La Plume d'Aliocha

22/10/2008

Les Infiltrés, c’est ce soir…

Filed under: Comment ça marche ? — laplumedaliocha @ 16:59

Le premier numéro de l’émission de David Pujadas, Les Inflitrés, sera diffusé ce soir à 22h35 sur France 2. Le thème ? La maltraitance dans les maisons de retraite. Une journaliste s’est infiltrée pendant plusieurs semaines dans une maison de retraite publique en se faisant passer pour une stagiaire et a filmé en caméra cachée. Le reportage dure 45 minutes, il sera suivi d’un débat. Pour ceux qui auraient loupé la polémique, le fait que le concept de l’émission s’appuie sur la technique de l’infiltration, c’est-à-dire la dissimulation par le journaliste de sa véritable qualité, et que le reportage soit entièrement réalisé en caméra caché a délenché l’ire d’une partie de la presse. Vous pouvez lire notamment à ce sujet les nombreux articles de Jean-Michel Aphatie qui fait partie des plus violents opposants à l’émission.  La question est : peut-on recourir à n’importe quel moyen pour aller chercher l’information ?  Lorsque nous en avons discuté sur ce blog, les avis étaient clairement répartis entre les journalistes, méfiants, et les non-journalistes qui semblaient considérer en majorité que tout allait dépendre de la qualité de l’émission. Après mûre réflexion, je me range à cette opinion que je juge finalement pleine de sagesse. Attendons de voir, ensuite nous jugerons. A vos postes, donc !

Les banquiers sont timides, c’est connu !

Filed under: Eclairage — laplumedaliocha @ 11:21

Jean-Michel Aphatie raconte ce matin sur son blog les difficultés qu’il a rencontrées pour obtenir une interview de Baudoin Prot, le directeur général de BNP Paribas. Et il avance cette tentative d’explication : « Si la prise de parole publique fait partie de l’ordinaire du travail d’un responsable politique, il n’en va pas de même pour un dirigeant d’entreprise. La parole est plus rare, sans doute parce que fondamentalement moins nécessaire pour quelqu’un qui ne représente qu’une entreprise, contrairement au responsable politique dont la fonction tend à l’universalité ». Jean-Michel Aphatie aurait sans doute beaucoup à m’apprendre sur le métier de journaliste, sur les politiques et sur bien des choses encore. Mais là, son observation m’arrache un sourire amusé. Et je gage que nombre de mes confrères de la presse économique auront envie de se taper sur les cuisses en découvrant que les patrons de banque sont aussi farouches !

Allons, soyons sérieux 5 minutes. La banque vit dans le secret, c’est ainsi, le secret lui est consubstantiel, c’est à la fois un devoir professionnel, un goût et une culture ancestrale. C’est aussi une affaire de pouvoir. Que se passe-t-il depuis une semaine ? Les dirigeants de l’Union se sont réunis pour sauver les banques. Le normalisateur comptable international a modifié le traitement des portefeuilles d’instruments financiers rien que pour leur faire plaisir. L’autorité des marchés financiers est venue leur donner un coup de pouce pour la publication de leurs prochains trimestriels. Les grands gourous de la comptabilité mondiale ont ensuite annoncé qu’ils allaient se rapprocher de leurs collègues américains toujours pour voler au secours du système bancaire, Bercy a allongé 10,5 milliards d’euros histoire de leur rendre le sourire. Timides les banquiers ? Lobbyistes surtout. Or, un lobbying efficace n’est concevable que dans la plus extrême discrétion. Surtout quand il intervient à la suite d’événements qui ne plaident pas en faveur de ceux qui appellent les politiques à l’aide. Non, les banquiers ne sont pas timides. Ils traversent juste l’une des pires périodes de leur histoire, ils crèvent de peur et sont en train de peser de tout leur poids sur les gouvernements pour qu’on sauve leur peau. Dans un tel contexte, l’idée d’affronter les questions d’un journaliste leur parait aussi attractive que de se promener nus à midi sur les Champs Elysées. Il faut croire que finalement l’exercice a été jugé opportun puisque l’interview a eu lieu. Il est vrai qu’un petit coup de langue de bois, ça ne coûte rien et ça peut même rapporter beaucoup si l’on parvient à donner l’illusion de la transparence…

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.