La Plume d'Aliocha

15/11/2008

Le débat qui tue

Filed under: Débats — laplumedaliocha @ 10:28

Je viens d’apprendre en lisant le dernier billet de Jean-Michel Aphatie que les salariés du magazine Closer avaient demandé en référé la non-diffusion de l’émission des Infiltrés et que leur demande avait été rejetée. Pour ceux qui n’auraient pas suivi, l’émission Les Infiltrés sur France 2 propose des reportages par des journalistes qui dissimulent leur identité et utilisent une caméra cachée. Le permier numéro était consacré aux maisons de retraite, le deuxième au travail au noir. Visiblement, l’un des prochains portera sur le magazine Closer puisque les salariés du journal ont agi en justice. C’est toujours le danger d’un procès contre la presse : on révèle ce que l’on voulait cacher. Jean-Michel Aphatie qui se dresse contre cette émission depuis l’annonce de sa création en conçoit visiblement une grande déception. Rassurons-le. Au vu des maigres informations dont je dispose, il ne s’agissait que d’un référé. C’est-à-dire d’une saisine en urgence du juge sur la question de savoir si, avant même d’avoir examiné la pertinence de l’émission au fond, il fallait en interdire la diffusion au regard du préjudice qu’elle risquait de causer aux salariés filmés à leur insu. La réponse du juge a été non. Cela ne signifie pas pour autant que le principe de l’émission ne sera pas remis en cause. Simplement, le juge n’a pas trouvé la situation suffisamment grave pour ordonner une mesure elle-même grave, la censure de l’émission. Jean-Michel Aphatie ne cache pas son amertume, notamment à l’égard des attaques ad hominem dont il a été l’objet en raison de son opposition de principe au concept d’un journaliste masqué filmant « traîtreusement » ses victimes. Je ne suis pas d’accord avec lui. Je crois que la communication est devenue si agressive que nous devons adapter nos méthodes, à condition de le faire correctement. Or, les deux premières émissions ne m’ont pas choquée. Je suis donc toujours favorable aux Infiltrés. Mais je suis en revanche scandalisée que dans ce pays on puisse attaquer un contradicteur en-dessous de la ceinture avec autant de décontraction. Jean-Michel Aphatie a défendu une haute idée du journalisme, il a osé parler de déontologie, il a eu raison. Il ne méritait pas ces attaques. Elles ne sont pas à la gloire de notre métier. Plus prosaïquement, elles m’inquiètent quant à l’avenir d’un débat pourtant fondamental. Je sais, j’ai été violente dans ce billet, plus mesurée dans celui-ci. Cela étant, même au moment où j’évoquais les Tartuffes, je n’ai jamais songé un seul instant à Jean-Michel Aphatie dont les arguments et les réflexions me semblaient tout à fait sincères et dignes d’intérêt. Il fallait que ce soit dit.

Publicités

19 commentaires »

  1. Tout est dit dans le titre. Fort.
    Quand aux attaques sous la ceinture…La hauteur de la ceinture est une variable d’ajustement. Et puis tant que l’arbitre ne regarde pas, il n’y a pas de risque. Mais au fait, ou est l’arbitre ? le grand régulateur automatique ? Ah, il s’occupe de l’économie ? Ne le dérangeons pas, il a fort à faire.

    Commentaire par albireo — 15/11/2008 @ 12:54

  2. bonjour Aliocha
    Ce qui m’étonne ici ce n’est pas que les « salariés » (c’était une class action dirigée ? 😀 ) soit déboutés au référé, mais que « ceux-ci » ont cru pouvoir saisir le juge sur des suppositions.

    à ma connaissance il n’existe pas l’equivalent du dépôt légal avant parution dans ce domaine (l’INA reçoit ce qui a été diffusé), c’est donc crier au loup avant de l’avoir vu ou tenter de tuer le chien au prétexte qu’il aurait la rage.
    D’après vous :
    les plaignants ont eu accès (de droit) aux rushs, si oui à quel titre ?
    Le juge du référé a visionné le sujet ? sujet qui n’est peut être même pas encore complètement monté prêt à la diff ?
    venant d’une « presse » habituée à provisionner les DI pour atteintes à l’image, le comportement est etonnant.
    J’ai comme l’impression que la diffusion du sujet va relancer votre topic sur la nécessité d’un code de déontologie de la presse :oÞ

    Commentaire par draftbold — 15/11/2008 @ 14:07

  3. Pour ce qui est du bien fondé de la caméra cachée quand il s’agit d’enquêter sur de vrais sujets de sociétés comme les maisons de retraite ou le travail au noir, je suis d’accord avec vous. Pour ce qui est d’infiltrer un magazine people, je dois vous avouer que je suis beaucoup plus dubitatif, voire même hostile à l’tuilisation de ce procédé, tant je pense que ces caméras cachées ne devraient être réservées qu’aux sujets forts et importants et franchement la presse people ne me semble pas correspondre à ce critère. Bon, je me ferai une idée plus précise en regardant l’émission… 😉

    J’ai acheté pour la première fois ce matin l’hebdo « Vendredi » et Apathie, dont je lis le blog avec intérêt tout les jours, apparaît en tête d’un classement (page3) qui prend en compte, entre autres critères, le nombre de commentaires. Avez vous déjà eu la curiosité de de lire les commentaires sur son blog ? 🙂

    Commentaire par Mussipont — 15/11/2008 @ 14:09

  4. Les arguments de Jean Michel Apathie qui s’oppose au journalisme masqué, tiennent la route ‎d’un point de vue d’un journalisme traditionnel enquêteur « respectueux » de la personnalité ‎des montrés publiquement . Ce même journalisme a ses limites ,il arrive fréquemment qu’il ‎ne restitue pas forcément à la diffusion les égards et le respect montrés lors du tournage vis a ‎vis du sujet filmé. Pour ne parler que des cas extrêmes ,rappelons nous des jeunes de ‎banlieues qui ont obtenu des émoluments pour participer à un documentaire et ceux ,dans une ‎émission de Cavada,dont les images ont eu de fortes poussées de barbes au contact du ‎chrome pelliculaire. C’était des journalistes encartés et avec de la grosse artillerie . Je ne ‎doute pas une seconde que J.M. Apathie est contre ce journalisme là. ‎
    Ce journalisme a aussi son avantage : Vous vous adressez à un interlocuteur dans un bureau ‎et dont dépend votre affaire avec un caméraman et un perchiste derrière vous ,vous êtes sûr ‎que votre dossier ne sera pas négligé et vous économiserez beaucoup d’énergie pour obtenir ‎gain de cause. ‎

    Néanmoins ,qui n’a pas senti un malin plaisir en regardant les émissions des infiltrés tout en ‎sachant que celui ou celle qui fait de l’abus de pouvoir et d’autorité ait été filmé à son insu ? ‎Qui ne s’était pas imaginé ce que pourrait donner cette même intrusion discrète dans tel ou tel ‎lieu qui nous sont familiers. Des images terribles qui balancent et provoquent des effets ‎d’identification .Et on se dit après tout ça ,qu’est ce qui va arriver à celui ou celle qui a été ‎‎« piégé(e) » ? ‎
    Les limites morales et déontologiques à ce type d’enquêtes ,il doit y en avoir certainement ‎mais il ne me semble pas qu’elles se situent au niveau de la visibilité ou de la non visibilité de ‎la caméra .Elles sont au niveau du traitement du sujet et dans la justification de l’intérêt de la ‎dissimulation des moyens de tournage . Avant on se se méfait du journaliste qui sortait sa carte ,on va quand quand même pas se méfier quand il la garde maintenant dans sa poche ? ‎

    Commentaire par salah — 15/11/2008 @ 14:17

  5. @ Salah/4

    Ce journalisme a aussi son avantage : Vous vous adressez à un interlocuteur dans un bureau ‎et dont dépend votre affaire avec un caméraman et un perchiste derrière vous ,vous êtes sûr ‎que votre dossier ne sera pas négligé et vous économiserez beaucoup d’énergie pour obtenir ‎gain de cause. ‎
    —-
    C’est ce que j’ai cru vivre jeudi soir en première partie de l’émission d’A Chabot « A vous de juger »
    pour résoudre les problèmes individuels en direct 😀
    elle devrait reprendre la tranche de JC !

    Commentaire par draftbold — 15/11/2008 @ 14:43

  6. @ Draftbold
    ‎ Je me suis empressé de jeter un coup d’œil par le net sur cette émission que je n’ai pas ‎suivie.‎
    J’ai vu dans un des reportages de cette émission ,le chef d’entreprise qui construit des ‎voiliers se faire jeter par les banques en sollicitant un prêt. Caméra et micros cachés.‎
    Les mêmes banquiers -je pense peut-être qu’ils ont refusé la présence de la télé –‎auraient laissé une ouverture sans un niet ferme ,si les interviews avaient été accordés .Tel ‎quel on est plus proche de la réalité. Dans un reportage conventionnel ,ils se seraient expliqué sur l’usage du fric que l’Etat leur a accordé .

    Commentaire par salah — 15/11/2008 @ 15:36

  7. Une question : La plume d’Aliocha aurait-elle du conclure par « Il fallait que ce fût dit » ?

    Plus généralement, que pensent les journalistes et les blogueurs de l’utilisation de l’imparfait du subjonctif ?

    JR

    Commentaire par Rosselin — 15/11/2008 @ 17:50

  8. @Rosselin
    Non, il ne fallait pas.

    Commentaire par Toto_SRàRien — 15/11/2008 @ 17:59

  9. Amusant et ironique que l’attaque vienne de Closer, qui se veut spécialiste de l’indiscrétion (regardez les fesses de Jennifer Lopez au naturel…). Est-ce que le reportage des infiltrés porte sur les fesses des journalistes de Closer ? Heureux d’apprendre qu’un journalisme d’investigation digne de ce nom ose employer des méthodes courageuses et rocambolesques pour informer le public sur les sujets qui comptent.

    Commentaire par Blogueur influent — 16/11/2008 @ 09:57

  10. @Rosselin

    La plume d’Aliocha aurait ‘dû'(conditionnel passé)… 😀

    Commentaire par gabrielle — 16/11/2008 @ 11:28

  11. Le commentaire ne s’affiche pas ??

    Commentaire par Toto_SRàRien — 16/11/2008 @ 21:22

  12. @Aliocha
    Je sais c’est hors sujet, excusez-moi.
    @Rosselin
    Faut-il comprendre : « Que pensent les journalistes et les blogueurs de l’utilisation qui est faite de l’imparfait du subjonctif ? » ou « Que pensent les journalistes et les blogueurs de l’opportunité d’utiliser l’imparfait du subjonctif ? » Sans doute en pensent-ils des trucs très divers, et la plupart s’en tapent avec raison.
    Comme SR, il me semble que l’imparfait du subjonctif est bien souvent utilisé à tort et à travers, d’abord parce que les règles de concordance des temps (http://www.synapse-fr.com/manuels/CONCOR.htm) sont méprisées, ensuite parce qu’on voit apparaître des formes très baroques.
    Supposons ce point réglé : « Faut-il utiliser un imparfait du subjonctif correct dans un article ou un blog ? » Pourquoi pas ? Mais il faut alors tenir le « niveau de langue ». Rien n’est plus pénible que ces imparfaits du subjonctif ou ces passés simples jetés à tort et à travers au fil d’un texte de style peu soutenu : on a peur que le lecteur s’ennuie, on fait une cabriole. Comme effet, j’ai vu mieux.

    Commentaire par Toto_SRàRien — 16/11/2008 @ 21:27

  13. Faut-il comprendre : « Que pensent les journalistes et les blogueurs de l’utilisation qui est faite de l’imparfait du subjonctif ? » ou « Que pensent les journalistes et les blogueurs de l’opportunité d’utiliser l’imparfait du subjonctif ? » Sans doute en pensent-ils des trucs très divers, et la plupart s’en tapent avec raison.
    Comme SR, il me semble que l’imparfait du subjonctif est bien souvent utilisé à tort et à travers, d’abord parce que les règles de concordance des temps sont méprisées, ensuite parce qu’on voit apparaître des formes très baroques.
    Supposons ce point réglé : « Faut-il utiliser un imparfait du subjonctif correct dans un article ou un blog ? » Pourquoi pas ? Mais il faut alors tenir le « niveau de langue ». Rien n’est plus pénible que ces imparfaits du subjonctif ou ces passés simples jetés à tort et à travers au fil d’un texte de style peu soutenu : on a peur que le lecteur s’ennuie, on fait une cabriole. Comme effet, j’ai vu mieux.

    Commentaire par Toto_SRàRien — 16/11/2008 @ 21:29

  14. bonsoir

    je suis pour et à cent pour cent pour cette émission
    le premier sujet me touchait plus particulièrement compte tenu des fonctions de cadre de direction que j’ai exercées dans des institutions médico-sociales.
    Maisons de retraite foyers occupationnels pour handicapés mentaux, foyers médicalisés sont gérés en général par des associations loi 1901 .
    manque de budget, usure des professionnels et remplacement par du personnel non diplomé, méthodes douteuses de gestion de certaines associations induisent de la maltraitance institutionnelle.
    il serait intéressant et opportun qu’un reportage soit diligenté dans plusieurs centre d’hébergement pour handicapés mentaux et vous seriez étonnés et choqués

    mais hélas tout le monde ferme les yeux car dans certaines régions tout le monde se tient par la barbichette et les foyers sont sources de revenus détournés…..

    Commentaire par artemis — 16/11/2008 @ 22:21

  15. C’est vraiment intéressant votre démarche: préciser sa pensée, expliquer, analyser ce qu’on a écrit: un billet violent, un plus mesuré dites-vous. Merci.

    Commentaire par sophie L.L — 17/11/2008 @ 08:05

  16. @ Artemis :
    « Maisons de retraite foyers occupationnels pour handicapés mentaux, foyers médicalisés sont gérés en général par des associations loi 1901 .
     »

    Les maisons de retraite, de moins en moins.
    Elles sont rachetées (comme bon nombre de cliniques) par des fonds de pensions, venus de l’autre côté de l’océan, et doivent rapporter leur 15 à 20% aux actionnaires. Donc les « clients » payent de plus en plus cher, et les prestations diminuent (personnel malade ou démissionnaire non remplacé, par exemple)
    NB : je ne suis pas un journaliste d’investigation, mais mon épouse y travaille, donc je sais de quoi je parle.

    Commentaire par Le Bavard — 17/11/2008 @ 15:39

  17. @Bavard : donc les retraites américaines sont financées sur le dos des retraités de chez nous ? Bigre ! Et nos retraités profitent quand à eux des retraités des colonies retournés dans leur pays toucher une pension indexée sur une monnaie qui n’existe plus.
    L’économie est quelque chose de magnifique mais ce système alambiqué ne pourra pas tenir mille ans et on va finir par en arriver à la conclusion de Logan’s Run voire de Soylent Green : à un moment, il faudra se débarrasser des anciens.

    Commentaire par Blogueur influent — 17/11/2008 @ 21:53

  18. @ Blogueur influent

    On n’est pas loin de « Soleil vert » en effet…

    Euthanasions les vieux qui nous coûtent cher, ça relancera la croissance 🙂

    Commentaire par ramses — 18/11/2008 @ 04:05

  19. bonsoir bavard
    dommage que vous ne soyez pas journaliste car je vous donnerais des adresses de foyers pour enquêter et bien des scandales pourraient être dévoilés

    Commentaire par artemis — 25/11/2008 @ 00:26


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :