La Plume d'Aliocha

25/02/2009

Olééééééé !

Filed under: Mon amie la com' — laplumedaliocha @ 09:47

Connaissez-vous la tauromachie ? Si oui, vous savez alors à quoi sert la cape rouge, la muleta. Sinon, pour les autres, je résume. Le toro (c’est ainsi qu’on écrit taureau même en français quand on parle de corrida), le toro donc ne réagit pas à la couleur mais au mouvement. L’animal charge ce qui lui parait être agressif, or, ce qui bouge est pour lui l’ennemi. Tant qu’il croit cela, l’homme qui agite la cape sous ses yeux, tout en se maintenant lui-même parfaitement immobile, est en relative sécurité. A partir du moment où l’animal comprend qu’il a été leurré et que son véritable ennemi c’est l’homme, alors le torero (toréador est à bannir, c’est un mot d’opérette, on dit torero ou matador) est en danger. Il en est de même de l’actualité. L’information n’est plus tenue secrète aujourd’hui, la vraie tactique consiste à se jouer de l’attention du public, on agite sous ses yeux le chiffon rouge, attirant son intérêt sur un faux ennemi, on le distrait de l’essentiel.

Du chiffon rouge de l’antisémitisme….

Mais j’en viens au fait car je suppose que vous commencez à vous demander pourquoi je vous parle de tauromachie (merci de nous épargner un débat pour ou contre cet exercice, ce n’est pas le sujet). Voilà. En quelques jours, nous avons eu deux magnifiques exemples du recours à la tactique de la muleta. Observez Bernard Kouchner agitant le chiffon rouge de l’antisémitisme pour mieux éluder les interrogations du livre de Pierre Péan, et voyez le résultat. La discussion aurait dû porter sur l’éthique en politique ou bien encore sur le droit d’ingérence humanitaire, elle s’est enlisée dans la question de savoir si l’auteur du livre était antisémite ou pas. Et comme le temps d’actualité est limité, c’est-à-dire la durée pendant laquelle un événement occupe la Une avant d’être chassé par un autre, ce temps disponible s’est épuisé dans cette querelle. La discussion est close, le livre déjà dépassé, la grande vague de l’actualité vient d’engloutir l’affaire. Oléééééé !

….au chiffon rouge de la méchanceté

Deuxième illustration : les frasques de DSK au FMI. Guillon l’attaque et voici que le débat se focalise non pas sur la crise ou sur la question du comportement de DSK, mais sur ce problème ô combien fondamental : Guillon est-il méchant ou pas ? DSK l’a-t’il fait exprès ? Ce n’est pas impossible. Et voici qu’Aphatie s’insurge contre le vilain humoriste tandis que ce-dernier rétorque, « pft ! Aphatie est frustré » et JMA d’en remettre une couche. Le débat se déchaîne, même moi, je m’y suis laissée prendre. Drôle, pas drôle Guillon ? Sur @si Daniel Schneidermann remarque que plus le journalisme s’affaiblit et plus les humoristes deviennent virulents, voilà qui mérite réflexion. Mais revenons au coeur du sujet, dans les circonstances actuelles, se retrouver avec un homme politique français qui trousse ses jolies collaboratrices et heurte ainsi nos partenaires anglo-saxons au risque de décrédibiliser son action politique sur la stabilité financière mondiale, c’est fâcheux. Seulement voilà, DSK n’est plus en ce moment que la victime innocente d’un méchant humoriste. Olééééé !

Et pendant ce temps, la crise continue.

C’est la faute aux médias me direz-vous ! Pas si simple. L’actualité au fond est ennuyeuse, quand elle n’est pas franchement anxiogène, dès lors, nous sommes tentés d’aller vers le léger, l’amusant, tous, journalistes et lecteurs compris. Les grands gagnants dans cette affaire, ce sont ceux qui, depuis l’antiquité, ont compris qu’il fallait offrir au peuple du pain et des jeux. Panem et circenses !

Précisément pour les distraire des vrais sujets, car pendant ce temps….

Publicités

18 commentaires »

  1. Au risque de répéter ce que certains commentateurs ont déjà dit en dessous du billet « Haro sur les méchants », le premier post d’Aphatie ne s’attaquait pas à Guillon mais au directeur de France Inter, pour ne pas avoir assumé le contenu de la critique de son humoriste. D’ailleurs le billet s’appelait « La différence, c’est l’indépendance, et les excuses qui vont avec ». Au risque d’en rajouter une couche, Aphatie reprécise une nouvelle fois dans son nouveau billet au sujet des banques que sa cible n’était pas Guillon mais la direction de France Inter.

    Aliocha : Ah ? Eh bien dites-moi, il est heureux alors que Guillon n’ait pas été sa cible, ce qui réduit la critique à 15 lignes commençant par « avant d’être drôle il est méchant » et s’achevant par une attaque sur sa misogynie. Quant à l’indépendance, réaffirmée par la direction qui s’excuse mais ne prend aucune mesure de rétorsion contre Guillon (c’est le rôle d’une direction de presse d’arrondir les angles), je ne suis pas sûre que ce soit le coeur de l’affaire DSK, si ?

    Pour en revenir au sujet du chiffon rouge, ce n’est pas une technique récente. Les gens en sont d’ailleurs tellement conscients qu’à l’époque où le divorce de Sarko et Cécilia avait été annoncé, certains se sont clairement demandés si le timing de l’annonce n’avait pas un rapport avec le fait que les syndicats de cheminots avaient organisé une grève massive cette semaine-là… Je n’affirme pas qu’il y avait un lien, mais si les gens se posaient la question, c’est qu’ils ne doivent pas être complètement dupes de la technique de la muleta.

    Aliocha : ce n’est évidemment pas une nouveauté, mais c’est un phénomène qui prend de l’ampleur.

    Mais on peut se demander dans quelle mesure le fait que certains débats soient laissés inachevés « grâce » à cette technique ne contribue pas à l’attitude des lecteurs de la presse : ne serait-ce pas aux journaux de continuer à focaliser l’attention sur ces sujets tant qu’ils n’ont pas été correctement débattus ? Quitte à dénoncer la technique du chiffon rouge plus souvent ?

    Aliocha : si, bien sûr, mais l’actualité nous tyrannise. Que diriez-vous d’un journal qui s’éternise sur l’actu d’il y a trois semaines et ne vous dise rien de l’actu du moment ? Cela étant c’est un vrai sujet.

    Commentaire par Jaina — 25/02/2009 @ 10:27

  2. Merci pour l’éclat de rire. Il m’avait bien semblé lire quelque part que vous aviez aussi quelques gouttes de sang gitan 😉
    Pour l’avoir entendu en direct sur France Inter, Guillon n’a pas « attaqué » DSK mais l’a « moqué ». Autour de lui dans le studio, comme chez moi, on riait de bon coeur. Aussi, sans être un véritable aficionado, il ne me semble pas qu’on puisse comparer aisément Kouchner avec Dominguin, DSK avec Manolete et moins encore Apathie avec El Cordobes.
    Au lait écrémé suffirait.

    Aliocha : disons que dans leur arène à eux, ils sont des têtes d’affiche 😉

    Commentaire par Fleuryval — 25/02/2009 @ 10:27

  3. Très belle analogie.

    J’avais pensé au rideau de fumée, mais il se contente de cacher sans donner une cible de diversion…

    Quant à l’actualité qui tyrannise, elle n’a pas empêché Libé de sortir une enquête qui semble bien documentée sur les activités lucratives du bon Dr Kout’cher, comme on l’appelait dans les hôpitaux lorsqu’il était à la santé.

    Encore merci pour votre rubrique.

    Commentaire par Bavard — 25/02/2009 @ 11:24

  4. L’affaire Kouchner/Pean est en effet une très belle illustration du « chiffon rouge », agité par Kouchner et ses amis, et repris en choeur par de nombreux journalistes influents.

    Il est cependant osé de la rapprocher de l’affaire DSK/Guillon ! Dans ce dernier cas, si chiffon rouge il y a, il n’a été agité que par le seul Aphatie sur son blog… absolument pas comparable. D’autant que, une fois de plus, JMA ne cherchait pas à défendre DSK mais juste à s’en prendre au patron d’une radio rivale.

    Au passage, je salue Libération qui a fait œuvre de journalisme sur l’affaire K. J’attends toujours que mon quotidien de référence en fasse autant.

    Commentaire par Tocquevil — 25/02/2009 @ 11:59

  5. « si, bien sûr, mais l’actualité nous tyrannise. Que diriez-vous d’un journal qui s’éternise sur l’actu d’il y a trois semaines et ne vous dise rien de l’actu du moment ? Cela étant c’est un vrai sujet. »

    Ben oui, c’est un vrai sujet. Peut-être aurait-il été plus intéressant de consacrer une brève à la sortie pitoyable de Kouchner (en l’occurence en l’infirmant) , et un dossier ou la majorité des articles à ses turpitudes morales en Afrique ? N’est-ce pas de votre responsabilité de journaliste de parler d’abord des mesures économiques et des interventions de DSK , puis de ses problèmes de harcèlement sexuel (ce qui est une information publiable dans la mesure où il y a des répercussions publiques) , puis (s’il reste de la place, m’est avis que non) éventuellement de la « polémique » Guillon ? N’est-ce pas votre choix éditorial que de donner une place démesurée à ces non-informations et à la reprise de ce qui agite St-Germain cette semaine là ?

    Vous dénoncez la communication à raison, mais tant que la profession ne retournera pas cette arme contre ceux qui en abusent, ne croyez pas que ces derniers arrêteront !

    Effectivement, les bruits de chiottes vendent plus. Mais si ça doit être un argument pour déformer sciemment l’espace médiatique, « parce qu’on doit faire de l’argent selon le business model choisi il y a 50 ans et pis c’est tout » à ce moment-là autant se reconvertir carrément dans le people (si j’étais méchant, je dirai que Libé a ouvert la voie avec le dossier Carla Bruni). Ce n’est pas parce que les gens lisent les bruits de chiotte que ça dédouane les journalistes de la culpabilité d’en produire de plus en plus. Et la déontologie, alors ? N’est-ce donc pas déontologique de ne pas reprendre toute info qui est déjà dans le cercle médiatique, ou de refuser de prendre une place précieuse dans les publications papier(et votre temps de travail) pour des polémiques à deux balles ? N’est-ce pas déontologique de refuser, justement, ces diktats permanents des communications diverses et variées ?

    PS : on notera que Bakchich (qui a certes bien d’autres défaut) a sorti les mêmes infos que Péan (c’est d’ailleurs ce qui a fait accélérer la sortie du livre de ce dernier) deux semaines avant, et pour le coup PERSONNE n’a repris des informations pourtant moralement explosives. On notera également que XXI qui vise la qualité, le recul, l’analyse et la contextualisation des informations, se vent fort bien. Comme quoi, si les lecteurs aiment les bruits de chiotte, ils aiment aussi la qualité et la déontologie.

    PPS : je note que les blogs et autre « médias alternatifs » ont tendance à souffrir du même problème d’information circulaire. Ce n’est pas une raison pour se dédouaner.

    Aliocha : nous sommes d’accord

    Commentaire par Moktarama — 25/02/2009 @ 12:32

  6. Une fois de plus merci Aliocha d’éclairer ces manipulations exécrables des communicants.

    @Moktarama Je crois que la presse a également traité de manière assez complète les aventures de Mr K en Afrique, notamment par la publication de bonnes pages du bouquin de Péan pour certains news magazines et plus simplement par la reprise de ces infos dans la presse quotidienne et les radios/TV. Et ce n’est qu’à partir de cette agitation médiatique que la « muleta » est entrée en scène. Aussi pour revenir sur les « accusations » de Péan il n’y a pas d’autres solutions que de re citer ses écrits, où alors d’aller faire sa propre enquête. Difficile quand on voit combien cela a pris de temps à Péan…
    Pour ce qui est de DSK on a un peu le même cas de figure. Je crois avoir lu nombre de papiers sur les actions du FMI et plus particulièrement des articles assez favorables au travail de son patron. Il suffit de taper « Strauss Kahn » dans Google recherche « actualités » pour le constater : http://wittylink.com/x61085.
    Donc il n’y a pas QUE les bruits de chiottes qui sont relayés par la presse, mais force est de constater que la « muleta » est là pour les amplifier 😉

    Commentaire par Mister Cham — 25/02/2009 @ 15:29

  7. bonjour Aliocha Bonjour à tous les lecteurs

    je voudrais ajouter une petite précision qui à mon sens à son importance

    j’ai travaillé en milieu international et notamment avec anglais et i.avec les américains
    les affaires comme celle qui agite notre DSk ne sont pas prises à la légère dans ces des deux pays et surtout aux états unis.

    nous en France on rigole sous cape , on plaisante etc… DSK ah ma chère mais quelle nature cet homme là…( d’autant que ce n’est pas la première fois que ce genre d’affaire le poursuit)on envierait presque de ne pas être dans ses bras tant ses attributs ou charme doivent être sympathiques…
    mais aux états unis on ne plaisante pas
    j’ai assisté au licenciement pour faute professionnelle d’un Français envoyé en mission dans une filiale américaine d’un groupe international dont je le nom pour avoir un peu dragué une jolie secrétaire.

    les américains ont exigé sur le champ son renvoi sinon il retirait la mission à notre établissement.

    Aliocha : je confirme, dans les cabinets d’avocats anglo-saxons, on fait signer au personnel un engagement de s’abstenir de faire du harcèlement sexuel y compris à Paris.

    Commentaire par artemis — 25/02/2009 @ 16:22

  8. Aliocha,

    Il faut croire que les grands esprits se rencontrent !
    Hier, j’ai moi-même commis un billet sur les moyens que les dirigeants politiques utilisent pour « contrôler » le peuple !
    Du Pain et des Jeux, pardi !

    Je crois qu’il ne serait pas inintéressant d’explorer la voie de la « peur collective » comme vecteur de la manipulation des masses.

    Cordialement,

    Aliocha : en effet, surtout que je l’ai rédigé hier soir. Il faut en déduire que nos intuitions sont justes dès lors qu’elles sont concordantes. Cela dit, le nouveau gouvernement cultive cet art à l’extrême depuis son entrée en fonctions.

    Commentaire par Nemo — 25/02/2009 @ 16:31

  9. Chère Aliocha,

    Je suis tout à fait d’accord avec vous qu’une bonne partie des « polémiques » montées en épingle dans les médias servent à distraire l’attention du public de problèmes plus profonds.

    Pendant qu’on glose sur le fait que l’information sur Internet c’est n’importe quoi parce que la mort de telle ou telle animatrice TV a été annoncée sur un site de news people, on oublie de se demander comment il se fait que pendant un moment, l’essentiel des médias américains reprenaient sans sourciller la propagande de l’équipe Bu8h concernant les armes de destruction massive. Bref, quand on parle « fiabilité de l’informatique », on attire l’attention sur des problèmes totalement anecdotiques et on ne parle pas des affaires importantes.

    Quant à la peur collective, vous savez sans doute que je m’intéresse beaucoup au sujet de la liberté d’expression sur Internet. Or, en la matière, le moins qu’on puisse dire est que les journalistes ont abondamment exploité le filon de la « peur collective » sur le sujet – souvent peut-être pour masquer leur ignorance crasse du sujet. Ce faisant, les dits journalistes « servent la soupe » à des personnes (ou groupes de pression etc.) qui ont misé sur ladite peur pour exister médiatiquement.

    Par exemple, il est troublant que des gens suggèrent l’imposition de mesures de filtrage sans expliquer ce qu’elles seraient censées avoir comme impact concret et sans étayer leurs raisonnements. Non, il suffit d’agiter quelques chiffons rouges, et de laisser entendre que les contradicteurs sont partisans du laisser-aller et de la faiblesse envers les pédophiles et les néo-nazis.

    La tactique est simple: « si vous n’approuvez pas à 100% les mesures que je suggère, c’est que vous êtes avec les gens que je prétends combattre ».

    J’approuve par ailleurs votre paragraphe final. Il y a vraiment un problème d’interaction bouclée responsables politiques – journalistes – supérieurs hiérarchiques des journalistes – public tendant vers une information-spectacle: « pipolisation », traitement « moraliste », « émotionnel » ou « indigné » des évènements, etc.

    Commentaire par DM — 25/02/2009 @ 18:05

  10. Un bel exemple de « Muleta », c’est la thématique de l’autonomie/indépendance permettant d’éclipser le débat sur la vie chère en Guadeloupe, ses raisons et ses solutions. A utiliser sur le ton offensé du « La france, tu l’aimes ou tu la quittes ».

    Commentaire par 2&2 — 26/02/2009 @ 12:11

  11. […] plume désabusée. Même Jean-Michel Aphatie n’a pas la force de s’en indigner. Chez Aliocha, on rappelle en mettant des mots sur ma pensée que la politique ne fait qu’agiter des […]

    Ping par Un arrière-goût de lassitude « Les Jeunes Plumes — 26/02/2009 @ 12:52

  12. Aliocha : si, bien sûr, mais l’actualité nous tyrannise. Que diriez-vous d’un journal qui s’éternise sur l’actu d’il y a trois semaines et ne vous dise rien de l’actu du moment ? Cela étant c’est un vrai sujet.
    Le monde diplomatique fait ça, vu que c’est un mensuel, il a toujours un mois de retard sur les gros sujet du moment, et c’est pas plus mal (après on accroche ou non à la ligne éditorial, mais c’est une autre histoire) (:

    Arrêtez de vous faire tyranniser par l’actu, faites de l’info! Profitez d’internet pour faire des dossiers. Oh, bien entendu pas le dossier de «5 page numéro spécial achetez moi», mais le dossier qui reste, celui ou quand on ouvre un article récent, on retrouve les archives bien rangé pour que ça soit facilement accessible, avec les article des historiens que vous aurez embauché pour la mise en perspective, avec des jolies cartes (pas des infographie hein), etc… A partir de ce moment là peut être qu’on ne restera plus sur l’instantané et que ça permettra de revenir sur des sujets plus ancien pour enrichir vos tout beaux dossiers. Hum je m’égare.

    Commentaire par Jo — 26/02/2009 @ 13:18

  13. Puisque vous avez commencé dans la métaphore tauromachique, Aliocha, on peut peut-être l’approfondir…
    Quand un toro se rend compte que la muleta n’est qu’un leurre, et que le véritable ennemi est le torero, savez vous comment ce toro est qualifié ?

    On dit qu’il est vicieux!

    Commentaire par Astre Noir — 26/02/2009 @ 16:10

  14. Il m’était difficile de ne pas réagir sur ce billet LOL.
    Je ne suis pas d’accord sur Guillon. La vie sexuelle de DSK, je m’en fiche. C’est assez facile de prendre un thème et de tourner autour en accablant. Ce n’est pas vraiment du niveau de l’amuseur. Je regrette Desproges;

    Commentaire par Toreador — 27/02/2009 @ 11:47

  15. J’ai entendu dire que lorsqu’une corrida est réussie, la tradition veut qu’on remette les oreilles et la queue… les oreilles et la queue de qui d’ailleurs ?… Dans l’affaire DSK, j’ai une suggestion ! 🙂

    Commentaire par OeilduSage — 27/02/2009 @ 20:35

  16. Puisque vous parlez tauromachie et que je vous sais admiratrice du travail équestre (je ne cautionne pas la tauromachie mais le travail du cheval est remarquable en matière d’esquive) :
    http://www.metacafe.com/watch/859100/horse_side_running/

    Commentaire par OeilduSage — 27/02/2009 @ 21:06

  17. Ha tiens, si vous êtes afficionada, je vais peut-être vous lire plus souvent…Ooooooléééé 🙂

    Pour être franc, j’ai eu le sentiment quelques temps que vous tourniez en rond sur vos sujets et sur l’affrontement « internet/presse écrite », et qu’on a trop peu d’aperçu sur votre blog de la « vraie vie » d’une « vraie journaliste ». Pour être complet dans la critique, j’avoue ne pas partager votre sacralisation de l’information. Il y des infos qui me semblent par exemple totalement dénués d’intérêts, comme par exemple celles sur les états d’âmes de Monsieur Kerviel dont je me contrefiche, et dont je considère qu’il s’agit d’une information beaucoup moins essentielle que…par exemple les capacités militaires de l’Iran où bien la stratégie économique de la France et de l’Europe.

    Aliocha : je tâcherai de parler davantage de la vraie vie, mais le problème pour moi est de préserver mon anonymat, or, j’ai découvert que ce blog était plus lu que je l’imaginais. Sur Kerviel, je vous parle malheureusement de ce que je connais pour le suivre au quotidien. Cela étant, ne sous-estimez pas ces états d’âme comme vous dites car l’enjeu est d’importance : la banque a-t-elle ou non couvert son trader tant qu’il gagnait pour l’abandonner au moment où ses positions n’étaient plus tenables ? A supposer que non, nous sommes de toutes façons face à une belle défaillance de contrôle interne. Cette affaire résume bien des aspects de la crise et pose plusieurs questions fondamentales.

    Mais effectivement, je vous rejoins sur le « leurre », utilisé en communication, par exemple pour éviter des questions dérangeantes, mais pas seulement pour cela. Ce peut-être aussi pour faire passer certaines lois, en mettant le projecteur sur un projet, vous détournez les yeux de l’opinion d’un autre projet. On va ainsi beaucoup parler du projet de loi Grenelle II (loi d’engagement national pour l’environnement), mais on n’a pas du tout parlé d’un projet d’ordonnance qui va servir à supprimer les enquêtes publiques pour toutes sortes d’installations industrielles, et qui vient d’être autorisé par une loi du 15 février 2009.

    Mon très excellent confrère Eolas en donne encore d’autres exemples dans ce billet:

    http://www.maitre-eolas.fr/2009/02/27/1329-pas-de-blackout-chez-eolas

    Le paragraphe suivant est d’ailleurs particulièrement topique (en ayant cité l’auteur et la source, je peux me permettre la reproduction d’un court extrait, cela me semble très conforme au respect des droits littéraires d’Eolas, d’autant que dans la cas contraire, c’est Aliocha qui serait embêtée! :))

    « La loi DADVSI est passée malgré les bannières et cris d’alarme d’EUCD.info. Et la loi antiterroriste est passée en même temps comme une lettre à la poste. Grande leçon pour le législateur. Vous voulez porter atteinte aux libertés ? Faites une diversion en menaçant de priver le citoyen d’internet. Vous pourrez du coup fliquer internet sans faire tiquer qui que ce soit. Car quelle loi, selon vous, oblige les fournisseurs d’accès à conserver les données de connexion à internet et à les tenir à disposition de la police ? Une loi contre le téléchargement ? Non, contre le terrorisme. Et pourtant, elle sert dans les procédures contre les téléchargements illicites. pwned. » – Eolas –

    Donc, la corrida en mode de fonctionnement de nos gouvernants, nous (ou bien les contestaires présumés, putatifs, ou assumés) dans le rôle du taureau, mais pas vraiment brave non plus, et eux (ceux qui gouvernent ou décident) dans le rôle du matador. La seule question qui vaille étant finalement de bien savoir s’il s’agit juste de nous planter des banderilles ou bien d’aller plus loin… :/

    Tiens, d’ailleurs, tout le monde sait bien que la commission de déontologie n’a pas été saisie du cas Pérol, mais qui se souvient des pertes de Natixis sur l’exercice 2008, ou des pertes cumulées des caisses d’épargne et des banques populaire et du mode de recapitalisation qui va être utilisé? 😉

    Aliocha : en pleine période de publication de résultats, on va s’en souvenir 😉

    Commentaire par Légisphère — 01/03/2009 @ 23:07

  18. Stephan Guillon change d’avis comme de chemise, c’est une vraie girouette! Un petit récapitulatif croustillant de notre ami Guillon sur cette page:http://dieudonne.over-blog.com/article-32619827.html

    Commentaire par Romuald — 24/03/2010 @ 21:24


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :