La Plume d'Aliocha

04/02/2009

Le prince et ses journalistes

Filed under: Comment ça marche ? — laplumedaliocha @ 13:32

A propos de l’interview télévisée de Nicolas Sarkozy demain soir.

Nicolas Sarkozy n’aime guère la contradiction. Il a également du mal à admettre une autre logique que la sienne. D’ailleurs, le cherche-t-il seulement ? Rien n’est moins sûr. Toujours est-il que ses rencontres avec la presse ne sont jamais de grands moments de journalisme. Souvenons-nous des voeux pathétiques à la presse l’an dernier, ou encore de l’interview télévisée du 24 avril 2008. Un Président nettement dominant dans le débat, des journalistes certes nombreux mais s’exprimant à tour de rôle et quelque peu tétanisés, des questions qui semblaient téléguidées, voire bétonnées en amont avec les services de communication. On ne saurait le lui reprocher. Il joue son rôle. Espérer d’un homme politique qu’il s’abstienne d’user de son pouvoir est aussi sot que de demander à un coq d’arrêter de chanter.

La question qui se pose donc est de savoir comment la presse doit, de son côté, adapter son ton et son comportement à cet hyper-communiquant qui ne s’embarrasse pas de la ménager, fut -ce seulement en apparence ? L’autre question, qui est liée à la première, revient à se demander si mes confrères auront tiré les leçons de leurs expériences passées pour éviter les pièges dialectiques de leur illustre interlocuteur et ne pas se laisser impressionner par sa capacté à botter le train en public de ceux qui l’agacent. Pour un peu, on leur recommanderait de relire le premier roman de notre abonnée aux succès de rentrée, Amélie Nothomb. Je songe bien sûr à L’hygiène de l’assassin. Ou bien de se repasser l’extraordinaire prestation de Christopher Plummer au début du film Révélations. L’interviewer vedette de l’émission 60 minutes affronte un chef musulman entouré de ses gardes armés simplement pour faire monter son taux d’adrénaline avant de débuter son interview. Je recommande ce monument à tous ceux qui ne l’ont pas vu, même s’il se termine fort mal pour le journalisme…

Toujours est-il qu’on ne peut qu’espérer que les journalistes auront du nerf et de la répartie. La situation est sérieuse, il n’est sans doute plus temps de cultiver la traditionnelle courtoisie. Et s’ils devaient être motivés, la seule réforme de l’audiovisuel pourrait suffir à les convaincre d’afficher leur indépendance et de faire preuve de mordant. J’ai bien dit de mordant, pas d’agressivité. En France, on ne connait que la souplesse dorsale ou la harangue. Le juste ton est situé à l’exact milieu entre les deux, il suppose d’être franc, direct, et de revenir à la charge en cas d’absence de réponse. Rien de plus, rien de moins. Les aboyeurs professionnels sont souvent loin d’être aussi efficaces et courageux qu’on l’imagine.

En tout état de cause, il me semble que beaucoup de choses vont se jouer demain. Pour nous tous citoyens qui allons entendre la bonne parole, pour le Président qui joue sa cote de confiance et va devoir en particulier argumenter sur les banques, et pour le journalisme qui a une occasion en or de se faire valoir. Encore faut-il que ceux qui le représenteront à ce moment-là en aient l’envie et la possibilité.

Rappelons qu’ont été désignés David Pujadas, Laurence Ferrari, Guy Lagache, et Alain Duhamel. Je fonde beaucoup d’espoirs sur Duhamel et Pujadas, j’ai plus de doutes concernant les deux autres. Tiens Guy Lagache, on me dit que c’est Nicolas Sarkozy qui l’a choisi, voilà qui me dérange furieusement. La démarche est viciée à la base. Sans compter que je ne suis pas convaincue qu’il ait encore assez d’épaisseur pour affronter un tel exercice. Ses interviews dans Capital ne sont guère musclées, il faut bien le dire. Quant à Laurence Ferrari, elle en a sans doute la stature, encore faudrait-il qu’elle déploie enfin ses ailes et sorte de l’ornière marketing où la chaine l’a placée, à savoir la jeune femme blonde et ambitieuse censée marquer le début d’une nouvelle ère au JT de TF1. 

Nous savons donc que Guy Lagache a été choisi, on peut imaginer que David Pujadas et Laurence Ferrari s’imposaient d’eux-même en tant que présentateurs vedettes du JT, quant à Alain Duhamel, Jean-Michel Aphatie explique ce matin qu’il a été désigné par RTL et non par le Président. Je le crois bien volontiers mais je me demande si le Nicolas Sarkozy n’a pas choisi RTL en sachant que la radio désignerait Alain Duhamel…

Reste une question : les sujets ont-ils été determinés à l’avance avec l’Elysée ? C’est une vraie question, je n’en sais rien, ce niveau de journalisme se situe à des années lumières au-dessus de ma tête. Mais ce que je sais de ma petite expérience, c’est qu’il devient de plus en plus courant lorsqu’on sollicite une interview qu’on nous réclame les questions ou au moins les thèmes avant le rendez-vous. Dans la presse écrite, on s’y refuse généralement. C’est tout ce que je peux vous dire. PPDA avait expliqué en 2007 que ce genre d’interviews n’était pas préparé à l’avance. C’est ici. Et si vous voulez revoir l’affaire du « petit garçon » qui a, dit-on, coûté sa place au journaliste, elle est .

Un dernier mot, je ne suis ni journaliste télé ni star de la presse écrite. Je n’ai aucune légitimité pour donner des leçons et ce n’est pas non plus le but de ce billet. Il s’agit simplement de vous proposer une grille de lecture sur la base de ma modeste expérience. Les questions qui se posent ici, je les vis au quotidien, ce sont les mêmes, seule l’importance des enjeux est différente.

Allons, bloquons notre soirée de demain à partir de 20h15,  et espérons.

Publicités

25 commentaires »

  1. Je compte beaucoup sur Alain Duhamel et je demande à voir pour Pujadas

    je me réjouis d’avance de voir l’auteur de la « marche consulaire » face à N SARKOZY
    et je ne doute pas un instant que N.SARKOZY s’en réjouisse également.

    Commentaire par artemis — 04/02/2009 @ 15:00

  2. bonjour,

    la vraie question pourrait être :  » au delà du rituel , de la célébration médiatique du prince ,y a t il quelque chose à attendre ? peut on envisager une discussion, un échange , plutôt que des relances d’un monologue ?  »

    je ne mets pas en cause la qualité professionnelle de vos confrères et consœur ,mais bien leur place de journaliste dans ce dispositif ,que vont ils faire la dedans ?

    ce n’est pas une interview ,pas même un entretien ,s’il y a un travail journalistique à envisager , ce ne peut être que dans l’après coup ,repérer les oublis, les approximations, les erreurs, mais pas en temps réel car le client est « Le Président « , le roi élu , une sorte de grand prêtre qui célèbre on ne sait pas trop quoi ( sa propre gloire ?) et personne ,pas même le célébrant ne peut troubler une cérémonie religieuse .

    évidemment, s’il annonce sa démission ou un référendum , ce sera différent !!

    mais ça va se dérouler sans anicroches , et ça ne servira à rien, ça occupera les médias français pendant 36 à 48 heures, pas plus .

    donc pas question de bloquer ma soirée , je trouverais bien un dvd à regarder .

    Aliocha : Touché ! C’est aussi la question que je me posais lors de l’émission d’avril 2008. Les journalistes ressemblaient fort à des alibis. Et pourtant, plusieurs d’entre eux étaient des bons. Mais ça n’interdit pas d’espérer.

    Commentaire par didier — 04/02/2009 @ 15:03

  3. J’ai revu l’interview « qui aurait été fatale » à PPDA : la réaction de N.S. en tous cas, ne fait aucun doute, sa susceptibilité fait froid dans le dos. En tous cas merci pour le lien.
    Et puis, trop de médiatisation tue l’image et l’intérêt. Surtout (pour moi. Pas taper…) qu’il écorche volontiers et vulgairement notre langue, qu’il fait des promesses (d’une crédibilité douteuse, voire carrément irréalistes ou déplacées, mais dont l’exercice ne pourra avoir lieu qu’au futur, bien après le rendez-vous), et qu’il est rare de ne pas se faire insulter, même indirectement (je perçois le fait être pris ouvertement et consciemment pour un abruti comme une insulte, excusez-moi de ma propre susceptibilité, mais je l’assume) par sa voix : chassez le naturel, il revient au galop.

    Comme didier, comme j’ai atteint ma dose de saturation absolue de ce personnage, je trouverais bien quelque chose d’autre à faire pendant ce temps : s’il y a quelque chose à en tirer, ce n’est certainement pas lors de l’interview mais par les analyses de vous et vos confrères. J’ai bien peur pour Duhamel et autres Pujadas qu’ils ne jouent qu’un rôle fantoche dans cette histoire.

    Ça me rappelle trop la parodie de l’interview de Giscard d’Estaing (joué par Thierry le Luron) par Desproges où le président affirme haut et fort ne pas connaître les questions à l’avance… mais uniquement les réponses.

    Vivement votre prochain billet sur « l’after Thursday » et désolé pour ma prise à parti présidentielle (pour laquelle je risque de plus une poursuite pour « outrage au chef de l’état »), mais cette confiscation des médias télévisuels me hérisse le poil au plus haut point, car je hais tout ce qui est manipulation. Surtout si on me dit que c’est pour mon bien !

    Aliocha : ne vous excusez pas, la confiscation des médias comme vous dites ne me plaît pas non plus.

    Commentaire par furax — 04/02/2009 @ 16:01

  4. A part Duhamel, le « vieux » de l’équipe, les 3 autres ont tout à perdre d’une confrontation trop virulante avec le Chef de l’Etat… Pas trop d’illusions à avoir sur leur pugnacité.

    Quant à se demander si les questions posées sont connuée à l’avance, et comme le dit si bien furax, le Président sait par avance ce qu’il va dire au cours de cette causerie. On ne sait que trop comment les hommes politiques sont passés maîtres dans l’art de contourner une question pour amener le débat là où ils le veulent. Et si l’un des journalistes présent se risquait à poser et reposer une question dont il estimerait ne pas avoir reçu réponse, j’imagine les regards furibonds de ses 3 collègues (il va nous f… dans la m… celui-là!)

    Aliocha : si je n’avais pas entendu un des grands journalistes TV prendre la défense de la presse lors d’une réunion de juristes et de chefs d’entreprise, j’aurais sans doute continué de penser que ce n’était que des vedettes télé, en réalité certains d’entre eux sont de vrais et de très bons journalistes, c’est donc le système qui déconne, en d’autres termes, la courtoisie que je dénonce, l’absence d’esprit collectif, bref la fragilité de la profession.

    Commentaire par Maraudeur — 04/02/2009 @ 16:41

  5. je ne suis plus certain du détail de cet événement, donc de mémoire:

    Jadis, du temps de M. Chirac, c’est dire, PPDA avait déjà osé une question mordante comme vous dites au président lors d’un rendez-vous de 14 juillet je crois bien.

    je n’ai plus en tête la question, mais je me souviens parfaitement de la volée de bois vert reçue le lendemain… de la part des journalistes.

    C’est pas là le vrai problème sur le fond?
    Pourquoi voudriez vous que les politiques vous traitent autrement que comme des alibis puisque c’est le rôle que vous revendiquez ouvertement, en tout cas la partie la plus médiatique de vos confrères

    Aliocha : je sais bien, toujours l’absence d’esprit collectif, il y a de très bons journalistes en France mais je doute en revanche qu’il y ait globalement un bon niveau de journalisme.

    Commentaire par fred — 04/02/2009 @ 19:11

  6. Choisi par Sarkozy, c’est plutôt une bonne gache pour une journaliste, non ? Quant à Jean-Michel, je crois qu’il a pâti de sa réputation d’interviewer pugnace. Et encore, je vous épargne le début d’interview de Laurence sur les chapeux de roues (ah tiens non, en fait).

    Commentaire par gwynplaine — 04/02/2009 @ 19:28

  7. Tout à fait d’accord avec votre analyse, à un détail près : il est absolument exclu que je bloque ma soirée pour voir ce clown communiquant faire son numéro.

    Il y a encore assez de bon journalistes capable d’en faire un résumé fidèle et en tirer les enseignements pour me permettre de m’épargner un aussi pénible spectacle.

    Commentaire par Kemmei — 04/02/2009 @ 22:00

  8. @kemmei

    Vous savez, même un agrégé de philo, en résumant un Martine à l’école ne pourra pas faire un discours de la méthode.

    Il n’y a rien de positif à attendre de cette soirée, sauf à entrapercevoir la peur derrière le masque du caïd de banlieue.

    Commentaire par herve_02 — 04/02/2009 @ 22:51

  9. Allez comme je suis mauvais langue, je vais vous faire mon pronostic :

    Réformes pour aller mieux, concertations avec les syndicats (surtout medef et cfdt), plan de relance de milliards de milliards aux banques contre suppressions de certains bonus on est fort, avec nous à l’Europe c’était mieux, on s’en sort mieux que les autres si ça c’est pas la preuve, croissance un peu faible mais mieux qu’ailleurs (on a des meilleurs statisticiens) blablabla.
    Et pour finir un épisode de l’instit ou julie lescaux qui met en scène la solidarité autour du maire dans une petit commune sinistré avec les maichants qui font qu’aller contre la municipalité mais qu’à la fin ils perdent.

    Commentaire par herve_02 — 04/02/2009 @ 23:03

  10. Aliocha,

    Je m’éloigne du sujet mais je me demande: en matière d’interview, votre identité secrète rejaillit-elle aujourd’hui sur votre pratique du journalisme ? Je m’explique: vous arrive-t-il de penser, pendant la réponse de votre interlocuteur, « tiens, ça, il faudra que j’en parle sur mon blog » ? Ou bien « ça ferait un bon sujet de billet » ? Etc. etc.

    Commentaire par gwynplaine — 05/02/2009 @ 10:22

  11. Moi je serai au RDV peu importe le degré de manipulation, c’est en laissant faire, par résignation et en comptant sur le rapport des journalistes qu’il (Sarkozy) gagne sur tous les tableaux! D’après moi il faut au moins se nourrir des miettes qu’on nous laisse : une apparition télé : aussi fausse, pleine de « communication », de beaux discours soit-elle et blabla, il faut s’informer (puis lire l’analyse des (bons) journaliste l’un n’empêche, bien évidemment, pas l’autre mais il faut garder son esprit critique sans quoi on devient un mouton).

    Aucun Kouchner à l’horizon? 😉

    Aliocha : l’affaire Kouchner pour l’instant, je l’observe, et comme je n’ai pas encore lu le livre, je me tais. En revanche, avez-vous vu le billet de Aphatie ce matin ? Il est pas mal du tout.

    Commentaire par Malaussène — 05/02/2009 @ 11:40

  12. *journalisteS

    Commentaire par Malaussène — 05/02/2009 @ 11:41

  13. Juste un mot pour montrer que je suis ce qui se passe ici 😉
    J’espère que je serai au rdv ce soir, car il y a toujours à apprendre. Il me semble que les journalistes sélectionnés ont dû «entendre» la désapprobation qui a suivi les prestations précédentes. Ils ne peuvent, en outre, que se sentir épaulés par l’opinion publique, qui devient de plus en plus méfiante à l’égard des garanties assenées par l’hyper-président.
    Et comme celui-ci n’est pas idiot, ni (totalement) autiste, il a dû lui aussi sentir qu’il devait la jouer modeste, descendre de son trône et ne pas jouer à humilier les importuns (comme il l’a fait aussi avec Joffrin et bien d’autres l’an dernier).
    Ce sera donc forcément intéressant et instructif. Je comprends ceux qui préfèrent regarder un DVD, mais je préfère me dire que ce serait faire au président un trop beau cadeau que de le laisser gouverner tout seul.

    Aliocha : mode off : aux grands maux les grands remèdes, à ce que je vois 😉
    mode on : vous soulevez la passionnante question de savoir s’il faut renoncer ou combattre, tenir pour acquis qu’il n’en sortira rien et passer à autre chose ou bien s’investir dans un effort d’observation et d’analyse. Je rejoins votre conclusion, mais il y a sans doute de ma part une grande dose de curiosité professionnelle.

    Commentaire par Philarête — 05/02/2009 @ 12:34

  14. Tiens? On diffuse encore de la pub sur France Télévision… Remarquez, c’est tout à fait bien pensé de la condenser en une seule diffusion de 90 minutes. C’est tout aussi prometteur pour les salles de cinéma, les restaurants et autres troquets!

    Sans parler de toutes ces charmantes activités auxquelles on peut s’adonner… Rendez-vous dans neuf mois pour observer s’il y a une hausse de la natalité 😉
    Pensez-vous que les prénoms de Laurence, Guy, Alain et David auront la cote, Aliocha? ^_^

    Aliocha : c’est malin ! Evidemment, si vous mettez en concurrence les plaisirs de la couette et l’allocution télévisée du Chef de l’Etat, la concurrence est déloyale. Vous croyez que la hausse de la natalité en France est liée aux interventions télévisées de NS ? Voilà une idée fort amusante à explorer.

    Commentaire par Ferdydurke — 05/02/2009 @ 13:29

  15. @ Aliocha

    Chut voyons! Ne le dites pas trop fort… Si cette hypothèse se vérifiait, drapé dans sa grande humilité NS s’en attribuerait tous les mérites au grand dam des réels acteurs et actrices de ce redressement (je vous épargne un synonyme plus évocateur) dont jouira la France.

    Ceci dit, il est tout à fait possible de laisser la télévision en fond sonore afin d’éviter toute concurrence déloyale mais je crains que cela soit aussi risqué que de penser à une vieille grand-mère en un tel moment…

    Y’a offense au chef de l’Etat, là? 😀

    Commentaire par Ferdydurke — 05/02/2009 @ 14:04

  16. Mouais… Les intervieweurs vont poser des questions convenues ou faussement impertinentes (faussement car autorisées uniquement pour que M. Sarkozy puisse brillamment y répondre), l’interviewé va nous expliquer que c’est la crise, qu’il a bien compris les Français (façon de Gaulle) et qu’il va répondre à leurs préoccupations en tenant le cap des réformes nécessaires qui vont sauver la France et moraliser le capitalisme.
    Youhou, ça va être bien, quel dommage que je ne regarde pas ce soir.

    Commentaire par Setebos — 05/02/2009 @ 14:05

  17. Quand même, j’aimerais bien voir un journaliste faire preuve de cette pugnacité face à notre Président. Bien sûr, la cote de popularité de celui-ci est en baisse, et l’on peut parier qu’il est moins sûr de lui qu’avant la crise financière. Il sait que le plus dur économiquement est encore devant nous.

    Mais mettons-nous un instant dans la peau d’un journaliste, dans le cadre élyséen, face au premier personnage de l’état, qui plus est élu du peuple par le suffrage universel, face à un parterre de ministres, secrétaires d’état et autres conseillers du Président, le tout face aux caméras et en direct à 20h 30 sur les chaines nationales – dois-je en rajouter ?
    Personnellement, je n’en aurais pas les… euh… le cran !

    Dans un an ou deux, la crise économique – et la crise de confiance – seront passées par là. Le Président devra sérieusement songer à sauver sa peau…
    Nous verrons alors fleurir les journalistes pugnaces et irrespectueux.

    Mais c’est aujourd’hui que cela serait GRAND !

    Commentaire par Maraudeur — 05/02/2009 @ 14:30

  18. @ Aliocha: je l’ai lu, en effet, très intéressant, mais je suis pour l’instant comme vous (à l’exception qu’on ne me demande pas nécessairement mon avis sur la question!), je n’ai pas lu le livre non plus donc, oui, je me tais et j’observe. Je me demande si cette affaire sera abordée ce soir… Car, comme le souligne Mr Aphatie, si pour l’instant la presse ne mentionne que le ministre des Affaires étrangères, il n’en reste pas moins qu’il est à cette place du fait d’une certaine personne…
    J’ai cru comprendre, cependant, qu’il n’y avait aucunes preuves (pour l’instant?) et à partir de là, même si les accusations sont vraies (ce n’est pas ce que je remets en question) c’est comme siffler dans un violon…

    Commentaire par Malaussène — 05/02/2009 @ 15:06

  19. Ah oui! Et aussi j’ai l’impression qu’il brasse beaucoup de vent autour de l’affaire principale (est ce qu’il y avait franchement de quoi en faire un livre?) mais! je ne l’ai pas lu donc.

    Commentaire par Malaussène — 05/02/2009 @ 15:22

  20. Ouais ben nous au C.E.R.S de capbreton, on a eu une conférence du champion de France de bodyboard qui nous à montré des vidéos de son sport, c’était super. Et en parallèle il y avait de la boxe sur eurosport. C’était très bien. Moins que les plaisirs de la couette, mais bon… On lira les résumé demain. ET j’attendrai votre billet chère Aliocha.

    @Setebos

    Vous êtes le setebos du très intéressant mais néanmoins défunt blog d’histoire?

    Commentaire par adrien — 05/02/2009 @ 22:24

  21. @setebos (encore)

    mille pardon je n’avais pas vu votre nouvel article!!

    Commentaire par adrien — 05/02/2009 @ 22:35

  22. @ Aliocha

    Alors, que pensez-vous de ce qui a été dit ?

    Commentaire par Triskael — 05/02/2009 @ 23:12

  23. Affligeant, aucun des 4 journalistes ne relèvent une absurdité énorme : affirmer que les services représentent que 3% du PIB alors que c’est plus de 70% !!!!

    Sans parler de la Taxe Professionnelle chiffrée à 8 milliards d’euros alors que cet impôt rapporte 22 milliards, une paille sans doute cette différence.

    Et encore, la première tranche de l’impôt sur le revenu a un taux de 0%…. ou la règle de 3 tiers, c’est bien beau mais il oublie les impôts ou alors il veut supprimer tous les prélèvements sur les entrprises ???

    Commentaire par holocanthe — 05/02/2009 @ 23:43

  24. @adrien, « Vous êtes le setebos du très intéressant mais néanmoins défunt blog d’histoire? »

    Oui, c’est bien moi. Mille excuses pour le rythme de parution quelque peu aléatoire, résultat de contraintes bassement matérielles (et accessoirement d’une panne d’inspiration momentanée)…

    Commentaire par Setebos — 06/02/2009 @ 08:06

  25. @Holocanthe,

    « affirmer que les services représentent que 3% du PIB alors que c’est plus de 70% !!!! »

    Cela m’a fait tiquer également, mais je pense que les chiffres indiqués par notre président pour la France et la GB correspondent à la part des services FINANCIERS. Il venait en effet d’indiquer -pour la critiquer- que la croissance de la GB avant la crise était essentiellement due à la finance.

    Les journalistes auraient dû faire préciser ce point.
    De même, la façon dont il a critiqué la GB après l’avoir portée aux nues naguère aurait dû être relevée, d’autant que contrairement à ce qu’il a indiqué la part de l’industrie dans nos PIBs respectifs est similaire. La France est pratiquement aussi désindustrialisée que la GB.

    Aliocha : je crois en effet qu’il pensait aux services financiers. Mais alors on aurait pu lui demander pourquoi en pleine crise financière la France continuait de faire des réformes pour faire rayonner la place de Paris, réformes consistant notamment à libéraliser la gestion d’actifs ? Et plus précisément où se situe le curseur entre une libéralisation nécessaire à la compétitivité et l’indispensable sécurité que l’on doit garantir en matière financière. On pouvait aussi demander pourquoi la France fait le pari du libéralisme à plus d’un titre alors qu’elle n’y a jamais cru, tandis que ses plus fervents défenseurs (GB et US) font machine arrière ?Et puis s’agissant de l’automobile, au-delà de la crise, il y a un problème structurel à résoudre, qu’en est-il ?

    Commentaire par Tocquevil — 06/02/2009 @ 14:25


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :