La Plume d'Aliocha

03/11/2008

L’Assemblée mène grand train…Honnêtement.

Filed under: Eclairage — laplumedaliocha @ 09:32

La Cour des comptes vient de nous révéler que l’Assemblée menait grand train. Songez donc, son budget qui s’élevait à 506 millions d’euros en 2007 a augmenté de 47% en dix ans. Rien que cela ! L’affaire est sortie hier dans le JDD qui s’est procuré le rapport, confidentiel semble-t-il, réalisé au printemps dernier. Les radios et télévisions ont relayé l’information. Et nous découvrons, abasourdis, que si la France est en queue du peloton européen au chapitre du budget de la justice, elle occupe en revanche la première place en termes de frais de personnel de l’Assemblée. Comme quoi, quand on veut être en tête, on y arrive. Mais, nous précise-t-on immédiatement, il n’y a pas eu de malversation, juste de la négligence. C’est rassurant. Nos députés sont honnêtes. Ils ne se sont pas enrichis personnellement. La gestion inattentive d’un budget n’est pas un délit pénal. Tant mieux.

De si belles explications

Mais ne refermons pas le dossier trop vite, même si la réaction de Bernard Accoyer a été tout à fait admirable en l’espèce. De la vraie, belle, communication de crise. Que disent en effet les spécialistes de la communication dans une situation pareille ? D’abord qu’il faut admettre la faute pour désamorcer le conflit. Ensuite, qu’il faut avoir un mot pour les victimes. Cette étape là n’a pas été respectée mais il ne fallait pas trop demander non plus. Les excuses publiques à l’américaine, ça n’est pas la mode chez nous. Enfin, ils recommandent d’annoncer des mesures pour réagir au problème. Ce qui a été fait. Nous apprenons que l’augmentation de 3,89% du budget pour l’année prochaine est abandonnée et que les préconisations de bonne gestion émises par la Cour des comptes seront appliquées immédiatement.  Voilà un événement magnifiquement géré en termes de communication. Vous croyez voir un scandale ? Pas de tout, il n’y a rien d’illégal dans tout cela. Qui plus est, les intéressés par la voix de leur président, annoncent qu’ils feront plus attention à l’avenir. Splendide. Tout rentre donc dans l’ordre.  Fermez le ban.  On peut quand même se demander si tout ce qui ne relève pas du code pénal doit forcément être considéré comme correct ? Et là commence à poindre le mot de morale. Ô je sais, on va me le reprocher ce mot-là, me dire que je suis rêveuse, voire naïve, que c’est ainsi et que d’ailleurs, si nous étions à leur place, nous ferions pareil.  Je gage que si l’affaire venait à durer, mille explications plus pertinentes les unes que les autres viendraient nous convaincre que la Cour des comptes a eu tort de s’émouvoir. J’entends déjà nos amis députés nous citer l’inflation législative, à grand renfort de statistiques, rappeler que l’exécutif en est responsable puisque le Parlement travaille quasi-exclusivement sur des projets de lois gouvernementaux. En cherchant bien on trouverait, sans doute Outre-Atlantique, des chiffres de dépense démontrant que le train de vie des députés français est finalement modeste. Elle a bon dos la comparaison internationale, celle-là même que l’on dénie aux juges quand ils évoquent leur pauvre budget.

Le respect de l’argent public

Allons, il reste une belle question ouverte mais qui ne sera pas abordée. On nous dit qu’il n’y a pas de délit et le public en déduit alors que tout va bien. C’était l’objectif recherché. Est-ce pour autant qu’il ne faut pas s’indigner ? Je n’en ai pas le sentiment. Où est passé le sens du service public ? N’est-il pas choquant de découvrir qu’ici comme ailleurs la gestion de l’argent public est loin d’être optimale ? Depuis la réforme des finances de l’Etat, on rationnalise, et surtout on limite, les dépenses de la justice y compris celles destinées à élucider des affaires pénales (tests ADN, écoutes téléphoniques etc….). Comment expliquer alors que dans le même temps on laisse filer les salaires des fonctionnaires de l’Assemblée,  qu’on ne se préoccupe pas d’avoir une politique des achats saine ou encore que l’on réalise des travaux qui coûtent le double des devis pour rénover les immeubles appartenant à l’assemblée ? 

Pas de scandale

Cette affaire est très intéressante car je crains qu’elle n’illustre une fois de plus ce que les journalistes savent bien. Il n’y a pas ou peu de scandales en France. Non que nous soyons un pays plus vertueux qu’un autre. C’est simplement que les scandales ne prennent pas. Sans doute parce qu’il n’y a personne pour s’indigner. Il faut avoir des valeurs de référence pour se scandaliser, il faut aussi être convaincu que ces valeurs doivent être la règle et il faut enfin être prêt à demander des sanctions quand elles sont violées. C’est une chose que malheureusement, nous ne savons pas faire. Les budgets du Sénat, de l’Assemblée et de l’Elysée seront discutés en séance publique le 13 novembre à l’assemblée nous dit le JDD. Tiens, et si on suivait cette affaire ? Le compte-rendu des débats est public, il suffit d’aller sur le site.

Publicité

Propulsé par WordPress.com.