La Plume d'Aliocha

11/09/2008

« Un sourire de diamant…. »

Filed under: Coup de griffe — laplumedaliocha @ 13:41

Les relations entre les journalistes et les politiques sont complexes et la bonne distance difficile à trouver. Trop loin, on n’obtient pas les informations que l’on souhaite, trop près, on risque de tomber sous influence. Le dossier du Point publié le 4 septembre sur « Le mystère Dati » en est une illustration.

C’était samedi dernier. Après avoir passé la semaine à écrire des articles, je pouvais prendre enfin le temps de lire mes confrères. Et en particulier ce dossier du Point sur Rachida Dati que j’avais mis précieusement de côté. Rachida Dati, c’est un peu « ma » ministre car je suis spécialisée dans le domaine du droit et de la justice. J’ai mon idée sur elle, mais voyons ce qu’en pensent mes confrères. Je feuillette le dossier histoire de me faire une idée de la manière dont il est conçu et, ô surprise, je tombe sur une photo ainsi légendée : « Ce soi-là, Dati sculptée dans une robe de gala grège défiait le protocole d’un sourire de diamant ». Fichtre, on dirait du Gala ! Me serais-je trompée de magazine ? Après vérification, il s’agit bien du Point. Et je me dis : « ce doit être le secrétaire de rédaction qui en pince pour la jolie ministre ».

Mystérieux SR

Et oui, amis lecteurs, puisque je me suis mis en tête de vous raconter comment marche la presse, arrêtons nous ici quelques instants. Contrairement à ce qu’on pense généralement, ce n’est pas le journaliste auteur de l’article qui s’occupe de sa mise en page, des photos, des titres, inter-titres, phrases d’exergue etc. Non, ça c’est le rôle d’un autre journaliste, le secrétaire de rédaction, ou « SR » en langage journalistique, dont le métier consiste à mettre en valeur le texte, à l’habiller, à le rendre agréable à lire. Il faut beaucoup de talent pour faire ce métier, et notamment pour synthétiser en quelques mots dans un titre le sujet traité. Cela étant précisé, revenons à notre dossier. Le premier article d’une page, m’explique en substance que Rachida Dati est un cas, que c’est la première garde des Sceaux musulmane, que le président la soutient envers et contre tout. Bon….tout cela ne m’apprend pas grand chose. Le deuxième est plus conséquent, 4 pages intitulées : « l’affranchie ». Je m’attends à y lire un récit du parcours qui l’a menée à la politique et à l’UMP, des éclaircissements sur ses diplômes, son passé de magistrate, ses mentors, ses amis, ses ennemis et, surtout, sur sa vision de la justice, du rôle de l’Etat et pourquoi pas de la situation de la France. Point du tout. On m’explique simplement qu’elle est belle, qu’elle a perdu 10 kilos depuis son entrée en fonction puis qu’elle les a repris, qu’elle est affranchie et libre. Et je tombe sur la fameuse phrase que j’attribuais injustement au secrétaire de rédaction. Bon, la journaliste est tombée sous le charme, je n’apprendrai rien. Le troisième et dernier article est rédigé par le spécialiste de la justice au Point. Il retrace les réformes déjà réalisées, celles qui restent à faire. C’est tout. Pas un mot sur leur intérêt, les polémiques qu’elles ont soulevées, la manière dont elles s’inscrivent dans l’évolution des réformes de la justice intervenues ces dix dernières années. Rien.

Un sentiment de malaise

Le sourire de diamant trotte dans ma tête et me donne un sentiment de malaise. O je vous entends penser amis lecteurs « les journalistes et les politiques, tous copains ». Je ne peux pas vous donner tort, sauf que c’est un peu plus compliqué que cela. Pour connaître un politique et pouvoir en parler, il faut s’approcher  le plus près possible. Le problème, c’est que les politiques séduisent, c’est leur métier. Et ceux qui composent ce gouvernement ont élevé l’exercice au rang d’un art. Ils sont pour certains jeunes, beaux, atypiques….et donc particulièrement dangereux pour celui qui entend les observer en conservant son objectivité. Il me semble que mes confrères se sont approchés un peu trop près de la ministre. Du coup, ce n’est plus un portrait, mais un auto-portrait, rédigé sous influence, lisse, flatteur, et au final dénué d’intérêt. Perdre ses distances pour un journaliste c’est déjà fâcheux, mais il y a autre chose qui m’agace. C’est que je soupçonne mes confrères dans cette affaire de s’être fait plaisir. C’est agréable quand on est journaliste politique de s’évader des questions sérieuses pour batiffoler dans les secrets de cour et puis ça a le mérite de montrer aux autres journalistes qu’on est proche, tout proche du pouvoir, bien plus qu’eux, qu’on est entré dans le saint des saint. Mais le lecteur, ne l’aurait-on pas oublié ? On lui avait promis de lui révéler la vraie Rachida Dati, non ? Est-ce que par hasard le journal, envieux du succès de la presse people, n’aurait pas considéré que les lecteurs s’intéressaient finalement moins à la grande politique qu’aux secrets pas si secrets que cela des pensées intimes de nos dirigeants ? Si c’est cela, quelle erreur !

Un dernier mot. Je gage que la ministre a dû ressentir un mélange de soulagement et de satisfaction à la lecture du dossier. Pas de sujets qui fâchent, pas de débat, de révélations ni de polémique. Quant aux services de communication du ministère, ils se seront sans doute félicités d’entretenir de si bonnes relations avec la presse. Est-ce réellement une victoire ? Je m’attendais à découvrir une femme politique, je n’ai trouvé qu’une star médiatique. ll y avait certainement mieux à écrire. Encore eût-il fallu que le journalisme prenne le pas sur la communication, car la communication, c’est un peu comme le maquillage, un peu, ça sublime un visage, trop, on sombre dans le grand guignol…..

Publicités

18 commentaires »

  1. Heureux de voir que vous savez aussi épingler les journalistes, quand l’occasion se présente…

    Abonné au Point, j’ai été comme vous attiré par le titre accrocheur… Tiens, on allait en connaître un peu plus sur notre Garde des Sceaux ! Mais rien, nada… Si, quand même, que notre cher Président a décidé qu’elle était maintenant assez grande pour se débrouiller seule… Elle peut désormais voler de ses propres ailes. Merci qui ?

    Commentaire par ramses — 13/09/2008 @ 01:32

  2. Ah cher Ramses, il n’a jamais été dans mes intentions de dire que la presse était au-dessus de toute critique. Je me bats simplement contre l’idée généralement répandue que les journalistes sont tous des imbéciles et des incompétents. Comme tout le monde, il y a des choses qui m’irritent dans les médias, peut-être plus que vous d’ailleurs, car je connais le métier. Mais je défie quiconque de refermer un journal et de me dire qu’il n’y a rien trouvé qui l’ait ému, intéressé, surpris, amusé. Pourquoi ne retenir que l’irritation née d’un mauvais article et oublier le reste autrement dit le meilleur ?

    Commentaire par laplumedaliocha — 15/09/2008 @ 14:29

  3. Il n’y a juste rien à dire sur une photo de Dati en robe du soir : le SR peut indiquer le lieu et l’heure, ce n’est pas sexy, citer le couturier, c’est bon dans un féminin mais pas dans Le Point. Rien de bien sexy à disposition, zéro info : il est obligé de broder 100 signes (« Pas de photo sans légende ! »). Et comme il n’a rien à dire il en fait trop. Jusque-là c’est bénin, c’est même naturel. Là ou cela devient plus grave, c’est je le soupçonne,ce SR « de beaucoup de talent », de s’être bien amusé en écrivant sa légende. Elle est si terriblement « too much » que j’y devine, que j’y espère même un peu d’autodérision.
    En ce qui me concerne, bien qu’imbécile et incompétent, j’ai une déontologie et un aveu à faire : je n’ai pas vu la photo et je n’ai pas lu le dossier sur Rachida Dati.

    Commentaire par Toto_SRàRien — 17/09/2008 @ 19:48

  4. @Toto_SRàRien : J’ai cru aussi que c’était le SR, en réalité j’explique plus bas : la phrase était tout simplement tirée de l’article. Pour m’amuser, j’ai acheté cette même semaine Gala et Point de vue. Aucun de ces deux journaux ne s’est permis d’aussi viles flatteries. J’ai même découvert une presse bien plus pro que je ne l’imaginais, ne la lisant même pas chez le coiffeur. Comme quoi, on ne s’improvise pas presse pipole, c’est un métier. Le Point ferait mmieux de revenir au sien.

    Commentaire par laplumedaliocha — 17/09/2008 @ 19:54

  5. Pauvre de moi! Je n’arrive même plus à lire un article jusqu’au bout…

    Commentaire par Toto_SRàRien — 17/09/2008 @ 20:44

  6. batifoler , sauf vot’respect

    Commentaire par oui — 17/09/2008 @ 21:01

  7. Cher Aliocha,

    Sauriez-vous nous écrire un article de fond sur Mme Dati?
    Mieux: sauriez-vous nous écrire un article de fond ET nous expliquez sa genèse?
    Je suis sur que beaucoup le lirait avec attention 🙂

    Commentaire par Zythom — 17/09/2008 @ 21:29

  8. « Ce soi-là,… » La coquille est-elle d’origine? Question rhétorique. Ce serait trop joli.

    Commentaire par Gavilan — 18/09/2008 @ 06:34

  9. bonjour Aliocha

    je vous felicite de votre courage
    vouloir critiquer les medias a notre epoque
    releve de heroisme

    Commentaire par Lugdunum — 18/09/2008 @ 09:45

  10. Bonjour,

    Je ne puis que vous féliciter d’avoir écrit correctement « saint des saints » (en oubliant toutefois le « s » du second saint), contrairement au « Monde » qui, en octobre 2002, dans un portrait de celui qui n’était à l’époque que ministre de l’Intérieur, parlait de « sein des seins »…

    Cordialement

    Commentaire par Hagar — 18/09/2008 @ 10:41

  11. C’est bien pour cela que je ne suis pas abonné aux hebdos de type « L’Express », « Le Point »: trop proche du pouvoir, maniant la brosse à reluire glamour avec malgré tout une prétention à l’information.
    Si je veux de l’info, je lis Le Canard Enchaîné et l’Internet.
    Si je veux du glamour, je lis Voici, qui ne manque pas d’humour et de second degré.
    Mais pas de mélange des genres.

    Commentaire par Alex — 18/09/2008 @ 10:41

  12. @hagar : la presse est riche de ce genre de perles, mais je vous accorde qu’au Monde on a le droit d’exiger que cela n’arrive pas. Il faudra que je vous parle un jour du rôle capital des SR, correcteurs etc…de bien beaux métiers qui malheureusement sont trop méconnus. Cela étant il arrive que ce soit des fautes d’inattention. Je me souviens d’avoir écrit un jour « à corps et à cri » j’en rougis encore.

    Commentaire par laplumedaliocha — 18/09/2008 @ 10:53

  13. Un amusant papier sur les SR, mais qui n’amuse pas trop les SR (en anglais).
    http://www.nytimes.com/2008/06/16/opinion/16mon4.html?_r=2&oref=slogin&oref=slogin

    Commentaire par Toto_SRàRien — 18/09/2008 @ 12:03

  14. Nous prenez-vous pour des demeurés? la presse finanicère ne fait pas son travail et ne le fera jamais. La crise financière ne fait que commencer ! Août 2008 est la tranche suivante où les contrats subprimes sont réévalués. C’est à dire qu’en Août 2008 intervient l’augmentation suivante (prévue dans le contrat) des taux d’intérêt variables pour les particuliers US ayant empruntés. Beaucoup qui payaient leurs crédits jusqu’à présent, ne vont plus pouvoir faire face et d’autres faillites bancaires retentissantes vont intervenir dans les mois qui viennent!
    Quels sont les journalistes qui en parlent? personne !

    On nous répète à l’envie : en France pas de risque, de plus même en cas de faillite le fonds de garantie remboursera à autour de 70000€ par épargnant.
    Foutaises, ce fonds ne dispose que de 2 milliards d’euros, 35€ par français !
    Si une seule banque française tombe, toutes vont tomber, le fonds de remboursera rien, il n’en aura pas les moyens !

    Quel journaliste en parle? Personne !

    Cette crise sera pire que la crise de 1929, tous les indicateurs le montrent, mais pour le gouvernement : pas de risque, Tchernobyl s’arrête à la frontière !

    Alors Aliocha ne vous faites par rire en vous présentant comme de pauvres petits êtres qui n’y peuvent rien, si les grands méchants de la finance vous mentent !

    Commentaire par AndreRequin — 18/09/2008 @ 15:38

  15. Le fait que ce n’est pas le journaliste auteur de l’article qui écrive le titre explique pourquoi le titre contient parfois une inexactitude, voire une contre-vérité.

    Réaction typique du journaliste à qui on signale l’erreur : « ah mais ce n’est pas moi qui ait fourni le titre ». Commentaire : entre ça et « j’ai repris l’information de Reuters » et « j’ai repris l’information du bureau de San Francisco », on comprend que c’est une profession où l’on se repasse le mistigri. 🙂

    Commentaire par DM — 18/09/2008 @ 16:58

  16. Puisque vous manquiez de félicitations de la part des lecteurs (ce dont je doute pourtant), j’oserai dire que, me désintéressant grandement au monde éco-financier non pas par indifférence mais davantage par des sentiments très réducteurs qui me viennent en tête lorsque je pense à lui, je reste abasourdi par la qualité de vos articles et votre compétences à soulever les problèmes de votre profession. Problèmes qui m’ont poussé il y a quelques temps à revoir mon propre plan de carrière, ne pouvant accepter de travailler toujours au service des intérêts d’homme politique, de grands groupes financiers ou simplement de petit commerçants… Car le lien entre journalisme et publicité, vous le soulignez, reste éditorialement très mince, l’un nourrissant l’autre…
    Mais encore bravo de le dire.
    Cordialement.

    Commentaire par Morgan — 29/09/2008 @ 18:44

  17. […] précisément mes confrères jusqu’à l’autome dernier avait motivé l’un des premiers billets de ce blog. Dans l’article que j’évoquais alors, on parlait de son “sourire de […]

    Ping par Dati victime de journalistes racistes ? « La Plume d’Aliocha — 18/05/2009 @ 18:40

  18. […] de sa vie. Pratique qui avait donné lieu notamment à cet exercice de haute voltige en matière de cirage de pompes dans Le Point. Mais il se trouve que Michèle Alliot-Marie qui lui a succédé est tout aussi […]

    Ping par Manipulation « La Plume d'Aliocha — 05/11/2009 @ 10:11


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :