La Plume d'Aliocha

03/09/2009

Merci Monsieur Genestar

Filed under: Coup de chapeau ! — laplumedaliocha @ 09:43

J’ai déjà eu l’occasion de  dire ici le bien que je pensais d’Alain Genestar, l’ancien rédacteur en chef de Paris Match. J’en profite d’ailleurs pour recommander à nouveau son livre « L’expulsion » (Grasset) dans lequel il relate le conflit qui l’a opposé à Nicolas Sarkozy et son eviction de Match. Il y a dans ce texte un amour du métier, une foi dans son avenir que je retrouve avec plaisir dans la tribune qu’il vient de publier au Monde à la suite des malheurs de l’agence Gamma. Et pour vous donner envie d’aller la lire en entier, en voici un extrait :

« Dit-on d’un métier en pleine révolution – évolution – qu’il est foutu ? Non. Il change. Et avec quelle rapidité ! Et avec quels dégâts ! Mais aussi avec quelles fantastiques promesses si « on » arrive à accompagner son changement ! Et « on », ce sont les photographes, les journalistes, les entrepreneurs et les entreprises de presse – et non les fonds de pension ; ce sont les gens de métier qui, tout en fabriquant de nouveaux modèles économiques viables et rentables, ont à coeur de développer une ambition éditoriale, d’autant plus exigeante et rigoureuse en matière d’écriture photographique que les progrès vertigineux du numérique ont jeté la suspicion sur les images prises par des anonymes, diffusées à toute vitesse sur le Net, sans vérification.
Désormais, pour les photojournalistes, les agences et les magazines, il ne faut plus se contenter d’être là où ça se passe – la place est prise par Flickr, Twitter, YouTube et autres « speedy medias » – mais y aller pour vérifier ; y aller avec l’idée de ce que l’on peut apporter de plus ; y aller avec l’ambition de construire des récits photographiques compliqués ; y aller pour raconter, montrer, décortiquer, expliquer des événements aux répercussions souvent très complexes ; y aller pour être les témoins incontestables et sans parti pris d’une actualité de plus en plus techniquement manipulable.
« Là sont le nouveau présent et l’avenir du métier : les photos et les vidéos prises par les professionnels, au-delà de l’expérience et du talent de leurs auteurs, sont des preuves, des certificats d’authenticité, des pièces à conviction de l’Histoire.
A notre époque de bouleversements gigantesques, de terrorisme, de guerres, de crises sociales, de menaces écologiques, de grand doute, les lecteurs ont besoin de ces preuves pour voir et savoir ce qui se passe dans le monde troublé d’aujourd’hui ».

Au fond, le vrai drame de la presse aujourd’hui, ce n’est ni Internet, ni la crise économique, c’est l’incurie de ceux qui en ont la charge. C’est le manque de foi, d’imagination, d’intelligence et de talent.

polka Mais, observeront quelques esprits chagrins, on ne redresse pas un secteur en crise avec seulement la foi. Moi je pense que si, je pense que c’est ce qui manque le plus aujourd’hui. Voyez-vous, ces dix dernières années, j’ai assisté de près au lancement de 3 magazines par des anciens dirigeants d’entreprise de presse. Les deux premiers ont disparu en moins d’un an. Le troisième, dont je préfère taire le nom par loyauté vis à vis de certains de mes proches, ne tiendra pas une année. Dans les trois cas, j’avais prédis ces échecs car dans les trois cas, les fondateurs n’aimaient pas la presse, ils ne la respectaient pas non plus, ils faisaient du business en espérant attirer de la pub et en prenant les lecteurs pour des crétins. Projets éditoriaux baclés, maquettes réalisées à la va-vite, contenus rédigés en allant piquer des infos sur le web et autres fumisteries du même genre…Ils ont échoué, cC’est bien fait pour eux, mais c’est dommage pour le secteur, car ces échecs accréditent un peu plus l’idée que la presse papier va mourir, quand ce ne sont que les acteurs qui ne sont pas à la hauteur. Un peu d’âme, vous dis-je et tout redeviendra possible.  Au passage, je souhaite longue vie à Polka, le magazine trimestriel dédié au photoreportage lancé par Alain Genestar à la suite de son départ de Match. Voilà un titre conçu et publié par de vrais professionnels amoureux du métier et ça se voit. J’ai acheté le numéro six hier (en photo ci-contre), il est passionnant. Pour information, sachez que Polka expose les photographes publiés dans ses pages à compter du 17 septembre et jusqu’au 7 novembre, 12 rue Saint Gilles dans le 3ème arrondissement à Paris, du mardi au samedi de 11h à 19h30. Entrée libre.

m4919Tant qu’on est dans le photoreportage, je vous signale aussi le lancement par Le Point d’un nouveau journal « Le Point grand angle ». Le premier numéro est consacré à Hitler. A travers un grand nombre de photos dont certaines inédites, le magazine relate l’histoire du tyran de sa naissance à son suicide. La maquette et l’iconographie sont remarquables, les articles très bien choisis. J’ai lu notamment avec intérêt un papier de Jacques-Pierre Amette sur le regard que portaient Thomas Mann et Brecht sur Hitler. On y apprend que si le premier  refusait de s’abaisser à aller écouter ce « chef de bande », Brecht en revanche, en tant qu’homme de théâtre,  était fasciné par l’efficacité dramaturgique du personnage et avait compris très tôt le danger qu’il représentait. Ce numéro du Point  illustre à point nommé le propos de Genestar sur ces pièces à conviction de l’histoire que sont les photos de presse.

Publicités

5 commentaires »

  1. Le bon lien pour Polka Magazine (dont je découvre l’existence et que je vais essayer de dégotter dans ma provinee) : http://www.polkamagazine.com/

    Aliocha : oups, merci, je vais rectifier !

    Commentaire par Yepok — 03/09/2009 @ 12:40

  2. les photographes sont aussi des journalistes, je veux dire ont t’ils droit à une carte de presse?

    a ce propos quels sont les critères d’attribution de cette carte?

    Aliocha : bien sûr qu’ils sont journalistes, peut-être plus encore que les autres ! La carte de presse est attribuée par une commission. Pour en faire la demande, il faut justifier que l’on tire l’essentiel de ses revenus d’une activité journalistique pour le compte d’une ou plusieurs entreprises de presse. On vous accorde alors une carte de stagiaire (2 ans de stage). La carte est renouvelée chaque année selon la même procédure et en justifiant des mêmes critères. Sont titulaires de la carte de presse non seulement les journalistes qui écrivent mais aussi les cameramen, photographes, secrétaires de rédaction (ceux qui relisent les articles, les corrigent, les mettent en forme, s’occupent des titres, des intertitres, etc.), les maquettistes, bref tout ceux qui travaillent à la production de l’information. En revanche, les membres du personnel de la diffusion, de la pub et autres fonctions distinctes du journalisme n’ont pas la carte, bien que travaillant dans une entreprise de presse.

    Commentaire par fred — 03/09/2009 @ 13:32

  3. « …y aller pour raconter, montrer, décortiquer, expliquer des événements aux répercussions souvent très complexes ; y aller pour être les témoins incontestables et sans parti pris d’une actualité de plus en plus techniquement manipulable. »: merci, très sincèrement, pour cette profession de foi à laquelle j’adhère sans restriction. La gangrène est cependant bien présente: http://h16.free.fr/wordpress/index.php/2009/09/03/671-revue-de-pignouferies#more-671

    J’ai cessé de lire le Point l’année dernière, après une très longue cohabitation, jugeant qu’il évoluait bien trop vers le « pipole » (couvertures à répétition sur le prince et ses affidés), articles au contenu de plus en plus creux rassemblant le plus souvent des poncifs éculés (seule la partie « brève » tenait à peu près la route). Je vais cependant faire une exception et aller découvrir sa nouvelle publication vu le bien que vous en dîtes.

    Bonne journée

    PS: Maître Mô s’est surpassé dans ce post http://maitremo.fr/2009/09/02/lourd-leger/

    Commentaire par H. — 04/09/2009 @ 10:24

  4. Comme ils sont vertueux et comme ils écrivent bien certains, après avoir quitté leurs fonctions.
    Il n’était pas directeur de Paris Match ce Monsieur quand les pages dégoulinaient de Cecilia au bureau ( plus qu’une femme et une compagne, une collaboratrice…un vrai sens politique), à la clinique (à 15 cm de dilatation, elle lisait encore le Monde) ?
    Alors comme ça il boude et il veut pas faire dans le maquillege et la simplicité de la nouvelle ?
    Bah encourageons le alors. Après tout Victor Hugo a bien commencé royaliste. Polka sera peut être sa préface de 1830. Mon souci c’est qu’il va me falloir l’acheter, car je ne vois pas demain mon poisonnier s’en servir comme emballage.

    Aliocha : Paris Match a toujours été critiqué. Mais une chose est sûre, Match a chuté depuis le départ de Genestar. Ce-dernier savait allier les sujets qui rapportent (people) et ceux qui ne rapportent pas (grands reportages). Ouvrez Match aujourd’hui et vous verrez la différence. Le journal a beaucoup perdu en terme de journalisme.

    Commentaire par Uppereast — 05/09/2009 @ 01:22

  5. Bonjour Aliocha

    Je pense que vous connaissez « Les cahiers du journalisme ». J’ai trouvé cet article, très intéressant au demeurant et qui mérite analyse, qui aborde peut-être une des raisons du marasme actuel: http://www.theatrum-belli.com/archive/2009/09/04/l-union-europeenne-des-medias-sous-influence.html#comments.

    Bonne journée

    Commentaire par H. — 07/09/2009 @ 09:37


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :