La Plume d'Aliocha

11/09/2009

Jouons un peu

Filed under: Mon amie la com' — laplumedaliocha @ 10:10

A l’approche du week-end, je me suis dit qu’il était temps de laisser tomber l’actualité nauséabonde alimentée par mes confrères du Monde sur la lamentable affaire Hortefeux (je trouve lamentable qu’on aille autopsier une vidéo inaudible pour trouver les preuves ADN du racisme du ministre, c’est nul et non avenu), bref je vous propose en lieu et place d’un coup de gueule que cette affaire ne mérite même pas,  une devinette. Voici un texte que j’ai trouvé dans un quotidien. J’en ai ôté quelques phrases pour les besoins de l’exercice et je vous propose de deviner de quoi il parle. Ceux qui savent son priés de laisser les autres jouer pour ne pas gâcher l’expérience. Réponse et débat dans la journée. Toute utilisation de Google sera considérée comme une tricherie.

« La Joie

Nous créons la joie.

Nous parlons le langage de l’exaltation, du plaisir, du grand frisson, de la jubilation,

Pour que la joie nous transporte toujours plus et toujours plus loin.

Notre histoire est à la croisée des chemins entre passion et vision.

L’innovation est dans nos gènes, la Joie coule dans nos veines.

La joie est notre moteur. Nous l’avons alimentée, analysée, éprouvée,

pour mieux la réinventer.

Et jamais la joie n’a été aussi efficace, dynamique, responsable.

Elle a le pouvoir de mouvoir et d’émouvoir.

Et quand certains vous promettent tout,

Nous vous offrons une seule chose, la plus précieuse, la plus personnelle,

La plus humaine, la plus excitante de toutes les émotions :

La Joie ».

Alors, mes amis d’où est tiré ce texte ? D’un bulletin paroissial ? D’une nouvelle secte ? D’un livre sur le développement personnel ? D’une spiritualité orientale inédite ?

A vous de jouer !

Actualisation 10h47

Bon, puisqu’il y a ici des comiques qui lisent en diagonale et qui se précipitent pour faire les malins au mépris des consignes (ils sont quand même pardonnés), oublions la devinette éventée. Je ne sais pas vous, mais moi je donne un autre contenu à la joie que le fait d’acheter une BMW. Je trouve qu’ici le marketing franchit une étape supplémentaire très contestable. Quand Séguéla a dit que sans rolex on avait raté sa vie, on pouvait encore considérer qu’il entendait « on a raté l’occasion de faire fortune ». A défaut d’éléments supplémentaires venant éclairer cette fort maladroite saillie, faisons lui la grâce de penser qu’il s’en tenait au domaine du matériel. Ce texte sur la joie en revanche, nourri de références spirituelles, me dérange profondément. Pire, cette appropriation par un constructeur automobile, au demeurant fort sympathique, du mot joie me parait déplacée. Une voiture, c’est du plaisir à la rigueur, pas de la joie.

Publicités

27 commentaires »

  1. De la publicité BMW !

    Commentaire par misty — 11/09/2009 @ 10:21

  2. Mais non de la pub de BMW, ils ne savent plus quoi inventer pour nous vendre leur cercueil à combustion interne.

    Commentaire par Bob — 11/09/2009 @ 10:22

  3. Mince. J’allais parier sur une nouvelle motion PS.

    (J’allais parier gros en plus).

    (Ceci dit, la phrase « l’innovation est dans nos gênes » m’avait tout de même un peu gênée)

    Commentaire par Fantômette — 11/09/2009 @ 11:14

  4. Ah ben oui, le bonheur c’est de pouvoir consommer des biens matériels. What else? ^^

    Commentaire par Kemmei — 11/09/2009 @ 11:28

  5. vous avez un lien vers la pub non-éditée ?

    Commentaire par Paul — 11/09/2009 @ 11:29

  6. « Une voiture, c’est du plaisir à la rigueur, pas de la joie ».

    Tatata, Aliocha, vous n’avez manifestement jamais connu la joie perverse que l’on peut éprouver à bord d’un monospace, sur la file de gauche de l’autoroute, en rentrée de week-end. En revanche je crois me souvenir que vous l’avez subie :O)

    Pour le reste, les publicitaires ont bien récupéré la Révolution, le développement durable, le sado-masochisme, etc…Pourquoi pas alors Charles Trénet et Beethoven?

    Ceci étant, je ne sais pour ma part ce qui est le plus inquiétant:

    – que la direction marketing de BMW (une boîte sérieuse employant des milliers de salariés) ait validé une publicité aussi tartignolle, avec des appels du pied (au plancher) aussi nases que « La joie est notre moteur »:

    – ou que des gens disposant des moyens financiers suffisants pour se payer une éducation intellectuelle et une BM puissent se laisser influencer par une telle pub.

    Aliocha : Excellentes questions, qui rejoint ma préoccupation plus générale : le glissement de sens des mots opéré par la com’ et le glissement de valeurs qui s’y attache.

    Commentaire par Goloubchik — 11/09/2009 @ 11:45

  7. Cette pub me donne d’ailleurs l’impression que BMW se félicite publiquement/se parle à soi-même/essaie de se convaincre ; la cible serait les actionnaires du groupe ?

    Commentaire par Bob — 11/09/2009 @ 12:42

  8. Dans le genre, il y a aussi le dernier slogan de Coca.
    Pourtant je suis un grand consommateur, j’en bois beaucoup, mais même moi je trouve que le slogan « ouvrez un Coca, ouvrez du bonheur » est grotesque.

    Commentaire par Arnaud — 11/09/2009 @ 12:59

  9. J’ai sursauté lorsque j’ai entendu cette publicité ce matin sur une radio généraliste. Je l’ai trouvée assez tarte et puis plutôt nulle car je n’ai pas du tout envie d’acheter un modèle de cette marque.

    Bonne journée

    PS: dans le « la Croix » d’hier, une excellente critique, construite et agréable à lire, d’un roman américain « Lark et Termite » de Jayne Anne Philipps chez Christian Bourgeois.

    Commentaire par H. — 11/09/2009 @ 13:41

  10. Tiens, vous aussi vous avez été gênée par la pub de BMW dans Libé nouvelle version lundi ? Vous m’avez néanmoins forcé à lire le texte que j’avais zapé en feuilletant le journal. C’est du grand délire, mais je trouve déplacé de condamner cette publicité : il s’agit d’une fiction, c’est-à-dire d’un récit ou d’un message que l’on est supposé croire – à charge pour le publicitaire de faire partager cette croyance au plus grand nombre, c’est raté ici, j’en conviens.

    Par ailleurs, votre accès de pruderie à l’égard de M. Hortefeux est ridicule : un journaliste n’est pas payé pour transmettre les seuls discours et communiqués des hommes politiques. Pour ma part, l’écart du ministre ne me gêne pas : la droite a des facilités avec la xénophobie (a fortiori depuis l’Opa de M. Sarkozy sur l’électorat frontiste), c’est une des raisons pour laquelle on vote pour elle. Remarquons au passage l’indigence de ce militant Ump qui dit « je suis arabe ». C’est formellement faux : on est Français, Algérien – on parle perse, arabe mais on est pas plus « arabe » qu’on est « perse ». Ceci trahit une différenciation au sein de l’espère humaine (que je regrette pour ma part) : les blancs, les noirs, les bridés, les arabes. Ce jeune homme a intégré cette différenciation puisqu’il la revandique (mais nul n’est obligé d’ « être » de droite).

    Commentaire par Bardamu — 11/09/2009 @ 14:30

  11. Hormis ma pique chère Aliocha qui se voulait la plus cordiale du monde, j’ai gagné n’est-ce pas ?

    Commentaire par Bardamu — 11/09/2009 @ 14:32

  12. Ha non zut, la question portait simplement sur la nature du texte, peut-être a-t-il été diffusé avant sur un autre media. Damned !

    Commentaire par Bardamu — 11/09/2009 @ 14:34

  13. @ Aliocha en 6 : mais chère Aliocha, c’est là exactement tout le propos de la publicité : vider les mots de leur sens et opérer un transfert de ce sens vers les objets. Ainsi la pub’ et plus largement le discours publicitaire (c’est-à-dire la pub’ puis ses excroissances marketing et communication) voudrais que l’homme moderne ne se définisse plus que parce ce qu’il possède, c’est l’objet qui apporte sens à la vie, en d’autres termes l’être ne s’exprime plus (en mots) mais s’imprime (en marque) et passe par l’avoir, ce qu’un mien professeur appelait l’homo ostiosus.

    Commentaire par gwynplaine — 11/09/2009 @ 17:58

  14. « A l’approche du week-end, je me suis dit qu’il était temps de laisser tomber l’actualité nauséabonde alimentée par mes confrères du Monde sur la lamentable affaire Hortefeux (je trouve lamentable qu’on aille autopsier une vidéo inaudible pour trouver les preuves ADN du racisme du ministre, c’est nul et non avenu) »

    C’est vrai ca… Le Monde devrait faire de plus longs articles pour critiquer les textes des publicités BMW… ca c’est de l’information. Si les journalistes du mondes le souhaitent vraiment, ils peuvent écrire des articles sur les turpitudes des dirigeants du PS.

    Mais rapporter les propos pour le moins sujet à caution d’un ministre et de quelques militants UMP… C’est vraiment inadmissible…
    Ces journalistes ils se croient tout permis… heureusement que vous êtes là pour sauver l’honneur de la profession… ou pas…

    http://www.liberation.fr/politiques/0101590355-gilles-leclerc-un-media-doit-il-tout-montrer

    Commentaire par khazan — 11/09/2009 @ 17:58

  15. En terme de marketting, je ne me souviens plus des termes précis, mais Auchan s’était approprié le Jardin d’Eden et la notion de création. Dès lors, plus rien ne saurait m’étonner.

    Commentaire par Suzanne — 11/09/2009 @ 18:26

  16. Vous voyez, c’était bien un sujet pour vous!

    Je ne connaissais pas la pub (je n’aurais jamais trouvé la réponse tout seul), mais on franchit là un petit pas de plus dans la déconnexion entre les mots et la réalité!

    Car enfin, qui peut ignorer que la vraie joie se trouve chez Peugeot?

    Commentaire par Philarête — 11/09/2009 @ 19:04

  17. c’est d’autant plus choquant qu’il s’agit en quelque sorte d’un plagiat : une marque allemande + la joie = http://fr.wikipedia.org/wiki/Kraft_durch_Freude

    Commentaire par non-specialiste — 11/09/2009 @ 21:00

  18. C’est marrant, vous déplorez « le glissement de sens des mots opéré par la com’ et le glissement de valeurs qui s’y attache » et c’est vous même qui vous livrez à une interprétation du sens des mots vraiment personnelle. Ainsi votre interprétation de la phrase de Séguéla est très éloignée de ce qu’il a précisément dit. Le propos est pourtant tout à fait clair et sans ambigüité. Quand on dit : « quand on n’a pas une Rolex à 50 ans, c’est qu’on a raté sa vie », ça veut dire purement et simplement que le but de l’existence, c’est de s’enrichir. Et non « qu’on a raté une occasion de faire fortune ». Si pour vous c’est la même chose, je comprends que vous ayez du mal à communiquer.

    Commentaire par Dukénois — 12/09/2009 @ 01:35

  19. Il semblerait qu’en 2002 déjà, Mercedes vantait sa type A sous le slogan « les dimensions idéales du bonheur ».
    Le message des publicitaires est toujours le même : vous pouvez accéder rapidement au bonheur par l’achat, la possession et la jouissance de biens matériels.
    Ensuite démêler plaisir, bonheur, jouissance et joie, ce n’est plus de leur ressort ;o)

    Commentaire par Monsieur Prudhomme — 13/09/2009 @ 08:06

  20. Vous vous moquez parce que vous n’avez jamais vu d’Allemand bichonner son jouet avec une attention confiant au fétichisme ni effondré après qu’un orage de grêle (avec des grêlons plus gros qu’une balle de ping-pong) s’est abattu sur Munich en plein mois de juillet et a soigneusement brisé quantité de vitres dans les facades exposées et cabossé les carosseries rutilantes des BMW, Audi et autres Mercedes.

    L’idée de joie dans une pub pour une voiture allemande n’a donc rien d’étonnant. Surtout en Bavière, patrie de BMW (Bayerische Motorwerk).

    Je reconnais que c’est une question de goût : on peut aussi reprocher aux Bavarois, pourtant résidents d’un Land magnifique aux nombreux lacs dont celui de Starnberg où mourut Louis II de Bavière, roi wagnérien (et pour cause : Wagner et lui étaient amis) et francophile, celui qui fit construire le château de Neuschwanstein digne des plus beaux contes de fées, d’être aussi le Land où fut construit le premier camp de concentration en mars 1933, Dachau, si proche de Munich ; le Land du Berghof d’Hitler près de Berchtesgaden (à proximité du superbe lac de Königsee) et le Land où l’on peut déguster les surprenantes Knödel importées d’Autriche, susceptibles d’étouffer une bonne chrétienne comme vous.

    Mais ce serait négliger les couettes épaisses et moelleuses dont on refuse de sortir même si la chambre est chauffée par un poêle en faïence, alors qu’une balade est prévue et que tout est floconneux au-dehors. (Si ça ce n’est pas du teaser pour week-end en amoureux! Parlez-en à Monsieur Aliocha, vous verrez 😉 )

    Commentaire par Ferdydurke — 13/09/2009 @ 09:37

  21. oups…

    confiant : lire confinant

    Commentaire par Ferdydurke — 13/09/2009 @ 09:38

  22. BMW vend des autos, aucun problème avec ça, chacun son business, chacun son imaginaire (les pauvres!)

    BMW vend des autos en chantant qu’il y a de la joie, très bien, la joie est un sentiment humain, le mot est libre de droit.

    Est-ce que ça va aider le péquin, dont la vie est faite au mieux d’excitations et d’une gaieté incompréhensible (à ses yeux), à ressentir la joie, à éprouver le sentiment de sa finitude, à peser le bain d’air et d’être qui le baigne sans qu’il y songe? Sans doute non, hélas.

    Et c’est là que je m’en moque bien de ce que BMW (ou IBM, ou MBK, ou BEURK) veut vendre, et comment : chaque matin, moi je le sais depuis des décennies, que c’est la joie qui m’empêche un instant de rester au lit à traîner, que c’est elle qui remonte le ressort de mes idées confiées le soir à l’intendance cinématographe du sommeil ,pour me lancer dans le jour avec la rage de poursuivre mon pourquoi : et ça, d’user du mot comme d’un baratin grotesque pour gogo cocaïné, BMW ne me l’enlève pas, et au contraire, renforce-t-il encore la conviction que j’ai, béni des Dieux que je suis, qu’elle est le bien le plus tangible de mon existence – comme d’autres tristes abrutis considèreront leur bagnole comme le leur, mais sans pourquoi.

    Commentaire par John — 13/09/2009 @ 15:43

  23. « A l’approche du week-end, je me suis dit qu’il était temps de laisser tomber l’actualité nauséabonde alimentée par mes confrères du Monde sur la lamentable affaire Hortefeux (…), bref je vous propose en lieu et place d’un coup de gueule que cette affaire ne mérite même pas, une devinette ».
    Sur une pub BMW, donc.

    On peut dire que vous, vous n’avez pas de « problème de hiérarchisation de l’information ». Vous devriez postuler à France Inter.

    Commentaire par Bernard Samson — 13/09/2009 @ 18:40

  24. Je pense que le débat est vraiment mal placé.
    une publicité est la pour venté un produit, et pour cela Bmw met le spectateur dans un imaginaire pour venté son produit, cet pub s’adresse a tout ceux qui apprécie les voitures car pour les « amoureux » de belle voiture il y a plus de plaisir de se retrouver dans une bmw que dans un Renault senic (sans dénigrer le senic par ailleurs).
    je trouve justement que cet pub est sobre et représente bien la marque.
    alors c’est vrai Bmw va loin en disant que la joie c’est avoir une bmw mais c’est de la pub.
    maintenant ce faire chier (et je pèse mes mot) a analyser cet pub là alors que 30seconde après on se retrouve avec une pub car-glass qui ressemble plus a du bourrage de crane, suivi d’une pub pour un yaourt présenter par une femme a poil, suivie d’une annonce gouvernemental pour dire que ce qu’il font c bien (grenelle de l’environnement), puis une pub avec une voiture qui danse (Citroen c4 ou nissan QASHQAI)… je pense que si toute les pub étaient écrites à la façon de Bmw l’intermède publicitaire serait déjà moins chiant qu’il ne l’ai alors mettez-vous a annalysez les pub faites pour abrutir le consommateur plutôt que de critiquer celles faite pour le faire rêver.

    Commentaire par niclass — 16/09/2009 @ 11:31

  25. L’idée d’offrir de la joie est formidable ! Tout le monde recherche Joie, Bonheur et Plaisir….
    MAIS, le choix de la voix off provoque complètement l’inverse, inconsciemment !
    La Joie est sincère, spontanée
    et là le comédien prend une voix empruntée, essayant de jouer la joie en vain.
    On ressent qu’il ne sourit pas en parlant et que la sincérité n’est pas là….
    La gaité, la bonne humeur, le bonheur, le ravissement, la satisfaction, le plaisir ne se jouent pas mais se vivent…
    Et unanimement tous mes amis ont la même réaction l’intention est fausse !
    Pour preuve écoutez bien la phrase Finale : « BMW crée de la JOIE »
    Le mot Joie a une intention hyper surjouée et appuyée en dehors de toute sincérité…
    Conclusion : Rejet inconscient du téléspectateur qui du coup ne croit plus du tout à BMW et à ses vérités.
    Donc effet contraire !

    Commentaire par Denis Bruchet — 25/09/2009 @ 14:04

  26. Bien votre article sur BMW et la joie. Nous avons flairé le même abus de langage. En plus c’est bien écrit ! Je vous invite à lire mon article sur le même sujet.

    Bien à vous

    http://marquenemo.typepad.com/francois_nemo/2009/09/bmw-et-la-joie.html

    Commentaire par Némo — 02/10/2009 @ 22:42

  27. oui, article nécessaire (à rapprocher de « l’événement »)

    préférons lire un roman qui s’appelle Joie : http://arsenaldumidi.hautetfort.com/archive/2011/09/20/quatre-romans-a-telecharger.html

    Commentaire par Marie-Céline — 28/10/2011 @ 08:55


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :