sur le fondement du schéma de Bernouilli, les mathématiques m’ont déclaré la guerre depuis trop longtemps).

    Dans le débat qui nous réunit, on relevera sur le plan factuel que l’alternative à JS est M. Patrick Jarry, maire communiste de Nanterre, ce qui élargit la problématique. Je relèverai surtout qu’il serait merveilleux que ce concurrent soit le fils d’Alfred, lui-même père d’Ubu Roi.

    Bien observé pour l’heure du post. Il y a longtemps que je cherchais à goûter aux affres délicieuses de la nullité temporelle universelle et absolue, 4 zéros. A vrai dire, je suis un peu déçu, c’est comme dab.

    Commentaire par Goloubchik — 19/10/2009 @ 15:52

  32. @Gouloubchnik: Je n’ai jamais entendu parler de « schéma de Bernouilli ». Si les mathématiques vous ont déclaré la guerre, passez dans le dual, c’est vous qui déclarerez la guerre aux mathématiques.

    Commentaire par DM — 19/10/2009 @ 20:56

  33. Bonsoir tschok,

    Au nom de tous les anciens étudiants de seconde année de droit, cher ami, je tenais à vous remercier de votre amical soutien.

    La route sera longue, et pavée d’embauches… heu, d’embûches. Mais nous avons bon espoir. Jean Vole Jean (comme il a été désormais décidé de le baptiser, à la suite de votre post) sera à la hauteur de sa noble tâche, n’en doutons pas, et tiendra d’une main ferme les rênes du vaisseau de l’État qu’il guidera, au travers des tempêtes, jusqu’aux plus hautes cimes.

    Et je ris d’avance de la facilité avec laquelle il saura résoudre les problèmes les plus épineux qui lui seront soumis !

    Par exemple : Primus a contracté un bail d’habitation auprès de Secundus. Suite à son entrée dans les lieux, Primus constate que d’importants désordres d’humidité le contraignent à déménager sa chambre dans le salon. Quel tribunal sera compétent pour connaître de leur litige ? Quels fondements juridiques serviront à l’action de Primus contre Secundus ? Quel effet cette action sera t-elle susceptible d’avoir sur l’exécution du contrat de bail entre les parties ?

    Ha ha ! Qui à l’EPAD saura traiter de ce genre de dossier ?

    Hardi, petit, tu vas tous les bluffer !

    @ Goloubchik

    Exactement.

    J’attire d’ailleurs votre attention sur l’utilité écologique des étudiants de deuxième année de droit en milieu urbain, qui ne me semble guère faire débat.

    Qui, à Paris, débarrasse les sandwicheries de leurs panini trois-fromage, sinon les étudiants de deuxième année de droit ? Qui déleste Gibert Jeune de leur stocks de memento dalloz ? Qui se préoccupe de vider les magasins Gap de leur jeans slims importables, où ils devraient pourrir sur place et attirer les rats ? Qui ? Sinon les étudiants de deuxième année de droit ?

    Et pour quelle reconnaissance sociale ?

    Enfin, petit à petit, l’idée du juste et du bon progresse dans notre société. Un jour viendra où un étudiant de deuxième année de droit – Jean Sarkozy encore, probablement – avec un peu de chance – briguera des postes encore plus importants. Garde des Sceaux peut-être ?

    (Et je serai vengée… mais chut ! Discrétion, discrétion… vous avez mille fois raison).

    Commentaire par Fantômette — 19/10/2009 @ 21:46

  34. @ DM :

    Vous m’embarrassez.

    Ma grande réticence devant les improbabilités de l’esprit -telles les mathématiques, qui conduisent de brillants polytechniciens à élaborer des schémas inbitables conduisant l’économie mondiale à sa perte- m’interdit de vous répondre à juste hauteur.

    Je ne retiens de positif dans les maths que le fait que Mozart était kabbaliste, ainsi que des scansions formelles délicieusement gouleyantes: « schéma de Bernouilli » et je jouis. « Mécanique des fluides », mon corps de mâle devient gravide. J’ajoute à ce tableau d’honneur l’imagination de l’officier mécanicien ségoléniste de l’Enterprise qui, en inversant brutalement les polarités subséquentielles des inverteurs de magnétitude, permet au Capitaine Picard d’échapper aux Klingons.

    Pour le reste, concernant l’ami Bernouilli, je vous renvoie sur Ferdydurke (méfiez-vous, il a le tire-bouchonnage dorsal facile).

    @ Fantômette:

    Je vous trouve un peu dure avec les jeans slim de Gap.

    Quelles autres nippes un tant soit peu seyantes pourraient revêtir des étudiants de deuxième année de droit décharnés par la faim regardant avec une avidité mal contrôlée les panini qu’ils servent mais ne peuvent s’offrir?

    Et pour ceux qui n’ont d’autre ressource pour financer leurs études que d’être gogo-dancers dans de louches établissements de nuit, ignorez-vous que les slim aident à mettre en valeur les bourses dont la Nature les a doté, à défaut de l’Etat?

    Commentaire par Goloubchik — 19/10/2009 @ 22:42

  35. Fantômette,

    Prenant exemple sur Jean Vole Jean, bagnard de l’ascension sociale, nouveau Papillon de l’EPAD, victime innocente d’un procès – pour tout dire – anti dreyfusard, je puis vous assurer de mon indéfectible soutien.

    Car je sens que ce jeune homme n’a été propulsé au plus haut sommet de ses lourdes responsabilités que pour servir de soutien à un destin plus grandiose que le sien.

    Ah, comme je l’envie! Quel honneur de servir!

    Commentaire par tschok — 20/10/2009 @ 09:57

  36. Votre lyrisme enthousiaste me rappelle chers amis, l’éloge de Isidore Paudemurge par l’immense Pierre Dac, dont je vous livre ici un extrait :

    « Egalement passionné de politique, ardent défenseur des libertés démocratiques, il est l’un des principaux fondateurs du « Mouvement républicain alternatif des jambees et des bras avec rotation des gencives et circumduction du tronc ». Orateur-né, doué d’une présence d’esprit à toute épreuve et irremplaçable logicien, il possède le sens profond du mot juste et de la réplique incisive. Ainsi, nul, dans son quartier n’a oublié ce fameux soir où, en pleine réunion électorale, il riva magistralement son clou à un contradicteur de mauvaise foi. Celui-ci, à bout d’arguments et littéralement exaspéré à propos de je ne sais plus trop quoi, lui ayant lancé à tout hasard : « Mais enfin, monsieur, quoi, tout de même, après tout, fluctuat nec mergitur ! », il répondit, du tac au tac : « D’accord, mais seulement dans les rues en pente ! » (…)
    Notable respecté, il est également président de la Ligue pour la réconciliation des oeufs brouillés, membre bienfaiteur de l’Oeuvre pour le rapprochement des sexes et persona grata affiliée à une société secrète de gymnastique.
    Quoi que peu sensible aux honneurs, il est néanmoins sous-officier d’Académie, chevalier du Mérite un claque dans le nez et commandeur de l’Ordre de se replier sur des positions solidement préparées à l’avance.
    Voilà qui est ce rude et courageux compagnon qui a su gagner, à la faveur de ses dons exceptionnels et de son labeur acharné le droit de goûter désormais et en toute plénitude les fruits confits de ses constants efforts.
    Qu’il me soit aujourd’hui permis de saluer en lui l’un de ces modestes et vaillants pionniers qui, jour après jour, et par la seule force de leurs ancestrales vertus, forgent silencieusement le fier levain qui, demain ou après-demain au plus tard, fera germer le ciment victorieux dans lequel sera ficelé la poutre maîtresse du mur de soutènement sur quoi, enfin, reposera, entre les deux mamelles de l’harmonie universelle, la clé de voûte qui ouvrira, à deux battants, la porte cochère d’un avenir meilleur sous le péristyle d’un monde nouveau ».

    Observez comme la fin constitue une gouleyante parodie de la langue de bois 😉

    Commentaire par laplumedaliocha — 20/10/2009 @ 10:16

  37. Ah ça, pour être gouleyant, ça l’est. J’ai déjà les dents du fond qui baignent. Chuis gouleyé à fond là, j’peux pas faire mieux.

    Ou peut être, encore un petit chocolat à la menthe?

    J’hésite.

    Commentaire par tschok — 20/10/2009 @ 11:07

  38. Qui sont les invités du bal des cocus?

    Ceux qui ont souri à l’élection d’un conseiller général, fonction peu considérée par les électeurs ?
    Sans souponner un seul instant, et pour cause, l’objectif visé maintenant…

    Celui qui pensait que l’on prolongerait son mandat au delà de la limite d’âge ?

    Celui ou ceux, de la majorité, qui pensai(en)t postuler mais qui ne le peu(ven)t plus, solidarité de groupe oblige ?

    Mais pourquoi si peu d’échoS au fait que le fils d’un Président de Conseil Général, certes lui tout à fait diplômé, ait été recruté comme chef du service juridique de ce même Conseil Général, en qualité de contractuel, et donc sans avoir passé le concours de sélection des fonctionnaires territoriaux; parceque les textes le permettent ?

    C’est dans le Nord, et il n’est pas de la majorité présidentielle; et des syndicats râlent.

    Commentaire par pseudo.do — 20/10/2009 @ 14:26

  39. @ Goloubchik

    Ah mais justement. Pardonnez-moi, mais je trouve un tout petit peu FACILE pour l’État de se décharger de ces bourses quand lui revient plutôt la tâche de les soutenir.

    Commentaire par Fantômette — 20/10/2009 @ 14:54

  40. @ Fantômette:

    Si je vous comprends bien, vous préconisez donc que l’Etat subventionne l’achat de jeans slim Gap par les étudiants de deuxième année de droit justifiant d’une activité salariée accessoire de table-gogo-dancers, et l’application d’un taux de TVA réduit pour les louches établissements de nuit qui les emploient…

    Un peu éconoclaste mais pas mal vu.

    Commentaire par Goloubchik — 20/10/2009 @ 15:38

  41. @ Fantômette et Goloubchik,

    TVA réduite pour le jean slim gap?!

    Angella Merkel va faire la gueule.

    Remarquez, elle l’a fait si bien.

    C’est tentant.

    Qu’en pense le père?

    Commentaire par tschok — 20/10/2009 @ 17:21

  42. @ Goloubchik et tschok

    Le père y pense tous les matins devant la glace en se brossant les dents, pour tenter d’en déloger les petits bouts de croissance qui sont restés coincés.

    Commentaire par Fantômette — 20/10/2009 @ 18:17

  43. @Goloubchnik: Blague mise à part, il y a eu récemment, dans _Pour la Science_, un intéressant article de Rama Cont sur comment on peut obtenir des résultats faux sur la finance en faisant quelques hypothèses simplificatrices qui se révèlent fausses – par exemple, que les grandes variations sont rares…

    Commentaire par DM — 20/10/2009 @ 18:48

  44. @ Fantômette :

    Non Fantômette, ce n’est pas facile pour l’Etat, il ne peut faire machine arrière, parce qu’une fois déchargé, rien n’est plus dur que de ravoir la tâche.

    Commentaire par gwynplaine — 20/10/2009 @ 22:05

  45. Aliocha,

    Je ne sais si un de vos lecteurs vous a déjà fourni le lien, mais rue89 s’est prêté à l’exercice de vérification des matières réellement étudiées par Jean sans terre:
    http://www.rue89.com/2009/10/20/jean-sarkozy-a-la-fac-le-secret-le-mieux-garde-de-france-122599

    Aliocha : Ah, excellent, merci ! droit civil et immobilier, c’est donc tout bêtement droit des biens ? Joli. Enfin, au moins il sera capable de distinguer un meuble d’un immeuble, c’est déjà ça 😉

    Commentaire par javi — 20/10/2009 @ 23:57

  46. […] This post was Twitted by pegobry […]

    Ping par Twitted by pegobry — 21/10/2009 @ 10:41

  47. Aliocha,

    Vous saviez que la grande arche de la défense est techniquement un meuble?

    En fait, tout le bloc supérieur, la forme cubique formant arche, est posé sur les fondations et pourrait en être détaché par une grue géante tout en restant cohésif.

    Je suppose que pour éviter d’éventuelles difficultés juridiques, les architectes ont prévu des fixations en dur entre ce bloc et ses fondations, mais d’après ce que j’ai entendu dire, techniquement elles sont inutiles.

    Commentaire par tschok — 21/10/2009 @ 16:43

  48. @ tschok

    Si le bloc supérieur avait une forme de vache et non de cube, il serait éventuellement plaidable qu’il est techniquement un immeuble par destination.

    Avec quelques chances de succès, les juges ayant trop peu souvent l’occasion de sourire.

    Commentaire par Goloubchik — 21/10/2009 @ 21:51

  49. La seule vache en cube que je connaisse se mange à l’apéritif et pose des questions totalement improbables pour qui ne connait pas sur le bout de ses doigts la liste des coureurs du tour de France depuis Raymond Poulidor.

    C’est pourquoi je pense que c’est effectivement plaidable, bien que cela n’ait strictement aucun rapport (en fait je pense que les meilleures plaidoiries n’ont strictement aucun rapport avec l’affaire qu’elles traitent).

    Commentaire par tschok — 22/10/2009 @ 09:31


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :