La Plume d'Aliocha

14/10/2009

Ah ! ça ira, ça ira, ça ira…..

Filed under: Coup de chapeau ! — laplumedaliocha @ 19:41

Comme elle me plait la polémique autour de Jean Sarkozy. Comme j’aime ce climat de révolte quand il surgit non pas à propos de rumeurs relevant de l’intime et de l’indémontrable, mais sur de vraies questions touchant au fonctionnement de la démocratie. Je n’ai pas le temps de commenter pour cause de charge de travail monstrueuse. Au demeurant, je n’aurais pas grand chose à ajouter au déferlement d’articles et de réactions d’internautes sur le sujet.  Tiens, à propos de déferlement, je trouve que le débat a un peu tardé à prendre chez mes blogueurs favoris. J’ai le sentiment, peut-être erroné, que c’est plutôt la presse qui s’est mobilisée sur le web. Toujours est-il que je voulais simplement prendre position puisque j’ai beaucoup critiqué ces derniers temps les emballements webesques et médiatiques sur des affaires qui, à mon sens, nécessitaient prudence et retenue. Celle-ci au contraire mérite bien le bruit qu’elle fait et j’espère que ce bruit ne sera pas inutile.

En attendant la suite, voici quelques liens vers des articles, billets ou dessins de mes sources préférées :

– @si relaie le splendide montage de canal+ qui met en évidence la stratégie de communication autour de cette affaire. C’est ici.

– Marianne 2 s’amuse de la mobilisation exceptionnelle des figaronautes contre Jean Sarkozy,

Authueil que j’attendais sur le sujet va en énerver plus d’un, à commencer par moi, mais c’est tout le charme des débats,

Sarkofrance en fait ses choux gras,

– Le dessinateur Chimulus songe déjà à caser le plus jeune fils,

– Jules s’en prend à Frédéric Lefebvre,

Koz éclaire le débat de sa sagesse habituelle,

le Chafouin bien que victime d’une coupure Internet (non, c’est pas Hadopi) trouve quand même le moyen de dire deux mots de l’affaire.

-Et Causeur manie l’ironie avec gourmandise.

Publicités

25 commentaires »

  1. Sans compter l’article sur le blog de maître eolas, si je ne me trompe pas.

    Je lirais avec plaisir ces articles demain, pour ce soir je me contente de la vidéo de Canal. Merci beaucoup ma chère pour ces liens. 🙂

    Commentaire par Triskael — 14/10/2009 @ 23:49

  2. Le pouvoir est héréditaire en France, on le savait déjà. là ça se voit un chouya plus qu’ailleurs mais soyons honnêtes. Quel % des enfants ont envie et les moyens puisque l’expérience à domicile, de faire comme papa ou comme maman ? Combien de « filles et fils de » acteurs, chanteurs, prof, médecin… ?
    Je ne dis pas que c’est bien, je dis juste que c’est comme ça et m’étonne qu’on s’en étonne.

    Commentaire par Anne — 15/10/2009 @ 08:08

  3. Je me demande si cette histoire n’est pas un écran de fumé pour masquer le véritable problème de cette affaire qui est dénoncé par Julien Sage maire adjoint (Verts) de Nanterre dans cette lettre ouverte http://www.rue89.com/2009/10/12/lettre-ouverte-dun-elu-cher-jean-sarkozy-je-suis-degoute

    Je cite :
    « …Jean, si tu as bien compris, tu seras bientôt chargé de bétonner ma ville, sans que je ne puisse rien dire, pour rembourser les dettes de ton père, qui présidait l’Epad bien avant toi…»

    Et chose curieuse rien dans la presse la dessus. Pas une enquête, pas un article sur cette histoire ou même sur l’état des finances de l’ÉPAD ou sur l’absence réelle ou supposé du contrôle sur le fonctionnement des établissement de ce genre.

    Un joli chiffon rouge sur lequel tout le monde se précipice et qui cache très bien l’épée qui est dans l’autre main.

    Commentaire par LordPhoenix — 15/10/2009 @ 09:18

  4. Bonjour,

    Très bonne recherche et explication (enfin !) sur les principes du vote pour le poste convoité par « le petit Jean S » :
    Voir sur Marianne 2 > http://www.marianne2.fr/Jean-Sarkozy-ne-sera-pas-vraiment-elu-a-l-EPAD_a182442.html

    Merci pour ce blog

    Commentaire par Daivycrocket — 15/10/2009 @ 09:34

  5. Visiblement ça commence à sortir
    Chez @si : http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=5845
    dans libération : http://www.liberation.fr/politiques/0101596965-quand-la-fronde-vient-de-l-ump (même si ce n’est pas le sens premier de l’article)

    Commentaire par LordPhoenix — 15/10/2009 @ 09:52

  6. Bonjour tout le monde.

    Ce qui m’étonne, c’est que, comme le souligne LordPhoenix (post 3), personne ne semble, encore une fois, se rendre compte que le parti au pouvoir place un « os à ronger » afin de noyer un infiniment plus gros poisson.
    Ca fait plusieurs années que ça fonctionne comme ça & peu s’en émeuvent…

    Françaises, Français, avez-vous réellement envie d’ouvrir les yeux…?

    Tschüss.

    Commentaire par Billy Martin — 15/10/2009 @ 11:53

  7. Une petite observation complémentaire quand même. Les débats se focalisent beaucoup en ce moment sur le thème des « fils de… » et Marianne d’ailleurs met en exergue à juste titre le problème des « fils de… » dans la presse qui expliquerait une certaine réserve des journalistes sur le sujet. Comme me le soulignait un ami très introduit dans le milieu politique, il serait peut-être temps aussi de s’interroger sur le népotisme des élus locaux qui placent aux postes clefs épouses, fils, filles, neveux et cousins germains…Mais si on faisait cela, c’est tout le système qui péterait. Impensable.

    Commentaire par laplumedaliocha — 15/10/2009 @ 12:02

  8. Vous n’y êtes pas du tout !

    Tout ce tapage médiatique n’est qu’une éphémère phase d’apprentissage bien orchestrée dans le cadre de l’éducation qu’un père attentif applique à son rejeton pour lui endurcir la couenne politique.

    Le petit Jeannot s’était déjà un peu frotter à la tempête juridique (avec succès d’ailleurs) lorsque son scooter avait maladroitement bugné une BMW.

    Aujourd’hui, étape suivante pour parfaire l’éducation du rejeton, il doit monter au feu et affronter la vindicte populaire sur le thème du piston.

    Quelle sera l’étape pédagogique suivante pour faire du petit Jeannot un solide Rambo de la politique ?…

    Les thèmes sont encore nombreux : un vieux compte bancaire ouvert à l’étranger à l’occasion d’une colo sur lequel Jeannot déposait son argent de poche lorsqu’il tait ados, une sombre histoire de transfert des fonds de l’asso des élèves de son école, ou mieux, une gentille petite affaire de mœurs datant des bancs d’école !…

    Commentaire par Oeil-du-sage — 15/10/2009 @ 13:02

  9. Désolé de jouer les rabat-joie, mais je suis obligé d’aller dans le sens d’Autheuil. Le rôle du président dans ce genre d’organisme est :
    1/ de présider des réunions
    2/ de couper des rubans
    3/ de représenter les élus au conseil d’administration, comprendre : assurer la mainmise du politique sur un organisme qui n’a absolument pas vocation à être indépendant. En effet l’Epad, au même titre que les syndicats d’eau et d’ordures ménagères par exemple, n’est qu’un outil pour que le politique puisse mettre en oeuvre le programme sur lequel il a été élu, et pas un contrepoids démocratique.

    C’est pourquoi ce poste est presque toujours occupé soit par le « chef » politique du coin (en l’occurrence Devedjian) soit par un de ces vassaux directs (un adjoint dans le cas d’une municipalité, par exemple). La première des compétences requises, c’est la docilité et la capacité à ne pas dire trop de conneries. En ce sens, Sarkozy junior est parfaitement qualifié pour le job. Pour le côté technique, c’est le boulot du directeur.

    Aliocha : vous vous rendez compte de ce que cela signifie ? Qu’il y a donc des postes, certes non rémunérés directement (restent les notes de frais et les honneurs quand même) qui, dans le public, ne servent à rien ? Ou plutôt si, servent de pièce sur le grand échiquier du pouvoir. Vous avez raison de le mettre en exergue, mais imaginez-vous que ça me choque. Et que c’est peut-être ça le vrai scandale, cette mise à jour maladroite par des politiques rompus à bien pire encore, des petites combines de la République. Comment voulez-vous qu’ensuite ces gens là donnent des leçons à nos chers banquiers et aux boites du CAC 40 ? On va leur rire au nez et tout continuera sur le mode de la paille et de la poutre. Le poisson pourrit toujours par la tête. Moi j’aimerais des politiques exemplaires, pas dans leur vie privée, mais dans l’exercice de leurs fonctions.

    Commentaire par Morm — 15/10/2009 @ 14:31

  10. Morm, merci. En fin quelqu’un qui me comprend 🙂

    Aliocha : je vous comprends fort bien Authueil, mais ça ne m’empêche pas de ne pas être d’accord. Un désaccord tout à fait pacifique, mais un désaccord tout de même.

    Commentaire par authueil — 15/10/2009 @ 14:57

  11. Non, en effet, ce n’est pas Hadopi, mais c’est l’indélicatesse d’un FAI qui n’hésite pas à me piquer ma ligne pour la refiler à quelqu’un d’autre…

    Honoré de faire partie de vos « sources préférées » 😉

    Authueil, comme souvent, cherche à éviter la guerre bien/mal en se retranchant derrière le droit, derrière la pratique politique.

    On ne reproche pas à Sarkozy de filer un poste en or à son fils, on lui reproche de le favoriser, c’est tout. Peu importe que ce soit l’Epad ou autre chose.

    Et en effet, Sarkozy n’est pas le seul. Mais il est président de la République!

    Commentaire par le chafouin — 15/10/2009 @ 19:46

  12. Bon, puisque le rôle du président de l’EPAD ne consiste finalement qu’à faire de la figuration, je veux bien postuler aussi !

    Sinon, Aliocha, vous n’auriez pas aussi besoin d’un Président pour représenter les journalistes économistes et juristes bloggueurs, ça peut m’intéresser.
    Je n’ai aucune expérience ni compétence en matière de journalisme, pas plus qu’en économie, et encore moins en droit : autant vous dire que j’ai toutes les qualifications requises pour vous représenter… 😉

    Commentaire par Oeil-du-sage — 15/10/2009 @ 20:56

  13. En tout cas, stérile ou pas, grâce à Aliocha cette polémique permet de se cultiver un peu :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Ah_!_%C3%A7a_ira
    [audio src="http://edith-piaf.narod.ru/3/Le_Ca_ira.mp3" /]
    [audio src="http://www.univie.ac.at/igl.geschichte/europa/FR/Petz/Marc%20Ogeret%20-%20Ca%20ira.mp3" /]

    Commentaire par Oeil-du-sage — 15/10/2009 @ 21:03

  14. Ouf, merci de la précision en 7.

    La future et très probable désignation de JS en qualité de Président de l’EPAD (qui n’est aucunement condamnable en droit mais s’analyse, sur le plan strict de l’analyse politique, comme une faute de première grandeur) n’est que la partie émergée et donc la plus voyante de l’iceberg français.

    Le vrai problème se situe dès au niveau du plus humble -mais néannmoins éventuellement népotiste- maire de la plus petite commune qui favorise dans un emploi municipal la cousine de sa belle-soeur ou un militant encarté dans son parti au détriment d’un postulant lambda sans appui ni relations. Idem pour tous les titulaires d’une parcelle de l’autorité publique disposant en la matière d’une autorité suffisante (un directeur d’école, par exemple, autorisant une inscription d’enfant par dérogation en le faisant passer, comme suite à un dîner en ville, de la fin à la tête de liste).

    Que l’EPAD brasse des milliards n’a aucune incidence: sur le plan du principe, et de l’atteinte aux principes de la République, dont celui de la méritocratie, c’est exactement la même chose. Et cela fait longtemps que la presse, « gardienne de la démocratie », aurait dû mettre une pression d’enfer sur les politiques pour que cela cesse.

    Commentaire par Goloubchik — 15/10/2009 @ 22:45

  15. Notez que l’on peut voir les choses différemment :
    « Le pire de l’histoire, c’est qu’un étudiant est obligé de travailler pour financer ses études », dixit Bernard Thibault, sur Europe 1.

    Cordialement

    Commentaire par CTjano — 16/10/2009 @ 10:29

  16. Ah ! ça ira, ça ira, ça ira…

    Non, ça ne va plus : Quand le Canard Enchaîné titre « L’Epad, l’Epad, oui mais des Sarkozy », c’est drôle, c’est très bien trouvé et c’est très drôle mais quand Charlie Hebdo fait dire à Jean Sarkozy « j’ai couché avec mon père pour réussir » et qu’on trouve cela drôle, c’est qu’il y a quelque chose qui ne va plus, c’est qu’on est retombé dans la bêtise et la méchanceté pures.

    Halte au feu !

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 16/10/2009 @ 11:41

  17. @ Goloubchik,

    Ne trouvez vous pas que, comme disait Audiard, les affaires politiques françaises prennent une « tournure africaine »?

    Il ne s’agit pas d’une municipalité enterrée sous sa production de betteraves aux confins d’un canton dont les organisateurs du syndicalisme communal ont oublié jusqu’à l’existence.

    Il s’agit du 92, qui est la machine à fric de l’UMP.

    Souvenez vous.

    Dans sa conquête du pouvoir, Nicolas Sarkozy s’est fait adoubé par Pasqua sur le 92. Le 92, c’est la plus belle baronnie de France. C’est la rente de situation assurée. C’est le duché de Bourgogne aux temps de la guerre de cents ans. Vous contrôlez ça, vous contrôlez tout. Pour contrôler ça, faut commencer par l’EPAD, puisqu’il n’y a plus de Pasqua, mais seulement un projet de Grand Paris.

    Faut mettre le fils là où le père a besoin de lui.

    C’est tout.

    Le plus ahurissant dans l’histoire est que nous ne sommes même plus capables de le voir.

    Alors que c’est que de la mécanique.

    Commentaire par tschok — 16/10/2009 @ 12:29

  18. @ Chafoin,

    Je reprocherai jamais à un père de favoriser son fils.

    Je reprocherai en revanche à ceux qui acceptent cela au nom de la démocratie du mérite d’avoir de la merde dans les yeux.

    La faute n’est pas sur le fils ni le père: la faute est sur nous.

    On laisse faire. Et après on se plaindra.

    Après on dira « les ronds points on servi au financement politique! » ou « les ascenseurs des cités (qui on tué quand même pas mal de gosses – plus que Polanski)ont servi à financer telle rente de situation! ».

    Vous voulez que je vous dise?

    J’aime Sarko et son fils!

    Ce sont des prédateurs: ils participent à l’amélioration de l’espèce « citoyen ».

    Évidemment, dans ce « grand cycle de la vie » il n’est pas prévu que le lion se fasse bouffer par la gazelle. Il ne tient qu’à nous qu’il en soit ainsi.

    Et alors, on pourra dire que le citoyen est le prédateur de l’homme politique et que c’est conforme à l’idée de démocratie inscrite dans la constitution (gouvernement du peuple, par le… blabla).

    Pour l’instant, je vois des prédateurs, sur entrainés (Sarko et son fiston) et je vois des proies (délicieuses de connerie: nous tous).

    Je suis navré, mais dans ces conditions, je me mets du côté des prédateurs.

    J’ai pas envie d’embarquer avec vous sur le Titanic.

    Commentaire par tschok — 16/10/2009 @ 12:55

  19. Aliocha,

    je n’aime pas du tout le titre de votre article.

    Pourquoi faites vous semblant de faire référence à la Révolution alors que vous savez qu’aucun de nous n’est capable de la refaire?

    Et certainement pas vous.

    Et en plus il ne s’agit même pas de ça.

    Chuis fan de Sarko et de son fiston. Vous aussi?

    Alors appuyons les! (comme avec BHL)

    Mais il va falloir baiser des gens.

    Vous êtes ok ou pas?

    Aliocha : vous me connaissez bien mal Tschok….

    Commentaire par tschok — 16/10/2009 @ 13:03

  20. Je ne vous connais pas Aliocha.

    Contrairement à Mme Lazar qui prétend en connaitre un autre, je ne prétends pas vous connaitre.

    Et je note que vous ne répondez jamais à mes questions.

    C’est un phénomène assez intéressant d’ailleurs.

    Commentaire par tschok — 16/10/2009 @ 16:14

  21. Aliocha, à propos de l’EPAD, j’ai une question bête, pour rebondir sur votre réponse au com #9.

    Vous dites : « [il] y a donc des postes, certes non rémunérés directement (restent les notes de frais et les honneurs quand même) qui, dans le public, ne servent à rien ? Ou plutôt si, servent de pièce sur le grand échiquier du pouvoir. »

    Vous devez faire référence aux services commando qui partent prendre la défense de casque d’or en expliquant que ce poste est une sorte de travail fictif, à la limite vaguement honorifique. C’est possible, j’en sais rien, et précisément, ça m’ennuie de ne pas le savoir.

    Or, pour le savoir, y a pas 36 façons de faire, y en a qu’une : on a besoin des statuts juridiques de l’EPAD. Vous les avez vu publiés quelque part ? Parce que moi, non.

    Je vais vous dire un truc : des postes qui sont soi-disant des postes sans aucun pouvoir, sans aucune responsabilité, où vous vous contentez d’opiner du chef gravement et de signer les papiers que l’on vous tend, certains y croient. Certains même y croient qui occupent ce genre de postes (j’en ai rencontré) ! Le jour où ils se font rattraper, ils sont très surpris d’apprendre qu’en fait, si, ils avaient bien quelques responsabilités – dont ils peuvent être amenés à répondre, le cas échéant. La stratégie de défense qui consiste alors à dire : « mais enfin, si vous croyiez que j’avais le temps de lire tout ce que je signais ! » est fréquemment vouée à l’échec (même si c’était vrai, ce que je ne nie pas).

    Commentaire par Fantômette — 16/10/2009 @ 16:51

  22. @ tschok

    En réponse à votre interpellation en 17 :

    Les affaires politiques françaises ne prennent pas « une tournure africaine ».

    Parce que cet état de fait existe depuis belle levrette.

    Le 92 est une baronnie opulente.

    Il y en a d’autres en France.

    La Septimanie par exemple.

    Celle qui donne des maux de tête à Martine, qui s’y connaît pourtant en gestion de fief.

    JS, aussi symbolique soit-il, n’est qu’un épiphénomène.

    D’ailleurs, baronnie, au cas présent, c’est un concept plaqué historiquement inexact.

    Faut remonter quelques siècles en arrière.

    A la gens romaine, incarnation du clientélisme familial et politique.

    Il n’y aurait pas de profiteurs si les « clients » refusaient de l’être.

    Seule la vertu individuelle est révolutionnaire.

    Mais elle a un prix.

    Très lourd.

    Sauf si on se tape du statut social, des biens matériels au-delà du nécessaire, et du paraître.

    Et en plus elle est nase, chiante et liberticide, hein, la vertu individuelle.

    Et derrière se cache l’Ordre Moral.

    Horreur, malheur !

    Trop drôle pourtant tout cela, non ?

    Commentaire par Goloubchik — 16/10/2009 @ 23:39

  23. @ Goloubchik,

    Indubitablement. Parmi les effets humoristiques produits par cette affaire, je place au top du podium celui né du rapprochement entre, non pas le discours du papa vantant les mérites du lycée napoléonien, mais les valeurs de saine émulation et d’exemplarité qui sont en principe celles de notre enseignement national et républicain, et la nomination du fiston.

    Deux sujets qui n’ont rien à voir, mais que le calendrier de la réforme du lycée, annoncée par ce fameux discours présidentiel, a mis involontairement en perspective, au point que l’une de trouvant dans les deux autres aucune possibilité d’application, un esprit normalement constitué ne peut en concevoir qu’un sentiment de surprise, habituellement considéré comme cause première du rire.

    Mais je vous parle là d’un rire encore naturel, produit fortuitement par le rapprochement de choses si différentes que personne de vraiment sérieux ne songe réellement à lier.

    Le firmament de la bouffonnerie a été atteint lorsque la garde rapprochée présidentielle a tenté de faire accroire que la nomination du fiston était « sérieusement » une application des valeurs d’exemplarité et de saine émulation.

    Et là, c’est un rire au second degré qui amène à une certaine forme de réflexion dont est exclu tout risque d’humour.

    Car ce à quoi nous assistons est la perpétuation d’une aristocratie républicaine – et là vous avez raison de dire que le phénomène est ancien – que nous savons pertinemment éloignée de nos préoccupations de simples mortelles et affreusement incompétente dans sa gestion des affaires publiques sur le moyen terme, faute de contre pouvoir efficace.

    Soudainement, le sourire s’efface de notre doux visage angélique de citoyen sûr de son bon droit, car en fait de droit le seul qui nous reste est l’obligation de payer pour rembourser les dégâts.

    Hier Crédit Lyonnais, Executive Life, aujourd’hui Frégates de Taïwan, demain…?

    C’est donc drôle, oui, très drôle. Mais les meilleures choses ont un fin et on finit par cesser de rire quand il faut payer l’addition. je trouve cela presque regrettable de s’arrêter de rire à ce moment là.

    Ne pourrions nous pas rêver que notre bonheur se prolonge jusque dans le paiement de la douloureuse? N’est ce pas précisément à ce moment là que nous avons le plus besoin de bonheur?

    Eh bien je vais vous dire pourquoi je fais finalement confiance à ce gouvernement!

    Parce que je sais qu’il s’emploie à notre bonheur. Y compris dans les pires moments. Voilà qui justifie à mes yeux, en dernière analyse, la nomination de personne d’exception à des postes privilégiés: notre bonheur n’a pas de prix.

    Commentaire par tschok — 19/10/2009 @ 13:34

  24. @ tschok

    C’est terrible, j’avais oublié qu’en tant que contribuable, je continuais probablement à payer encore maintenant les égarements incontrôlés du Crédit Lyonnais.

    Vivement que l’Alzheimer nous frappe!

    Commentaire par Goloubchik — 20/10/2009 @ 16:00

  25. Goloubchik,

    Je crois que la dernière tranche de l’amende d’Executive Life a été payée il y a deux trois ans.

    Tournons la page!

    Passons aux frégates! Soyons modernes!

    La Fayette! Nous voilà (avec notre carnet de chèques)!

    Commentaire par tschok — 20/10/2009 @ 17:14


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :