La Plume d'Aliocha

02/09/2009

Foutons la paix à Tintin, par pitié !

Filed under: Coup de griffe — laplumedaliocha @ 09:23

Il y a des informations comme ça qui me font bondir.

Par exemple l’histoire de ce belge d’origine congolaise qui, après avoir tenté de faire interdire la vente de l’album Tintin au Congo dans son pays, porte plainte en France contre le même ouvrage en vue d’obtenir l’interdiction de sa vente. Oui, vous avez bien lu, c’est ici (AFP). La même dépêche nous apprend que nos amis anglais et américains, visiblement plus sensibles à la liberté économique qu’à la liberté artistique, trouvent l’album scandaleux au point de le vendre au rayon adulte, voire de ne pas le vendre du tout. Comme Philippe Bilger qui s’est ému du sujet sur son blog, je songe au nombre d’ouvrages anciens, philosophiques ou romanesques, que nous allons devoir censurer, partiellement ou totalement, si nous nous engageons dans cette voie absurde.

Je me rappelle surtout avoir lu dans le très amusant Tournesol illustré (Casterman), qui relate les grandes inventions du professeur Tournesol, la lettre qu’avait adressée à Hergé en novembre 1967 une lectrice atteinte de surdité. Celle-ci s’indignait que l’auteur puisse rire du handicap dont il avait affligé son héros.   Voici ce que lui répondit Hergé :

« Chère Mademoiselle,
Bien sûr, quant au fond, vous avez raison : on ne devrait pas plaisanter à propos des sourds. On ne devrait pas non plus faire rire au détriment des bègues, des obèses, des Anglaises aux longues dents, des Germains à tête de lard, des maladroits qui se prennent le pied dans le tapis, des gens qui écorchent la langue étrangère dans laquelle ils essaient courageusement de s’exprimer, etc.etc…Un auteur ne devrait pas céder à ces tentations. Pourquoi y cède-t-il quand même ? Parce que s’il respectait les préceptes de la charité, il n’y aurait pas de littérature satirique possible.
Vous le voyez, je ne plaide pas non-coupable,. Mais j’invoque, dans le cas de Tournesol, les circonstances atténuantes. Le Professeur n’est pas un infirme pitoyable. Le professeur n’est pas l’équivalent d’un aveugle mais d’un myope ; sa demi-surdité est due à l’âge et n’est manifestement pas de naissance ; ses déboires ne viennent pas d’une « infériorité » mais au contraire d’un excès d’assurance de sa part. Moralement, il ne souffre pas de sa déficience auditive, qui ne l’a pas empêché de devenir un brillant savant, et un homme suscitant bien moins la moquerie que l’estime et l’affection.
Jamais je n’ai pris pour cible un de ces handicapés dont votre lettre me parle d’une façon émouvante et convaincante ; jamais je ne tomberai dans cet odieux, cela va sans dire ».

Que Tintin au Congo exprime la vision erronée de l’époque sur l’Afrique, c’est possible. J’ai oublié cet album qui n’a jamais été mon préféré. D’ailleurs, il fut controversé, dit-on, dès sa sortie en 1931 et amendé par l’auteur. Mais que l’on vienne, 80 ans plus tard, demander qu’il soit retiré des étals, là, franchement, j’en reste sans voix. Au vu de la lettre ci-dessus, je ne puis d’ailleurs que m’inquiéter pour l’avenir de l’oeuvre d’Hergé. Qui nous dit en effet qu’une association de capitaines de navires ne va pas se sentir humiliée soudainement par le portrait d’ivrogne colérique que dresse Hergé des marins à travers le personnage d’Haddock ? Quelle diva ne s’indignerait pas d’être incarnée par la Castafiore ? Et que peut bien ressentir l’éminente communauté des détectives à la vue des consternantes maladresses de Dupont et Dupond ? Sans compter les scientifiques qui auraient raison d’être vexés qu’on puisse réduire la science à quelques inventions grotesques comme l’appareil à brosser les vêtements, le sous-marin requin ou les patins à roulettes à moteur.

Je me demande d’ailleurs s’il est très sain de laisser ces ouvrages aux enfants. Entre le capitaine qui boit, Milou que la vue d’un os pousse facilement à désobéir à son maître, Tintin qui prend des risques inconsidérés tout au long de ses aventures, je pense que les tribulations du petit reporter devraient être définitivement classées dans la catégorie « adultes avertis ». Mille sabords! Heureusement qu’on s’en est enfin rendu compte !

Mise à jour 17h03 : Jules de Diner’s room nous propose une analyse juridique de l’affaire. C’est ici.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.