La Plume d'Aliocha

25/02/2009

Olééééééé !

Filed under: Mon amie la com' — laplumedaliocha @ 09:47

Connaissez-vous la tauromachie ? Si oui, vous savez alors à quoi sert la cape rouge, la muleta. Sinon, pour les autres, je résume. Le toro (c’est ainsi qu’on écrit taureau même en français quand on parle de corrida), le toro donc ne réagit pas à la couleur mais au mouvement. L’animal charge ce qui lui parait être agressif, or, ce qui bouge est pour lui l’ennemi. Tant qu’il croit cela, l’homme qui agite la cape sous ses yeux, tout en se maintenant lui-même parfaitement immobile, est en relative sécurité. A partir du moment où l’animal comprend qu’il a été leurré et que son véritable ennemi c’est l’homme, alors le torero (toréador est à bannir, c’est un mot d’opérette, on dit torero ou matador) est en danger. Il en est de même de l’actualité. L’information n’est plus tenue secrète aujourd’hui, la vraie tactique consiste à se jouer de l’attention du public, on agite sous ses yeux le chiffon rouge, attirant son intérêt sur un faux ennemi, on le distrait de l’essentiel.

Du chiffon rouge de l’antisémitisme….

Mais j’en viens au fait car je suppose que vous commencez à vous demander pourquoi je vous parle de tauromachie (merci de nous épargner un débat pour ou contre cet exercice, ce n’est pas le sujet). Voilà. En quelques jours, nous avons eu deux magnifiques exemples du recours à la tactique de la muleta. Observez Bernard Kouchner agitant le chiffon rouge de l’antisémitisme pour mieux éluder les interrogations du livre de Pierre Péan, et voyez le résultat. La discussion aurait dû porter sur l’éthique en politique ou bien encore sur le droit d’ingérence humanitaire, elle s’est enlisée dans la question de savoir si l’auteur du livre était antisémite ou pas. Et comme le temps d’actualité est limité, c’est-à-dire la durée pendant laquelle un événement occupe la Une avant d’être chassé par un autre, ce temps disponible s’est épuisé dans cette querelle. La discussion est close, le livre déjà dépassé, la grande vague de l’actualité vient d’engloutir l’affaire. Oléééééé !

….au chiffon rouge de la méchanceté

Deuxième illustration : les frasques de DSK au FMI. Guillon l’attaque et voici que le débat se focalise non pas sur la crise ou sur la question du comportement de DSK, mais sur ce problème ô combien fondamental : Guillon est-il méchant ou pas ? DSK l’a-t’il fait exprès ? Ce n’est pas impossible. Et voici qu’Aphatie s’insurge contre le vilain humoriste tandis que ce-dernier rétorque, « pft ! Aphatie est frustré » et JMA d’en remettre une couche. Le débat se déchaîne, même moi, je m’y suis laissée prendre. Drôle, pas drôle Guillon ? Sur @si Daniel Schneidermann remarque que plus le journalisme s’affaiblit et plus les humoristes deviennent virulents, voilà qui mérite réflexion. Mais revenons au coeur du sujet, dans les circonstances actuelles, se retrouver avec un homme politique français qui trousse ses jolies collaboratrices et heurte ainsi nos partenaires anglo-saxons au risque de décrédibiliser son action politique sur la stabilité financière mondiale, c’est fâcheux. Seulement voilà, DSK n’est plus en ce moment que la victime innocente d’un méchant humoriste. Olééééé !

Et pendant ce temps, la crise continue.

C’est la faute aux médias me direz-vous ! Pas si simple. L’actualité au fond est ennuyeuse, quand elle n’est pas franchement anxiogène, dès lors, nous sommes tentés d’aller vers le léger, l’amusant, tous, journalistes et lecteurs compris. Les grands gagnants dans cette affaire, ce sont ceux qui, depuis l’antiquité, ont compris qu’il fallait offrir au peuple du pain et des jeux. Panem et circenses !

Précisément pour les distraire des vrais sujets, car pendant ce temps….

Propulsé par WordPress.com.