La Plume d'Aliocha

17/10/2009

France Telecom, ça continue…

Filed under: Dessins de presse — laplumedaliocha @ 13:20

xav-dessin-suicides-travail

Publicités

13 commentaires »

  1. Je suis à Lannion justement. Mes amis qui bossent chez FT me confirment que les conditions de travail là-bas sont exécrables. J’ai il y a 6 mois discutté avec une ingénieur du groupe. Elle me disait « nous ne sommes pour eux que des numéros ». C’est révélateur de l’état d’esprit dans lequel ils sont.

    Commentaire par Triskael — 17/10/2009 @ 16:22

  2. Mais il n’y a pas qu’à France-Télécom !
    Qu’est-ce donc que « la concurrence libre et non faussée » sinon l’organisation délibérée d’une compétition mondiale, permanente, sans merci, de tous contre tous ?
    Nous, nous tous, collectivement, nous tous pays développés, récoltons ce que nous avons semé.

    Je ne trouve pas drôle ce dessin qui met tout sur le dos des DRH. Faut-il que quelques DRH se suicident pour que les yeux s’ouvrent ?

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 17/10/2009 @ 16:58

  3. je ne comprends pas bien en quoi ce dessin met spécialement quoi que ce soit sur le dos des drh.

    Commentaire par fred — 17/10/2009 @ 17:46

  4. @Fred et @Denis : Ce sont pas les DRH qui sont visés, c’est la Direction des RH. Celle qui se trouve à Paris, et qui prend toutes les décisions sur les employés que les DRH locaux devront exécuter sous peine de voir ces mesures appliquées à eux-même.

    Commentaire par Triskael — 18/10/2009 @ 12:01

  5. Ces DRH manquent cruellement de compétence et d’imagination : il suffit de pourvoir chaque salarié d’un parachute doré pour que les défenestrations soient sans conséquence dommageable.

    Commentaire par Clafoutis — 18/10/2009 @ 12:03

  6. Il est bon ce Xav… pourquoi on ne le retrouve pas dans les journaux?

    Commentaire par misty — 19/10/2009 @ 11:02

  7. @ Clafoutis,

    L’or, c’est lourd et ça plane mal. C’est pourquoi, dans le souci de préserver leurs salariés les plus vulnérables les entreprises ne réservent leur « golden parachute » qu’à leurs dirigeants.

    C’est pour les préserver du mal.

    Et je vous rappelle qu’on est obligé de mettre en place des cellules de soutien psychologique pour les gagnants du loto.

    C’est terrible de donner de l’argent à un pauvre!

    Terrible!

    Affreux!

    Commentaire par tschok — 19/10/2009 @ 14:39

  8. Je persiste à croire à une vaste manipulation médiatique. Il n’y a pas plus de taux de suicide à FT qu’un autre grand groupe français, et moins que dans le reste de la population.
    (D’autant plus que les chiffres courent sur 20 mois, soit 25/1.8333 = 13.64 soit 14 -pour arrondir- suicides annualisés)
    Alors, allons voir un peu du coté de wikipédia ce qu’il nous propose :
    – En France en 2008, selon les sources, le taux de suicide est de 16,2 pour 100000 habitants (http://fr.wikipedia.org/wiki/Suicide)
    – le groupe EDF employait 156 524 personnes au 31 décembre 2006 (pas de données plus récentes, mais certainement moins, ndm) (http://fr.wikipedia.org/wiki/EDF)
    – la Caisse centrale d’action sociale (CCAS), équivalent du comité d’entreprise. Ce prélèvement a été introduit dans la loi du 8 avril 1946 en contrepartie d’un autre 1 % accordé celui-là aux actionnaires des entreprises nationalisées. La CCAS dans son ensemble est financé à hauteur de 483,8 millions d’euros sur 2005-2006 par EDF et GDF pour un budget de 880 millions d’euros sur 2004-2005 qui représente environ 8 % de la masse salariale d’EDF (2,8 % en comparaison à la RATP).*

    * Je tiens à faire un petit parallèle avec une boite ‘normale’ : Frais de fonctionnement du CE, 0.2% de la masse salariale, activités sociales et culturelles : Il n’existe pas de pourcentage minimal obligatoire (bien que ca tourne généralement à 0.4% via les conventions). Ils sont vraiment à plaindre…

    On dit que l’argent ne fait pas le bonheur, soit.
    http://rh.edf.com/fichiers/fckeditor/File/multimedia/2009/EDF08_bilan_social.pdf
    Nombre de licenciements pour cause économique
    Cadre Maîtrise Exécution Total
    2008 0 0 0 0

    Nombre de licenciements pour d’autres causes en 2008
    Cadre Maîtrise Exécution Total
    Statutaires 0 0 1 1
    Non statutaires CDI 4 0 4 8
    Non statutaires CDD 0 1 1 2
    Effectif total 4 1 6 11

    Au vu du bilan social, la seule chose qui étonne sont les promotions statutaires/non statutaires. L’avantage des statutaires entraine obligatoirement des distention dans le personnel. Mais bon, ce sont les syndicats qui se sont battus pour qu’une petite partie des salariés soient privilégiés.

    La mauvaise ambiance, il faut peut-être aussi la voire là, non ?

    Mauvaise ambiance… tiens ca me rappelle ce 24ième, arrivé à Annecy depuis 6 mois. Personne dans le bureau dans lequel il travaillait ne le connaissait. Les relations de travail s’arrêtaient à « Bonjour », « bonsoir ». Qui n’exploserait pas un câble après mutation si personne ne te parle dans ton nouveau poste. Problème DRH Parisienne ? Heu… faut quand même pas poussé.

    Et a coté de ça, bizarrement, les pouvoirs publics sont en pleine négociation pour la 4ième licence globale, soit un peu plus de concurrence.
    Quelle coïncidence…

    Excusez-moi Aliocha, mais je persiste dans mon idée. L’inhumanité d’EDF, je n’y crois pas une seconde et chaque salariés est libre de quitter s’il ne se sent pas bien. Et selon le bilan social, il semblerait que les salariés préfèrent rester dans la boite. Et lors de période d’essaie, 0 départ avant la fin lorsque c’est pour un CDI. Mauvaise ambiance, mais big avantage : Choix !

    NB : On verra bien ce que ca donnera les tentative de tableaux ^^

    Commentaire par Testatio — 19/10/2009 @ 16:20

  9. Chers amis,
    Merci pour vos commentaires sympathiques. Vous pourrez retrouver certains dessins sur mon mini-site http://www.dessins-de-presse.fr
    Je publie régulièrement dans des journaux comme L’Européen, Regards, Bulletin des élus locaux… dans des blogs et des sites Web et pour des entreprises. A très bientôt pour le prochain trait.

    Commentaire par Le dessinateur — 20/10/2009 @ 08:52

  10. Deux papiers à lire sur le sujet dans La Croix : http://www.la-croix.com/Sur-une-vague-de-suicides-par-Rene-Padieu/article/2398353/53401
    et chez Sobiz : http://sobiz.over-blog.com/article-france-telecom-derriere-lombard-l-ombre-de-breton-37652831.html.
    Sans oublier Libéral chez Koz qui avait développé le même raisonnement que l’auteur de l’article dans La Croix au début du mois d’octobre : http://www.koztoujours.fr/?p=5824

    Commentaire par laplumedaliocha — 20/10/2009 @ 14:57

  11. Le problème des chiffres des suicides à FT est qu’on n’a pas d’éléments objectifs. On discute donc un peu sur du vent.
    On peut comparer ces pourcentages (suicides annuels / nombre de salariés de FT) avec ceux de la population française, mais est-ce pertinent?
    On peut aussi essayer de comparer avec des population comparables (salariés de grandes entreprises de services, avec un pyramide des âges comparable). J’ai peur que ces chiffres ne soient pas accessibles.

    Pour Testatio : je ne vois pas ce que vient faire EDF dans un débat qui concerne France telecom.

    On peut aussi traiter ces suicides comme des symptômes éventuel d’un malaise et enquêter auprès des salariés pour vérifier si celui-ci existe.

    Commentaire par stellar — 20/10/2009 @ 15:40

  12. @ Stellar,

    Dans le com 10, vous avez des liens qui répondent partiellement à vos interrogations.

    En fait l’étude du suicide est tout à fait passionnante. C’est bien évidemment un exercice intellectuel qui réclame une certaine prise de distance avec le sujet qu’il traite.

    Il n’est jamais inutile de se poser la question de savoir commet les gens meurent, ne serait ce que pour lutter efficacement contre les causes de mortalité.

    je vais vous donner un exemple: la guerre. Vous pourriez penser qu’à la guerre vous avez peu de « chances » de mourir d’un accident de la route. Erreur, à la guerre c’est une des grandes causes de mortalité du soldat en campagne. Ils peuvent très facilement représenter 10% des pertes, soit le taux de la décimation (taux à partir duquel on estime qu’une unité est « décimée » c’est à dire en sous effectif). Conséquence de cette réalité: la sécurité passive des véhicules militaires fait l’objet de plus de soin.

    On a donc toujours des surprises avec la mort.

    La mort dans l’entreprise est à l’évidence un sujet brûlant, ne serait ce que parce que le décès d’un salarié dans des conditions liées à l’exécution de son contrat de travail peut engager la responsabilité pénale de l’employeur.

    On pourrait facilement imaginer que les très grandes entreprises (+50.000 salariés) sont des mouroirs. On a envie de le penser. Cela ne va pas tellement dans le sens des études qui montrent que ces salariés sont globalement plus heureux que le reste des salariés employés en France.

    Mais du coup, on pourrait s’étonner d’un taux de suicide finalement pas si minoré que cela par rapport aux moyennes françaises dans les différentes catégories. Mais cette interrogation ne vaut que si l’on part de l’hypothèse que le suicide est lié au bonheur. Or, il ne l’est pas nécessairement.

    Il est alors peut être plus pertinent de comparer les taux de suicides observé (pour peu que les chiffres existent) entre entreprises de même taille. D’où – pourquoi pas? comparaison entre FT et EDF.

    Ensuite, descendre dans le détail: comparer les pyramides des âges, les méthodes de management, la nature de l’activité, l’intensité de l’environnement concurrentiel, etc.

    Si vous faites le tour des informations dont vous avez besoin pour réfléchir sur le sujet, je crois que vos pouvez effectivement vous apercevoir que le sujet est finalement assez peu documenté.

    Alors que l’un des enjeux du suicide d’un salarié est de savoir s’il peut être considéré comme un accident du travail.

    Dans article en lien au com 10 on parle d’une « instrumentalisation indigne du suicide ».

    Cela se discute: si cela entre dans le dialogue social parce qu’une partie des partenaires sociaux veux accroitre la protection des salariés en cas de suicide, alors c’est du dialogue social.

    Au début, mourir de l’amiante, c’était une maladie honteuse.

    On ne discute donc pas du tout du vent.

    Commentaire par tschok — 20/10/2009 @ 16:59

  13. @stellar : J’appuie la position de Tschok.

    Comme le dit Gabin dans Le président : « le langage des chiffres a ceci de commun avec le langage des fleurs, c’est qu’on lui fait dire ce qu’on veut ». Il n’y a rien dont je me méfie plus dans mon métier de journaliste que des chiffres, sauf peut-être des statistiques, sondages et plus encore des classements.

    En réalité, je pense qu’on pourra gloser à l’infini sur le point de savoir si le taux de suicide chez France Télécom est plus ou moins élevé qu’ailleurs. Peut-être n’est-ce pas l’essentiel au fond. Ce qui me parait sûr, c’est qu’il y a un problème dans cette boite, problème qui a mené à « utiliser » médiatiquement les suicides comme signaux d’alerte, ce d’autant plus que certains ont eu lieu dans l’entreprise.

    Il faut connaître le fonctionnement des médias pour comprendre ce dossier. Quand vous êtes un syndicat et que vous voulez alerter la presse sur un malaise dans une entreprise, il faut trouver un angle médiatique, des faits suffisamment exceptionnels et significatifs pour que les journalistes estiment qu’il y a un problème susceptible de les intéresser. Or, il se trouve que le suicide est, si je puis dire, « porteur » dès lors qu’il est un phénomène déjà médiatisé. Nous avons tous en mémoire ce qui s’est passé chez Renault et, plus récemment, les suicides en prison. C’est ce qui a permis aux syndicats d’alerter sur les conditions de travail dans la boite, conditions qui, sans les suicides, avaient peu de chances de déchainer la presse. Maintenant qu’on approfondit, on s’aperçoit que le taux de suicide n’est pas si effrayant que cela, rapporté au nombre de salariés. Il ne faudrait pas cependant en déduire qu’on s’est agité pour rien et c’est tout le problème d’avoir avancé cet argument comme fer de lance de l’alerte sur les conditions de travail chez FT, il peut se dégonfler surtout si la com’ de l’entreprise s’en mêle…

    Commentaire par laplumedaliocha — 20/10/2009 @ 17:20


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :