La Plume d'Aliocha

17/06/2009

A propos de l’homme et des éléphants

Filed under: détente — laplumedaliocha @ 17:32

J’ai deux ou trois billets un peu compliqués en préparation, d’où mon silence. En attendant, j’avais envie de partager avec vous ce joli texte de Gary extrait de « L’affaire homme » que m’a  recommandé gwynplaine sous un billet précédent. De quoi peut-être prolonger notre discussion sur l’écologie, au simplement rêver un peu à un monde meilleur, ça ne fait jamais de mal !

La première version de ce texte a été publiée dans Life le 22 décembre 1967, puis elle a été reprise par Le Figaro Littéraire le 4 mars 1968.

Lettre à l’éléphant (extrait)

« Il y a des gens qui, bien sûr, affirment que vous ne servez à rien, que vous ruinez les récoltes dans un pays où sévit la famine, que l’humanité a déjà assez de problèmes de survie dont elle doit s’occuper sans aller encore se charger de celui des éléphants. En fait, ils soutiennent que vous êtes un luxe que nous ne pouvons plus nous permettre.

C’est exactement le genre d’ arguments qu’utilisent les régimes totalitaires, de Staline à Mao, en passant par Hitler, pour démontrer qu’une société vraiment rationnelle ne peut se permettre le luxe de la liberté individuelle. Les droits de l’homme sont, eux aussi, des espèces d’éléphants. Le droit d’être d’un avis contraire, de penser librement, le droit de résister au pouvoir et de le contester, ce sont là des valeurs qu’on peut très facilement juguler et réprimer au nom du rendement, de l’efficacité, des « intérêts supérieurs » et du rationalisme intégral.

Dans un camp de concentration en Allemagne, au cours de la dernière guerre mondiale, vous avez joué, monsieur et cher éléphant, un rôle de sauveteur. Bouclés derrière les barbelés, mes amis pensaient aux troupeaux d’éléphants qui parcouraient avec un bruit de tonnerre les plaines sans fin de l’Afrique et l’image de cette liberté vivante et irrésistible aida ces concentrationnaires à survivre. Si le monde ne peut plus s’offrir le luxe de cette beauté naturelle, c’est qu’il ne tardera pas à succomber à sa propre laideur et qu’elle le détruira… Pour moi, je sens profondément que le sort de l’homme, et sa dignité, sont en jeu chaque fois que nos splendeurs naturelles, océans, forêts ou éléphants, sont menacées de destruction.

Demeurer humain semble parfois une tache presque accablante ; et pourtant, il nous faut prendre sur nos épaules an cours de notre marche éreintante vers l’inconnu un poids supplémentaire : celui des éléphants. Il n’est pas douteux qu’au nom d’un rationalisme absolu il faudrait vous détruire, afin de nous permettre d’occuper toute la place sur cette planète surpeuplée. Il n’est pas douteux non plus que votre disparition signifiera le commencement d’un monde entièrement fait pour l’homme. Mais laissez-moi vous dire ceci, mon vieil ami : dans un monde entièrement fait pour l’homme, il se pourrait bien qu’il n’y eût pas non plus place pour l’homme. Tout ce qui restera de nous, ce seront des robots. Nous ne réussirons jamais à faire de nous entièrement notre propre oeuvre. Nous sommes condamnés pour toujours à dépendre d’un mystère que ni la logique ni l’imagination ne peuvent pénétrer et votre présence parmi nous évoque une puissance créatrice dont on ne peut rendre compte en des termes scientifiques ou rationnels, mais seulement en termes où entrent terreur, espoir et nostalgie. Vous êtes notre dernière innocence.

Je ne sais que trop bien qu’en prenant votre parti – mais n’est-ce pas tout simplement le mien ? – je serai immanquablement qualifié de conservateur, voire de réactionnaire, « monstre » appartenant à une autre évoque préhistorique : celle du libéralisme. J’accepte volontiers cette étiquette en un temps où le nouveau maître à penser de la jeunesse française, le philosophe Michel Foucault, annonce que ce n’est pas seulement Dieu qui est mort disparu à jamais, mais l’Homme lui-même, l’Homme et l’Humanisme ».

Publicités

29 commentaires »

  1. rien à voir avec le smilblick mais j’ai vu un article que je juge très bon sur la nomination de val: factuel, et détaillé. Je me permets donc d’en faire la promotion ici: je sais qu’on y est sensible…. 😉

    http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2009/06/17/philippe-val-fini-de-rire_1207872_3236.html

    Commentaire par javi — 17/06/2009 @ 17:56

  2. J’étais persuadé qu’il vous plairait.

    Commentaire par gwynplaine — 17/06/2009 @ 18:27

  3. Très beau texte de Gary. Outre les phrases que vous avez soulignez, à juste titre, je crois qu’il ne faut pas oublier celles-ci: « Le droit d’être d’un avis contraire, de penser librement, le droit de résister au pouvoir et de le contester, ce sont là des valeurs qu’on peut très facilement juguler et réprimer au nom du rendement, de l’efficacité, des « intérêts supérieurs » et du rationalisme intégral. » et « Nous sommes condamnés pour toujours à dépendre d’un mystère que ni la logique ni l’imagination ne peuvent pénétrer et votre présence parmi nous évoque une puissance créatrice dont on ne peut rendre compte en des termes scientifiques ou rationnels, mais seulement en termes où entrent terreur, espoir et nostalgie. »

    Les khmers verts, en dépit de l’apparente justesse de leur cause (mais les régimes totalitaires ne s’abritent-ils pas tous derrière des causes apparemment justes!), appartiennent à une espèce aussi dangereuse pour l’Homme que ces dictatures qui ont ensanglanté feu le XXème siècle ou ensanglante ce début de siècle. Il n’y a qu’à voir comment au sein de ces régimes ou dans le domaine de l’écologie les contradicteurs sont traités (je pense à Claude Allègre).

    Commentaire par H. — 17/06/2009 @ 18:35

  4. Merci beaucoup pour le partage. 😉

    Commentaire par Kemmei — 17/06/2009 @ 19:06

  5. @H: tout le monde s’en fout de Claude Allègre, même dans le milieu des salauds de Khmers verts (ce qui est une appellation assez agressive, vous en conviendrez). La seule chose qui est exaspérante, c’est que Claude Allègre n’est plus un scientifique depuis longtemps, et surtout pas sur cette thématique: son bouquin de vulgarisation est farci d’erreurs grossières, et il n’a plus publié un article correct depuis longtemps: pour ses deux derniers articles recensés dans scopus, il n’est que troisième auteur (cad chef du labo qui n’a pas mis la main à la pâte). Et le thème est de la pure géologie, donc rien à voir avec le climat (allez voir).

    Autrement dit, il n’est pas scientifiquement crédible sur le sujet du climat. Et, autant ni les khmers verts ni moi n’avons la moindre critique contre le fait qu’il exprime ses opinions, autant il est pénible de le voir se draper du grand manteau de la science pour faire avancer la cause du BRGM (nucléaire, pétrole, minéraux) ou du
    Fugro-Inpark BV, Oil and Gas Department où il a travaillé dans le passé.

    On a beaucoup accusé Bush d’être à la fois bête et corrompu, au prétexte qu’il venait de l’industrie pétrolière ce qui était sans doute exagéré, je trouve tout aussi exagéré d’encenser aujourd’hui Claude Allègre.

    Commentaire par javi — 18/06/2009 @ 01:10

  6. J’ajoute que chez les Khmers verts, Jancovici est tout a fait respecté, alors qu’il prône le développement du nucléaire. Simplement, de nombreux écolos sont en désaccord avec lui, mais là au moins, le débat est possible, car argumenté scientifiquement de part et d’autre.

    Je vous invite à aller voir son site, qui est très bien fait et tout à fait intéressant. Et si vous causez anglais, je vous recommande également celui-ci, sur le financement et la rentabilité des énergies renouvelables.

    Commentaire par javi — 18/06/2009 @ 01:15

  7. Puisqu’on en est aux conseils de lecture (d’ailleurs je croyais que vous n’aviez rien de plus pressé que de ne pas les suivre, Aliocha ?) et que je ne me sens plus de joie, allons-y de plus belle : je viens de lire Animal’z, d’Enki Bilal, qui est ma foi un album fort réussi, tant graphiquement que narrativement, pour qui aime Bilal bien sûr. Après la complexité surchargée à mon goût de sa « tétralogie du monstre », cette fable futuriste est son meilleur livre depuis longtemps. Et on reste en plein dans le thème de l’écologie. A recommander allègrement.

    Commentaire par gwynplaine — 18/06/2009 @ 09:01

  8. Excusez mon provincialisme, mais je ne connaissais pas encore cette expression « khmers verts » que vous utilisez… Ca vient d’où ?
    Peut-on avoir des élans écologistes sans pour autant se voir taxer de cette (ridicule) appellation ?
    Pour en revenir au texte, je n’y vois guère de préoccupation écologiste, juste humaniste. Ecrit aujourd’hui, GARY aurait peut être transposé, l’homme prenant la place de l’éléphant, et la folie suicidaire prenant la place de l’homme…

    Commentaire par Maraudeur — 18/06/2009 @ 09:38

  9. Khmers verts est une expression utilisée à droite pour disqualifier l’écologie des Verts (le parti), sous prétexte qu’elle s’adresse à des urbains CSP+

    Commentaire par javi — 18/06/2009 @ 11:18

  10. @javi

    En quoi êtes-vous plus crédible que Claude Allègre? Incriminer les causes du réchauffisme à l’activité humaine est loin d’être scientifiquement prouvé (et je ne crois pas qu’on puisse un jour le faire). Le regain d’activité solaire est une des pistes avancées comme l’accélération des oscillations de la Terre sur son axe (sur ce dernier point, je vous suivrai si vous prenez la tête d’un mouvement souhaitant la stabilisation de celui-ci). Je ne suis pas un thuriféraire de l’intéressé mais il ne fait pas bon en France de s’élever contre la doxa officielle. Claude Allègre a commis l’erreur de le faire! Si nous étions dans « la ferme des animaux » d’Orwell, je le verrai bien tenir le rôle de Boule de neige. On acceptait ses propos tant qu’ils étaient dans la ligne du parti. Comme il a rué dans les brancards!!!

    Il est politiquement bien plus confortable de jouer, dans notre société surprotégé, sur les angoisses supposées ou réelles de la population. Songez un instant que si le crétinesque principe de précaution avait été en vigueur au XIXème siècle, jamais le chemin de fer n’aurait vu le jour. D’éminents savants prophétaient alors que l’organisme humain ne pourrait survivre aux variations brusques de climat tel que subit entre Paris et Marseille à la vitesse fantastique de … 50 km/h. Ces travers sont emblématiques d’une société (la société occidentale) qui vieillit (mal) et qui préfère se réfugier dans la vision d’un paradis idyllique perdu. Permettez-moi de refuser de m’y associer et de m’opposer aux délires écologistes, délires qui sont aussi dangereux pour l’avenir de l’humanité qu’ont pu l’être les délires communistes au XXème siècle. Ne vous en déplaise, on ne nourrira pas cette dernière sans l’apport des OGM et on n’est pas près d’assurer une suffisance énergétique à nos sociétés modernes par le biais des éoliennes (au demeurant fort disgracieuse! Si vous prenez le TGV Atlantique, observez les éoliennes installées. Nul doute qu’elles ne produisent plus de subventions que d’électricité. Quand on pense au tollé soulevé quand EDF veut faire passer une nouvelle ligne électrique dans un paysage!) et de quelques panneaux solaires au rendement insuffisant.

    Commentaire par H. — 18/06/2009 @ 12:57

  11. Une vision que je partage:
    L’écologie doit protéger l’homme, pas la planète sur
    http://penseesdoutrepolitique.wordpress.com/2009/06/16/lecologie-doit-proteger-lhomme-pas-la-planete/#more-1082

    Commentaire par H. — 18/06/2009 @ 14:20

  12. @H: je n’ai pas attribué les causes du réchauffement climatique à qui que ce soit. Je dis simplement qu’Allègre n’est pas un scientifique, c’est tout.

    Libre à vous de suivre son opinion, mais en sachant que ce n’est qu’une opinion aussi valable que celle de Mme Michu, ni plus ni moins.

    Coté science, je n’ai pas fait le boulot de trier la masse énorme d’articles sur le sujet, parce que je ne suis personnellement pas dans ce débat. Si vous désirez en savoir plus sur le sujet (et vous convaincre dans un sens ou dans l’autre), je vous conseille de fouiller sur un VRAI site de publications scientifiques (http://www.sciencedirect.com http://elsevier.com , http://www.nature.com/siteindex/index.html , et non pas de croire le premier lobbyiste venu, fût-il un ancien chimiste.

    Je ne dis pas que c’est facile, et c’est justement le boulot du GIEC de faire cette compilation là. Mais je pressens dans vos commentaires que vous ne considérez pas cet organisme comme compétent (j’ignore pourquoi), aussi je vous encourage à faire vous même votre revue scientifique. Les sites que j’ai cité sont internationaux, sont utilisés par l’ensemble des scientifiques, et les articles qui s’y trouvent sont tous peer-reviewed comme on dit dans le jargon. Ce sont ces sites qui servent aux classements type Shanghaï et autres: vous y trouverez les publis d’Allègre (mais les plus anciennes risquent de ne pas être totalement scannées).

    Commentaire par javi — 18/06/2009 @ 15:01

  13. Mon cher H., j’avais bien envie d’argumenter un peu avec vous, mais après avoir été lire la prose mise en lien, et que vous soutenez, j’ai bien peur que nos avis soient irrémédiablement inconciliables! Ah, si, quand même sur un point: les éoliennes, c’est moche et parfois extrèmement bruyantes… Faudra trouver mieux que ces machins-là.

    Commentaire par Maraudeur — 18/06/2009 @ 15:05

  14. @Maraudeur

    Je ne serai pas aussi pessimiste que vous. Souvent, le désaccord vient de ce que nous ne formulons pas les choses de la même façon, un bête problème de communication, quoi! Ceci dit, j’apprécie tout particulièrement le dernier paragraphe du texte de Gary. Je me retrouve entièrement dans ses propos.

    Commentaire par H. — 18/06/2009 @ 15:21

  15. Je relance encore un coup (désolé pour le multiposte) après lecture de votre lien.
    Dans le cas du réchauffement, soyons très clair: si on prend la planète comme un tout, le réchauffement n’a aucune importance. ça ne fera ni chaud ni froid à la planète terre de voir 90% de ses espèces animales disparaître (le % est celui, approximatif, de la grande extinction du Permien, il y a 240 millions d’années).
    Par contre il est très clair aussi que l’homme, vous, moi, ne survivrait pas à une telle catastrophe, simplement parce que notre niche écologique disparaitrait, et nous avec. C’est l’homme qui a intérêt à limiter le réchauffement climatique, et avec nous les espèces actuelles. Mais si nous disparaissons, la planète continuera sa route, réchauffement anthropique ou non.

    A ceci, on oppose généralement la faculté d’adaptation de l’homme. Je pense que cette faculté est surestimée. Nous dépendons aujourd’hui d’un petit nombre d’espèces animales (et végétales), très fragiles, pour notre nourriture. Résisterions-nous à une épidémie du porc causée par un virus ou un parasite tropical quelconque importé en Europe suite au réchauffement? Je suis convaincu que non, et que c’est pour cette raison que nous devons préserver notre environnement immédiat et global.

    Commentaire par javi — 18/06/2009 @ 15:24

  16. @ H.

    Etes-vous conscient d’aligner une série d’arguments plus qu’invalidés (quand on veut bien y prêter attention) et de verser dans les mêmes travers que ceux des délires communistes dont traite « La ferme des animaux »? D’autant plus que s’il y a bien un pays où les énergies renouvelables ne font pas partie de la doxa officielle, c’est bien la France. Laquelle – une fois de plus – s’est résignée plus que décidée à suivre des pays comme l’Allemagne, le Danemark et l’Espagne qui se sont investis depuis bien longtemps dans la recherche et développement des énergies alternatives. Pour que la France se réveille, il a fallu attendre que des monopoles comme EDF et Total prennent conscience que leur lobbying pour se maintenir en position dominante les retardaient dans la conquête de nouveaux marchés, alors qu’ailleurs on s’y préparait et y travaillait déjà. On voit le résultat aujourd’hui autant en terme de marchés que de recherche et développement. C’est le même schéma que celui le retard dans le développement d’internet en France : ah ben non, disait France Telecom, on ne va pas concurrencer notre Minitel chéri qui nous rapporte tant! Jusqu’au jour où FT ne fut plus en situation de monopole… Dès lors, il fallut cesser de camper sur cette position et évoluer.

    A titre personnel, je garderai toujours le souvenir qu’au retour en 1986 de notre expatriation allemande, nous avons cherché les poubelles dédiées à la collecte sélective des déchets… 😉

    Puisque vous évoquez l’autorité de la science pour justifier votre argumentation, les bulletins de veille technologique des représentations françaises à l’étranger consacrés à l’environnement et à l’énergie vous donneront entière satisfaction…

    J’adore particulièrement l’argument du côté disgracieux des lignes électrique EDF quand en matière d’énergie éolienne, après avoir fait dans le plus accessible et le plus économique en les installant à terre, on s’oriente vers l’installation de champs offshore maintenant que les développements technologiques dans ce domaine en assurent la faisabilité et la rentabilité (je ne crois pas que le TGV Atlantique ira jusqu’en pleine mer…). Les installations terrestres se limiteront de plus en plus à l’usage du petit et moyen éolien pour satisfaire à des conditions et besoins locaux (résidence, exploitation agricole, zone hors réseau…). Idem pour le solaire : soit des champs isolés, soit des installations plus discrètes comme sur les toits des immeubles dans quelques villes allemandes.

    En outre, vous aurez du mal à convaincre qui que ce soit que Total et EDF sont en proie à un « délire écologiste » quand ces groupes communiquent sur leurs politiques en matière d’énergies nouvelles ici pour le premier, et pour le second.

    Une question… Quand vous dites « Ces travers sont emblématiques d’une société (la société occidentale) qui vieillit (mal) et qui préfère se réfugier dans la vision d’un paradis idyllique perdu., c’est de l’auto-critique?

    Commentaire par Ferdydurke — 18/06/2009 @ 16:11

  17. La prose citée par H, et qui est la mienne, n’est pas contre l’écologie, elle a simplement pour but de rappeler que si on perd de vue que l’objectif, c’est l’homme, et pas la planète, on va se planter…

    Commentaire par le chafouin — 18/06/2009 @ 16:23

  18. @javi:
    Quand bien même l’homme serait organiquement capable de surmonter les changements climatiques (bien malin celui qui peut prédire l’étendue de ces bouleversements), c’est sociétalement que nous nous anéantirons: effondrement des systèmes économiques et politiques, exodes de masses, puis guerres (conventionnelles ou non…), pillages, meurtres,… Brrr j’en ai froid dans le dos malgré les 30 degrés à l’ombre ici. Une survie de l’espèce problèmatique! Suis-je pessimiste ?

    Commentaire par Maraudeur — 18/06/2009 @ 16:28

  19. ***—*** @H (3)
    Si je peux voir les causes apparemment justes dont se sont emparées les totalitarismes communistes (égalité sociale, en résumant), je dois avouer que celle qui sous-tendrait le régime nazi m’échappe.

    Sinon, si « incriminer les causes du réchauffisme à l’activité humaine est loin d’être scientifiquement prouvé », l’inverse (l’activité humaine n’a aucune incidence sur le réchauffement climatique) est encore plus loin d’être prouvé.
    Et s’il est vrai qu’on ne pourra sans doute jamais le prouver, il y a quand même de très fortes présomptions, du moins selon le GIEC, qui est un groupe de scientifiques de divers pays mandatés par leurs gouvernements pour synthétiser l’état des connaissances scientifiques sur l’évolution du climat. Dans sa synthèse, il y a les observations, les consensus – avec des pourcentages de certitude pour les énoncés et les prédictions, et les controverses (sur le rôle des océans par exemple). Et devinez quoi, l’origine (partiellement) anthropologique du phénomène a quitté il y a bien longtemps la controverse (si elle y a jamais été) pour entrer dans le consensus (citation en fin de commentaire). Phénomène, d’ailleurs, dont les causes sont moins pertinentes que les conséquences et les moyens d’actions permettant de le limiter.

    À mes yeux, Allègre se fait huer moins du fait des ses positions iconoclastes qu’à cause de la caution scientifique dont il les drape, alors qu’il a sorti des énormités qui le disqualifient sur ce plan, nonobstant sa qualité de géologue reconnu (le rôle du CO2 dans le réchauffement n’est pas établi parce que corrélation ne vaut pas causalité, alors qu’on connait très bien les effets physiques sous-jacent à l’effet de serre…). Il y a sans doute beaucoup à dire sur l’éolien, mais quand c’est Allègre qui le dit, ça ne fait pas sérieux.

    Et si les gouvernements du monde se préoccupent du changement climatique, ce n’est pas pour les beaux yeux des antilopes du Bostwana, mais bien pour les hommes que l’écologie doit défendre – particulièrement les 4 milliards qui vivent près des côtes, mais aussi ceux qui sont affectés par les typhons, les tempêtes, les sècheresses ou les inondations.

    ***—***

    Je trouve la lettre très belle et très forte – notamment l’idée que l’homme, pour sa survie, est dépendant de son environnement non seulement social (l’homme est un animal social) mais aussi naturel ; belle façon aussi de rappeler les limites de la rationalité pure.

    Mais bon je sens que le troll naissant s’en éloigne à grande vitesse.


    Rom1

    http://www.ecologie.gouv.fr/Rapport-de-synthese-du-Giec.html
    En bas, des documents PDF dont « Les messages clés du GIEC, page 4 »:
    Le GIEC estime que la probabilité que les changements climatiques soient dus aux activités humaines est supérieure à 90%.
    • la valeur du réchauffement au cours des cent dernières années est de 0,74°C
    • la vitesse moyenne du réchauffement au cours des cinquante dernières années (0,13°C par décennie) est
    environ le double de ce qu’elle a été sur les cent dernières années
    • onze des douze dernières années figurent au palmarès des douze années les plus chaudes depuis 1850
    • le niveau de la mer s’est élevé de 17 cm au cours du vingtième siècle et de 3 mm par an entre 1993 et
    2003, soit le double de la moyenne enregistrée durant tout le vingtième siècle
    • une augmentation du nombre des cyclones tropicaux intenses est observée dans l’Atlantique Nord et
    d’autres régions du Globe depuis 1970

    Commentaire par Rom1 — 18/06/2009 @ 16:30

  20. @Maraudeur: je ne pense pas aller contre votre sens…
    @Chafouin: de même, c’est pour ça que j’ai voulu écrire mon message de 15h24 (qui est une opinion personnelle)

    @tous: notez bien que pour tout avis scientifique, j’invite très fortement à faire l’exercice soit de la lecture du GIEC, soit, si on ne juge pas cet organisme crédible, à la lecture des articles publiés sur les sites de revues scientifiques que j’ai cité. Sans cet exercice, je ne pense pas que le débat puisse s’éloigner franchement de la brève de comptoir. Et c’est exactement ce qui est reproché à Allègre. Faire de la fausse science et du gros bon sens (infondé) pour préserver des intérêts économiques dont il est proche.

    Commentaire par javi — 18/06/2009 @ 16:56

  21. Je me permets de digresser pour signaler cette dépêche à propos d’un blogueur anonyme dont le nom a été révélé par le Times, le contraignant à fermer son blog et surtout entraînant des conséquences négatives sur sa carrière professionnelle :

    http://uk.news.yahoo.com/16/20090617/ttc-bloggers-have-no-right-to-privacy-sa-6315470.html

    Ce qui m’intéresse surtout ici c’est la démarche du Times. Je ne peux m’empêcher de ressentir un malaise à l’idée que la presse puisse prendre volontairement ou non le parti des censeurs, alors que la liberté d’expression est son bien le plus précieux. Le journaliste a-t-il le devoir de toujours tout révéler ?

    Commentaire par Morm — 18/06/2009 @ 19:03

  22. Bonsoir,

    Je viens fort rarement sur votre blog mais mes rares passages sont toujours aussi exquis.
    Je découvre toujours de fort jolis textes, analyses… et celui-ci n’est pas un exception.

    Merci de cette découverte.

    Commentaire par achille talon — 18/06/2009 @ 21:18

  23. Il faut protéger l’homme, pas la planète… Quelle prétention infinie! Comme si l’espèce humaine n’était pas nichée dans cette planète…

    C’est la planète qui vous survivra, bande de nazes, si vous n’y prenez garde… Ravagée ou pas, elle peut survivre sans une once de vie animale ou végétale à sa surface.

    Commentaire par didier specq — 19/06/2009 @ 07:48

  24. Je me permets un petit hors sujet qui reste cependant dans le cadre de vos thèmes de prédilection, à savoir, l’économie, la finance, le social, les petites icônes coloriées… Voici donc un petit dessin humoristique qui fait réfléchir sur la toute relative légitimité de certains mécanismes financiers : http://cjoint.com/?gtjpByWmFs

    Ceci dit, pour revenir au sujet de base et en ce qui me concerne, je suis bien d’accord que de nos jours l’éléphant est un luxe que l’humanité décadente ne peut plus se permettre… comme d’ailleurs de nombreux autres sujets tout aussi superfétatoires : les chômeurs, les pauvres, les personnes âgées, les handicapés, les banlieusards, les personnes blondes, les insectes qui piquent, les plantes à épines, les loisirs, les banlieusards, les traders, les hérétiques, les nonistes, les danettomans, etc…
    (j’en oublie sûrement mais personnellement j’appartiens déjà à plusieurs de ces catégories).

    Nous sommes tous un peu éléphant selon le moment et le point de vue ! 😉

    Pour finir, une jolie petite blagounette (je vous la fait courte) :
    Le mouvement des planètes fait que certaines se croisent régulièrement au bout de plusieurs milliers d’années, et c’est ainsi qu’une planète revient passer à proximité de la Terre.
    Surprise de revoir la Terre en piteux état, la planète lui demande :
    Hé bien dis donc la Terre, tu m’as pas l’air en forme. La dernière fois qu’on s’est croisée, tu étais en pleine santé, la vie se développait, tout allait bien pourtant ! Qu’est-ce qu’il t’est arrivée ?…
    Ha si tu savais, pas malchance j’ai attrapé l’humanité, et depuis je n’arrive pas en m’en remettre !

    Commentaire par Oeil-du-sage — 19/06/2009 @ 10:28

  25. @ didier specq

    Avant d’invectiver les commentateurs, merci de lire et de constater que sous ce billet comme sous l’autre traitant du sujet, tout le monde s’accorde pour dire que l’écologie consiste à protéger l’humanité et les ressources dont dépend sa survie pas la planète elle-même.

    En conséquence : vous-même! :-p

    Mauvaise semaine?

    Commentaire par Ferdydurke — 19/06/2009 @ 11:57

  26. « Il faut protéger l’homme, pas la planète ».
    C’est vrai, la terre c’est comme un kleenex : jetable après utilisation !
    Heureusement que nous avons une solution : http://www.chapitre2.org/

    Commentaire par Oeil-du-sage — 19/06/2009 @ 12:44

  27. @ferdy:
    Pas tout a fait: protéger l’homme revient a protéger d’abord la planète sur laquelle il vit, sachant qu’une planète n’est pas un être vivant, mais un milieu dont on ne peut s’extraire.

    Il faut donc faire attention a ne pas utiliser l’argument de la protection de l’humanité pour en fait repousser l’action a un futur éloigné (qui risque d’être trop tardif pour sauver ledit homme).

    Et avoir l’humilité de comprendre que nos actions dérèglent les mécanismes d’un biotope insuffisamment étudié, et que donc nous devons adopter un principe de précaution lorsque l’on mène une action susceptible d’impacter notre biotope.

    Bref, a partir des mêmes prémisses, on peut tirer la logique dans l’un ou l’autre sens, et c’est la ou la question devient politique.

    Ce qui est toujours vrai par contre, c’est que l’homme n’est pas indispensable a la planète, donc si nous ne sommes vraiment pas raisonnables, ça nous retombera en priorité et tout d’abord sur notre propre gueule.

    Commentaire par javi — 19/06/2009 @ 14:41

  28. @ferdydurke

    Bandes de nazes, c’était amical. Une sorte de tape dans le dos. Rassurez-vous, je vous aime bien, vous faites partie de mon biotope. La prochaine fois, je m’exprimerai comme javi.

    Commentaire par didier specq — 19/06/2009 @ 23:55

  29. @ Didier Specq

    Ok pour la tape dans le dos. Avec le même dictionnaire pour se cogner dessus 😉 on se comprend toujours mieux. Qu’est-ce qu’on fait de beau dans votre biotope?

    @ javi

    Désolé, je viens de réaliser que le ferdy auquel vous vous adressez c’est moi. Je n’ai pas le sentiment de tenir un discours différent du vôtre, sauf si je l’ai mal compris. Je souscris bien entendu à votre remarque qu’on n’a pas toute la vie plusieurs vies devant nous pour changer la donne.

    Hum… pour vous suivre dans votre constat final (l’homme n’est pas indispensable), dans mes grands moments de misanthropie à tendance nihiliste, je me dis que si nous voulions vraiment sauver la planète, il n’y aurait qu’une seule chose à faire mais… le vieillard dégingandé et chevrotant qu’est mon humanisme me dit qu’il y a aussi du bon dans l’humain et dans l’oreillette ma conscience (dont la mollesse n’a égale que l’intransigeance) m’affirme que ce serait mal.

    Commentaire par Ferdydurke — 23/06/2009 @ 18:43


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :