La Plume d'Aliocha

03/03/2009

Touche pas à ma com’

Filed under: Eclairage — laplumedaliocha @ 10:09

On dit que Ségolène Royal a lancé un référé contre Paris-Match et qu’elle réclame 50 000 euros de dommages intérêts. Etonnante action en justice. A voir les photos publiées, on doute qu’elles aient été volées, franchement.

Mais supposons que ce soit le cas, pour la commodité du raisonnement. Il faut lire ou relire un article de l’excellente revue Médias de cet hiver pour y voir plus clair. Il s’agit d’une interview de Dominique Besnehard, vous savez, le conseiller des stars, Isabelle Adjani, Laetitia Casta, Sylvie Vartan etc. Enfin, il refuse le terme de conseiller et préfère se qualifier « d’indicateur d’opinion et d’émotion ». Allez comprendre, c’est le genre de formule que prisent les spécialistes de communication et que j’ai du mal à saisir. C’est lui qui  a conseillé à Ségolène Royal de changer de style. Lui aussi qui l’a emmenée voir des spectacles et rencontrer des artistes comme Jeanne Moreau: « ces gens-là lui ont parlé simplement et elle a senti qu’il fallait qu’elle libère quelque chose ». Le spectacle où elle est apparue métamorphosée, en tunique bleue sur scène, c’est encore lui. « La soirée du Zénith n’était pas politique » explique-t-il « c’était un discours sur la fraternité, sur l’homme ». Possible, mais c’était surtout un show avec des chanteurs. Résultat ? « Les médias ont réduit ces 4 heures a : elle a changé de look. C’est vraiment dégueulasse » s’indigne l’indicateur d’opinion et d’émotion. Et celui-ci de se plaindre des journalistes qui durant la campagne trouvaient qu’elle avait « l’air d’une bonne soeur » et pensent aujourd’hui qu’elle semble « sortir de Katmandou ». En effet, on s’énerverait à moins.

Reste à savoir si ce sont les journalistes qui ne comprennent rien ou le conseiller qui s’est planté.  Personnellement, les rares images que j’ai vues de ce show m’ont fait sourire, j’ai trouvé qu’elle ressemblait à Chantal Goya et je m’attendais à chaque instant à voir sortir des coulisses un gigantesque Sarkozy en peluche sous les huées de la foule. Je comprends mes confrères qui n’ont pas marché, que voulez-vous que des journalistes politiques écrivent sur un sujet pareil ? On leur propose un changement de look, ils décrivent un changement de look, ce qui a le mérite d’être exact. Ensuite, qu’ils aient été étanches au grand spectacle d’humanisme et ne soient pas rentrés les yeux plein de larmes d’émotion écrire des articles dégoulinant d’adoration, c’est non seulement leur droit mais surtout leur devoir. La politique c’est pas du cinéma, même si ça consiste aussi parfois à rêver ensemble.

Pour en revenir au procès contre Match, il montre un réel embarras de Ségolène Royal vis à vis de son image bien plus qu’une volonté de protéger sa vie privée. D’ailleurs, elle l’avoue elle-même en se plaignant qu’on publie des photos de son couple pendant les événements en Guadeloupe. Au fond, elle aurait préféré que Match s’en tienne à son action sur l’île, quitte à mettre en vignette une petite photo de son escapade amoureuse : beaucoup de politique et un peu de glamour. L’humanisme en une et la tendresse en pied de page, pour achever de conquérir le lecteur.  C’est ça, à mon sens, le coeur du sujet. La femme politique libre qui tente de briser son image de bonne soeur ne lui plaît plus. L’effort de transformation accompli n’a pas eu les résultats escomptés. L’épisode Katmandou est clos ou, à tout le moins, en stand by. Le problème, c’est que les journalistes ne sont pas des relais de communication. Même quand ils donnent dans le People, ils continuent de décrire ce qu’ils voient, ce qui les intéresse et pas ce qu’on veut leur faire dire. Ils en seront quitte pour un procès, et c’est un moindre mal. Tout le monde n’a pas les moyens de réclamer la tête d’un rédacteur en chef.

Publicités

8 commentaires »

  1. Katmandou, Goa, San Francisco, Ségolène souhaite-t-elle reformer les Mamas et les Papas ?

    Commentaire par JiPé — 03/03/2009 @ 10:40

  2. « même si ça consiste aussi parfois à rêver ensemble »

    Lors d’un déplacement professionnel en 2002, je me suis retrouvé dans le même wagon que Ségolène Royal. Ce wagon était presque vide, mais, absorbé par mes dossiers, je ne m’en suis rendu compte qu’en arrivant sur Poitiers. C’était, si je me souviens bien, entre pésidentielle et législatives, donc juste après la défaite de Jospin.
    Elle était seule, et nous avons pu échanger quelques réflexions « à brûle pourpoint ».

    En particulier, je lui exposait ma réflexion sur la défaite de Jospin : il s’est trop basé sur son bilan, alors qu’une élection présidentielle doit faire rêver d’un futur meilleur.

    Quelques années après, Ségolène lançait sa campagne sans le dire, avec son site « Désirs d’Avenir » …
    Je ne pense pas en avoir été l’inspirateur, loin de là, mais je constate qu’elle avait bien compris l’une des clefs d’une campagne présidentielle.

    Et l’une de ces clefs est la Communication et l’image que l’on transmet.

    Aliocha : c’est en effet un problème terrible l’image, il y a tant de différence parfois entre ce qu’on souhaite ou croit exrpimer et ce que les autres perçoivent, entre ce qu’on est et l’image que les autres ont de vous. Je comprends ses difficultés, surtout si l’on songe qu’on s’achemine de plus en plus vers la politique spectacle. Elle est peut-être allée trop vite en basculant dans le vrai show.

    Commentaire par Yves D — 03/03/2009 @ 12:08

  3. Que les journalistes politiques s’intéressent alors, dans le cas de Ségolène Royal, à sa gestion de la Région Poitou-Charentes par exemple. Ceci est valable pour n’importe quel responsable politique. Je préfèrerai de loin avoir à lire des articles critiques, que ces dernières soient bonnes ou mauvaises, de leurs actions au regard de ces postures de communication, comme ce voyage en Guadeloupe, dont la grande majorité mérite seulement que l’on fasse brûler un cierge à Saint Hypocrite.

    Commentaire par H. — 03/03/2009 @ 12:18

  4. Donc, la bonne soeur Chantal Goya a quitté Katmandou pour étaler son apostasie en Guadeloupe au bras d’un homme… Etrange stratégie de communication… ^_^

    @ JiPé

    Par pitié, que personne ne touche pas aux Mamas and Papas ou je mords! Et pas seulement pour Chungking Express!

    Commentaire par Ferdydurke — 03/03/2009 @ 13:18

  5. Oups… Correction : « que personne ne touche aux Mamas and Papas »

    Commentaire par Ferdydurke — 03/03/2009 @ 13:21

  6. Bon, j’ai pas vu de compte rendu sur cette soirée, sauf l’article de Libération (en ligne) qui ne se réduit pas à commenter son look (le texte parle surtout de son discours).

    Bref, soit Dominique Besnehard, n’a entendu que ce qui l’a intéressé (ce qu’on disait du look de sa cliente), soit d’autres compte-rendus s’y sont cantonnés mais, dans ce cas, est-ce encore du journalisme ?

    Commentaire par Alixe — 03/03/2009 @ 15:33

  7. Bonjour Aliocha,

    Bravo et merci pour ce blog souvent très intéressant.

    Que les journalistes continuent de décrire ce qu’ils voient, je trouve ça bien. Qu’ils continuent de décrire ce qui les intéresse, OK, si on garde à l’esprit qu’il faut aussi parfois qu’ils décrivent ce qui ne les intéresse pas (ou peu). Et surtout, si, après ces descriptions, ils mettent en perspective.

    Que Mme Royal réclame de l’argent à Paris Match pour atteinte à la vie privée, je le conçois (si les photos sont volées, bien entendu). Je constate que Paris Match n’a pas axé sa défense sur le fait que Mme Royal les avait acceptées. Attendons la décision du juge.

    En revanche, qu’il y ait encore des gens pour s’intéresser à la vie de couple de Mme Royal plus qu’à ses propositions politiques, ça me fascinera toujours.

    Martin, confrère.

    Commentaire par Martin K — 03/03/2009 @ 15:40

  8. Bonjour. 3 réflexions & 1 constatation :

    1. « La politique c’est pas du cinéma, même si ça consiste aussi parfois à rêver ensemble. » : depuis Giscard, la politique, c’est de la télé-réalité.

    2. « Le problème, c’est que les journalistes ne sont pas des relais de communication. » : j’aurais cru le contraire, notamment depuis 2002 où, à mon humble avis, la propagande gouvernementale n’a jamais été médiatique & médiatisée.

    3. « ils continuent de décrire ce qu’ils voient, ce qui les intéresse et pas ce qu’on veut leur faire dire. Ils en seront quitte pour un procès, et c’est un moindre mal. » : allez dire ça à ce brave Denis Robert car dans l’affaire qui l’oppose à ClearStream, on sent bien que la caste journalistique fait bloc… derrière les planqués Luxembourgeois !!!

    La constatation qui est la mienne : nous vivons à une époque où les moyens de communication n’ont probablement jamais été aussi important, donc quoi d’anormal à ce que tout (ou presque) ne soit que comm’…?

    Commentaire par Vieux Séb — 03/03/2009 @ 15:55


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :