La Plume d'Aliocha

15/01/2009

Confraternellement vôtre….

Filed under: Débats — laplumedaliocha @ 10:10

Astre Noir m’a interrogée hier sur l’affaire de l’Est Républicain. Pour ceux qui n’ont pas suivi ce psychodrame médiatique, Philippe Cohen sur Marianne 2 s’est indigné que Laïd Sammari, journaliste à l’Est Républicain, ait publié en grandes pompes la note de Tracfin sur les dépenses de Julien Dray. Il avance trois arguments pour justifier son indignation : 

– d’abord l’information avait déjà été révélée par Le Monde et Le Parisien avant Noël;

– ensuite, le document aurait été obtenu grâce aux liens privés entretenus par ce journaliste avec une magistrate;

– enfin, cela équivaut à trainer la vie privée de Julien Dray sur la place publique alors que ce-dernier n’a pas accès au dossier.

Entre nous, cette querelle me fait sourire. Reprenons les arguments les uns après les autres.

– L’Est Républicain utilise la fameuse petite formule par laquelle nous annonçons un scoop à nos lecteurs : « L’Est Républicain s’est procuré…. » quand vous lisez cela sous la plume d’un journaliste c’est que celui-ci est fier d’avoir mis la main sur une information secrète. Or, Philippe Cohen nous dit que deux journaux en avaient déjà révélé des extraits. Avaient-ils le document ou les avait-on simplement renseignés sur les principaux éléments qu’ils contenait, allez savoir, toujours est-il que l’Est Républicain lui, l’a, et le met en ligne sur son site. Il faut savoir que les journalistes entre eux se surveillent et parfois se détestent. Quant l’un d’entre nous fait du cirque autour d’une information un peu exceptionnelle, il est immédiatement observé avec attention. Or, en l’espèce, l’Est Républicain a omis de mentionner que ses confrères avaient révélé une partie du document avant lui. Erreur. L’honnêteté intellectuelle et la confraternité imposent de citer celui qui a sorti une information exclusive. Cela étant, si vous saviez le nombre de fois où j’ai été plagiée par des petits camarades, le péché de l’Est Républicain ici est véniel.

– ce document il l’a obtenu dans le cadre d’une « relation privée privilégiée » avec une magistrate : voilà qui devient franchement drôle. C’est qui ? Sa soeur, sa meilleure amie, sa femme, sa voisine de palier ? Peu importe. A partir de quel niveau de relation doit-on considérer qu’un journaliste entretient « une relation privée privilégiée » avec une source ? Nous côtoyons l’élite toute la journée, des liens divers et variés se créent entre nous. L’indignation de Philippe Cohen me parait un brin hypocrite. D’ailleurs, j’en viens à me demander naturellement si lui-même ne ressent pas une certaine sympathie (amitié ?) vis à vis de Julien Dray, ce qui expliquerait sa réaction. Au surplus, comme le souligne Authueil, s’indigner qu’on mette la vie privée de  Julien Dray sur la place publique et en profiter pour y balancer celle d’un confrère, ça manque de chic. Ce d’autant plus que ça risque de mettre la magistrate en fâcheuse posture alors que rien ne démontre qu’elle soit à l’origine de la fuite. Mettre en danger la source d’un confrère dans un mouvement d’humeur, ce n’est pas très honorable. Surtout quand on prétend donner des leçons de déontologie et protéger une profession en difficultés.

– Reste la question des misères infligées à Julien Dray. C’est bien la première fois que je vois un de mes confrères pleurer sur le sort de la présomption d’innocence. Soyons francs même si ça choque : tout ce qui est secret nous fascine et nous n’avons de cesse de tenter de le découvrir, c’est dans nos gènes et c’est notre boulot. Philippe Cohen se serait-il autant ému s’il s’était agi d’une personnalité de droite ? On peut raisonnablement se poser la question…Par ailleurs, son indignation est paradoxale, d’un côté il nous dit que l’information de l’Est Républicain a été survendue dès lors qu’on la connaissait déjà, de l’autre, il accuse l’Est Républicain de violer le secret de l’instruction l’enquête. Si je comprends bien, parler du contenu d’un document, c’est bien, le publier, c’est mal. Je rappelle que la Cour européenne des droits de l’homme a considéré il y a quelques années que le Canard Enchaîné n’avait pas commis de faute en publiant la feuille d’imposition de Hugues Jacques Calvet. C’est ici

Nous avons tous des confrères qui nous irritent, qui se mettent en avant, font du bruit, se haussent du col, dont nous pensons secrètement qu’ils ne nous valent pas et que leur talent est inversement proportionnel à leur ego. Entre nous, je ne suis pas sûre que nous devions utiliser les moyens que nous offre notre métier pour régler nos comptes, mais ce n’est que mon avis.

 

Mise à jour du 17 janvier : voyez cet article du Figaro, les avocats de Julien Dray se demandent si les fuites ne viendraient pas de Tracfin.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.