La Plume d'Aliocha

23/12/2010

C’est Noël…même dans le métro

Classé dans : Réflexions libres — laplumedaliocha @ 13:37

Paris, Mercredi Jeudi 23 décembre, midi quinze. Ligne 3 du métro, direction Gallieni.

La rame s’arrête à la station St Lazare. Soudain une voix rententit dans le micro : "Votre attention, s’il vous plait !". Amis parisiens, vous la connaissez cette voix impersonnelle, froide et lasse, qui nous assène avec indifférence informations générales, consignes diverses et messages de service. Quand on l’entend, on sait que les nouvelles ne sont pas bonnes :

"On nous signale des pickpockets dans cette station, veuillez veiller à vos effets personnels",

"en raison d’un incident technique, le trafic est interrompu sur la ligne 3 entre République et Pont de Levallois, dans les deux sens", (généralement, c’est ce moment-là que choisit la rame pour arriver !)

"La station machin est fermée au public, veuillez emprunter les correspondances",

"en raison d’un accident de voyageur, le trafic est fortement ralenti sur la ligne Une en direction de Chateau de Vincennes",

"en raison d’un mouvement social, le trafic est perturbé sur la ligne A du RER" etc….

Je m’attendais donc à l’une ou l’autre de ces mauvaises nouvelles.

La voix reprit : "Votre attention s’il vous plait, un nounours marron vient d’être trouvé dans la station, merci de venir le récupérer à la sortie Place du Havre".

La grâce de Noël faisait soudain irruption au milieu du fracas des rames, de la foule grise des passagers, de cet univers souterrain et angoissant où l’on évolue  par nécessité, rarement par plaisir. La grande mécanique à transporter les parisiens suspendait son souffle parce qu’un enfant avait perdu son ours et que, peut-être, il était encore temps de lancer l’alerte pour le lui rendre.

Et j’imaginai soudain cet ours, avec sa bonne petite bouille, sagement assis sur un comptoir triste à côté d’un agent de la RATP en uniforme,  attendant l’enfant qui tendrait les bras vers lui. Le métro cessa d’être gris, froid et malodorant. Un brin de tendresse venait de court-cicuiter la furie des adultes et des machines.

Joyeux Noël à tous !

Thème Rubric Propulsé par WordPress.com.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 237 followers