La Plume d'Aliocha

11/09/2009

La cacophonie du vide

Filed under: Coup de griffe — laplumedaliocha @ 21:28

Puisque l’affaire Hortefeux continue de « buzzer » autrement dit de patauger dans l’hystérie la plus délirante, un mot quand même sur ce dossier dont je ne voulais pas parler.

Il n’ y a pas un tribunal, excepté visiblement le grand tribunal du web, qui se risquerait à condamner un homme pour une parole inaudible et à moitié incompréhensible.

Il ne devrait pas y avoir un seul journaliste pour livrer en pâture au public un ministre sur la foi de cette seule vidéo.  Ce n’est pas être à la solde du pouvoir que d’estimer qu’un document n’est pas suffisamment probant pour être diffusé. C’est être simplement responsable. C’est éviter de jeter un homme aux chiens sur la base d’une fumeuse présomption, fut-elle infiniment appétissante.

De même, il ne devrait pas y avoir un seul politique pour appeler à la démission un membre du gouvernement sur la base d’une interprétation aussi contestable d’un propos aussi obscur.

Il ne devrait pas non plus y avoir une seule voix pour oser affirmer qu’il s’agit d’une déclaration raciste, tant le doute est évident pour qui l’écoute de bonne foi.

Seulement voilà, la meute médiatique, excitée par les internautes, alimente le buzz, cette gigantesque cacophonie du vide, sûre de son bon droit et toute gonflée de l’importance de sa supposée vigilance démocratique. L’occasion est si belle : un gouvernement qui a bon dos, une noble cause, un pseudo-document objectif, une parole ambigüe et le tour est joué. Je ne vois dans tout cela que procès d’intention, suppositions, présomptions, interprétations, supputations autrement dit tout sauf des faits.

Parce qu’il est ministre de l’intérieur, parce qu’il est sarkozyste, parce que la scène se déroule dans ce grand pandémonium qu’est nécessairement une réunion de l’UMP, parce qu’il y a un « arabe » dans l’affaire, parce qu’on plaisante, alors forcément ce propos qu’on ne comprend pas doit être raciste. Il ne peut en être autrement. Et la rumeur enfle, et le doute devient certitude et l’indignation s’auto-alimente. Songez donc, la vidéo a été vue par des milliers d’internautes, c’est bien qu’il se passe quelque chose. Et chaque clic est comme une nouvelle preuve que oui, assurément, Hortefeux est raciste.

Mon esprit de juriste frissonne face à cette sinistre parodie de procès.

D’un point de vue journalistique, je ne puis que renouveler les craintes que j’exprimais récemment sur l’évolution du métier. Il ne faudrait pas qu’à trop vouloir s’adapter à ce nouvel univers qu’est le web, la presse oublie les règles de base du journalisme. Il me semble au contraire que c’est en les réaffirmant, en opposant systématiquement les faits vérifiés aux rumeurs et autre buzz que nous démontrerons notre utilité. Mais c’est plus facile à dire qu’à faire. C’est pourquoi, bien que je sois en désaccord avec le Monde, je me garderais bien de le jeter aux chiens.

A lire l’interview du sociologue des médias Dominique Wolton. Le texte n’est pas de bonne qualité, il s’agit d’une retranscription mot à mot par le JDD d’un entretien sur RTL.


Jouons un peu

Filed under: Mon amie la com' — laplumedaliocha @ 10:10

A l’approche du week-end, je me suis dit qu’il était temps de laisser tomber l’actualité nauséabonde alimentée par mes confrères du Monde sur la lamentable affaire Hortefeux (je trouve lamentable qu’on aille autopsier une vidéo inaudible pour trouver les preuves ADN du racisme du ministre, c’est nul et non avenu), bref je vous propose en lieu et place d’un coup de gueule que cette affaire ne mérite même pas,  une devinette. Voici un texte que j’ai trouvé dans un quotidien. J’en ai ôté quelques phrases pour les besoins de l’exercice et je vous propose de deviner de quoi il parle. Ceux qui savent son priés de laisser les autres jouer pour ne pas gâcher l’expérience. Réponse et débat dans la journée. Toute utilisation de Google sera considérée comme une tricherie.

« La Joie

Nous créons la joie.

Nous parlons le langage de l’exaltation, du plaisir, du grand frisson, de la jubilation,

Pour que la joie nous transporte toujours plus et toujours plus loin.

Notre histoire est à la croisée des chemins entre passion et vision.

L’innovation est dans nos gènes, la Joie coule dans nos veines.

La joie est notre moteur. Nous l’avons alimentée, analysée, éprouvée,

pour mieux la réinventer.

Et jamais la joie n’a été aussi efficace, dynamique, responsable.

Elle a le pouvoir de mouvoir et d’émouvoir.

Et quand certains vous promettent tout,

Nous vous offrons une seule chose, la plus précieuse, la plus personnelle,

La plus humaine, la plus excitante de toutes les émotions :

La Joie ».

Alors, mes amis d’où est tiré ce texte ? D’un bulletin paroissial ? D’une nouvelle secte ? D’un livre sur le développement personnel ? D’une spiritualité orientale inédite ?

A vous de jouer !

Actualisation 10h47

Bon, puisqu’il y a ici des comiques qui lisent en diagonale et qui se précipitent pour faire les malins au mépris des consignes (ils sont quand même pardonnés), oublions la devinette éventée. Je ne sais pas vous, mais moi je donne un autre contenu à la joie que le fait d’acheter une BMW. Je trouve qu’ici le marketing franchit une étape supplémentaire très contestable. Quand Séguéla a dit que sans rolex on avait raté sa vie, on pouvait encore considérer qu’il entendait « on a raté l’occasion de faire fortune ». A défaut d’éléments supplémentaires venant éclairer cette fort maladroite saillie, faisons lui la grâce de penser qu’il s’en tenait au domaine du matériel. Ce texte sur la joie en revanche, nourri de références spirituelles, me dérange profondément. Pire, cette appropriation par un constructeur automobile, au demeurant fort sympathique, du mot joie me parait déplacée. Une voiture, c’est du plaisir à la rigueur, pas de la joie.

Propulsé par WordPress.com.