La Plume d'Aliocha

13/06/2009

Les boucs-émissaires et les intouchables

Filed under: Réflexions libres — laplumedaliocha @ 11:00

Je viens de lire une petite information étonnante sur @si. Six habitants des banlieues ont signé une tribune dans Libération (papier) pour dénoncer une phrase d’Arlette Chabot, à la fin de l’émission « A vous de juger », vous savez, celle qui nous a valu la désormais légendaire altercation entre Bayrou et Cohn Bendit, « c’est la culture banlieue qui entre dans le débat politique » a-t-elle osé dire. Et les signataires de l’article de qualifier ces propos « d’injurieux, méprisants, inadmissibles à l’égard des habitants des quartiers populaires ». Mazette ! Quelle horreur en effet, heureusement qu’on n’a pas laissé passer une chose pareille. Ils exigent des excuses et ils ont raison. D’ailleurs, je propose que les habitants des banlieues entrent dans la liste des minorités protégées par la loi. Il faut que ça cesse immédiatement. Qu’on dise « mal poli comme un parisien », ça va, « têtu comme un breton », passe encore, « paresseux comme un corse », c’est à vos risques et périls, mais il est hors de question de comparer les banlieusards à des politiques s’alpaguant sur un plateau de télévision à la veille d’élections, c’est parfaitement inadmissible.  En plus, il y a tant de gens qu’on peut brocarder tranquillement, les politiques, les fonctionnaires, les enseignants, les journalistes, les distributeurs de musique, les banquiers, les traders, les patrons du CAC40,  pourquoi s’en prendre à la banlieue ?

Tiens, tant que j’y pense, ayant découvert que l’on pouvait interdire aux autres de critiquer ce qu’on était ou ce qu’on aimait, sous peine d’exiger des excuses en bonne et due forme, j’ai préparé une petite liste de sujets sur lesquels ici votre liberté d’expression sera réduite à rien, car je vous interdis de me froisser. Merci de l’apprendre par coeur et de la consulter à chaque fois que vous commentez, on n’est jamais trop prudent : le journalisme (mais ça vous le saviez), les bretons, les basques, les alsaciens, les gitans (soyez particulièrement vigilants sur ce point, j’y tiens), les catholiques, la droite dans son ensemble, la littérature, la tauromachie, les produits Bio, les escarpins à talon haut, les blondes, les animaux (sauf les insectes, que vous pouvez insulter à loisir, je ne les aime pas et en plus ils n’iront pas exiger des excuses), les sushis, la presse papier, les gens qui parlent mal l’anglais, l’Europe, la cuisine italienne, le droit (y compris les mauvaises lois type Hadopi), la chanson française (sauf Hervé Vilard et Dick Rivers). J’ajoute bien entendu toutes les formes de minorités protégées par la loi, la Danette parce que nous avons ici quelques amateurs de ce truc industriel insipide, pardon, de ce dessert remarquable, et Internet parce que nous y sommes. Tout le reste est libre, sous réserve de ne pas dépasser les limites de la liberté d’expression telles que définies par la loi de 1881.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.